Questions à poser à votre chirurgien plasticien

chirurgie esthetique

Lorsque vous commencerez vos recherches pour déterminer qui vous choisirez comme chirurgien plastique, vous aurez probablement déjà de nombreuses questions. Ou peut-être n’avez-vous aucune idée par où commencer, ni de ce que vous devriez exactement demander. De nombreuses personnes sont intimidées par la perspective de remettre en question l’autorité, et qui est plus une figure d’autorité qu’un chirurgien plastique ? Après tout, votre chirurgien est la personne qui pourrait potentiellement tenir votre vie (sans parler de votre apparence) entre ses mains.

Il y a beaucoup de choses à prendre en compte pour prendre une décision aussi importante. Vous voulez en savoir le plus possible sur les compétences, l’expérience et les qualifications de votre futur chirurgien. Voici donc, sans plus attendre, notre liste des dix questions les plus importantes que vous devez poser à un futur chirurgien esthétique avant de décider s’il est le bon médecin pour pratiquer votre intervention :

1. Êtes-vous certifié par le conseil d’administration ?

Vous pouvez vous demander ce que signifie exactement le fait d’être un chirurgien plastique certifié par un conseil d’administration. La vérité est qu’il existe plusieurs conseils de certification pour les chirurgiens plastiques, ainsi que des sociétés chirurgicales dont tout chirurgien peut être membre.

L’ABFPRS a été créé en 1986 pour améliorer la qualité des traitements médicaux et chirurgicaux offerts au public en examinant l’expertise professionnelle en matière de chirurgie plastique et reconstructive du visage. Il a été reconnu comme équivalent aux conseils de l’ABMS par toutes les autorités réglementaires qui ont examiné ses exigences, y compris, qui a approuvé l’ABFPRS en tant que conseil spécialisé avec des exigences équivalentes à celles de l’ABMS en février 1995.

Pour être éligible à la certification ABFPRS, le candidat doit d’abord devenir un conseil certifié.

L’AAFPR et l’ASPS ont travaillé conjointement avec l’AMA pour développer des normes pour la certification légitime des conseils d’administration qui pourraient être incluses dans les divulgations des médecins au public. Cet effort conjoint a permis de décrire les critères de l’ABFPRS comme étant tout à fait légitimes. Les dirigeants de l’ASPS ont également soutenu la légitimité de l’ABFPRS en tant que conseil de certification.

Ceux qui ont choisi la voie de l’ABOHNS passent quatre à cinq ans en résidence, uniquement dans le domaine de la tête et du cou, suivis d’un à deux ans dans le cadre d’une bourse de chirurgie plastique et reconstructive du visage.

2. Combien de fois avez-vous pratiqué cette procédure ?

Il peut sembler évident que personne ne voudrait être le premier chirurgien à se faire refaire le nez. Au-delà de cela, la plupart des gens ne voudraient probablement même pas faire partie des cinquante premiers patients que le Dr X utilise pour perfectionner sa technique. L’idéal serait d’avoir un chirurgien qui a travaillé sur tous les défauts de son nez au cours de ses 200 dernières interventions (bien que cela ne soit pas toujours possible avec les opérations moins courantes). Pourtant, tant de personnes ne pensent pas à poser cette question, soit parce qu’elles sont gênées, soit parce qu’elles ne veulent pas être impolies, soit parce qu’elles sont simplement mal à l’aise à l’idée même d’interroger un médecin sur son expérience. Il vaut mieux être impoli, gêné et mal à l’aise que défiguré… ou pire. Et, si vous vous sentez toujours hésitant, n’oubliez pas que votre chirurgien poserait probablement aussi cette question à un chirurgien potentiel s’il envisageait lui-même une intervention chirurgicale.

Voir aussi pour en savoir plus : https://netgo.fr/site-152-docteur-riccardo-marsili

3. Quel autre personnel médical vous assistera dans la procédure ?

Il est important de savoir qui fait partie de l’équipe d’assistance chirurgicale du chirurgien, et quelles sont ses qualifications. Qui l’assistera ? Qui administrera et surveillera l’anesthésie ? Y a-t-il du personnel d’urgence disponible en cas de problème ? Si l’intervention est pratiquée dans un hôpital universitaire, des étudiants en médecine ou des internes seront-ils impliqués dans vos soins ? Gardez à l’esprit que la présence d’étudiants en médecine ou de résidents ne signifie pas que vous recevrez des soins de qualité inférieure. Au contraire, comme il est plus difficile d’enseigner quelque chose que de le faire, vous pourriez en fait recevoir de meilleurs soins. Deux cerveaux valent généralement mieux qu’un, et les étudiants et résidents en médecine doivent être au top de leur forme ou subir des humiliations lors des visites.

4. Où la procédure sera-t-elle effectuée ?

Les hôpitaux sont accrédités par la Commission conjointe sur l’accréditation des organismes de soins de santé. Les centres de chirurgie privés et les salles d’opération des bureaux/cliniques doivent également être accrédités par l’AAAASF), l’AAAHC ou la JAHCO.

Certaines procédures sont effectuées dans un hôpital, d’autres dans un centre ambulatoire, et d’autres encore sont couramment pratiquées en cabinet. La complexité de votre intervention, ainsi que les problèmes de santé spécifiques à votre cas (votre âge, votre état de santé général, etc.), doivent toujours être pris en compte pour déterminer le lieu le plus approprié pour votre opération. Les hôpitaux sont généralement des lieux plus coûteux pour toute opération chirurgicale, mais pouvez-vous vraiment mettre un prix sur votre sécurité ? Cela dit, votre risque d’infection est souvent plus faible dans un centre de chirurgie ambulatoire. Quel que soit l’endroit où vous vous faites opérer, il est important que vous soyez conscient du risque d’infection.

5. Avez-vous des privilèges hospitaliers pour effectuer cette procédure ?

Même si votre intervention est généralement pratiquée en dehors d’un hôpital, il est utile de demander à votre chirurgien s’il a des privilèges hospitaliers pour pratiquer l’intervention. Les hôpitaux ont généralement des exigences strictes concernant la formation des chirurgiens et les dossiers de sécurité avant d’accorder des privilèges d’opération. De plus, cela pourrait devenir très important si un événement inattendu survenait pendant votre intervention et que vous deviez être transporté à l’hôpital.

6. Quel type d’anesthésie sera utilisé pendant l’intervention ?

Il est très important de discuter des risques de l’anesthésie avec votre chirurgien, en plus de la procédure particulière que vous aurez effectuée.

Le plus grand risque est celui de l’anesthésie générale, et ce type d’anesthésie nécessite des spécialistes hautement qualifiés pour administrer et surveiller ses effets sur le patient, bien que pour certaines opérations, ce soit de loin la meilleure option.

La sédation intraveineuse (parfois appelée « sommeil crépusculaire ») est une option un peu plus sûre et généralement moins coûteuse, qui peut être utilisée pour de nombreuses interventions chirurgicales uniques.

L’anesthésie régionale est utilisée pour engourdir une région du corps. Les péridurales utilisées pour le travail sont un exemple d’anesthésie régionale.

L’option la plus sûre est généralement l’anesthésie locale, qui peut être recommandée si le chirurgien a une raison quelconque de devoir communiquer avec vous pendant l’opération. Toutefois, de nombreuses procédures ne sont pas possibles ou conseillées avec une anesthésie locale uniquement.

La meilleure réponse à la question de savoir quel type d’anesthésie est conseillé est celle d’un médecin qui connaît bien vos antécédents médicaux. C’est la raison pour laquelle un examen physique préopératoire est important avant la plupart des interventions.

7. Quels sont les risques associés à cette procédure ?

Tout ce qui se passe en médecine et en chirurgie peut entraîner des effets secondaires et des complications. Il est fréquent que des gonflements, des ecchymoses et des malaises plus ou moins importants se produisent après l’opération, et les patients ne doivent pas en être informés. Des complications peuvent survenir, quoique assez rarement. Les complications les plus fréquentes de toutes les procédures chirurgicales sont les saignements et les infections. En outre, chaque opération entraîne sa propre liste de complications, tout comme l’anesthésie. Tous les médecins compétents et respectueux de l’éthique informent leurs patients de ces risques. Certaines sont faciles à traiter, tandis que d’autres peuvent nécessiter une intervention chirurgicale supplémentaire.

8. Puis-je voir des exemples de photos de patients avant et après l’opération ?

Tous les chirurgiens plasticiens faciaux et plasticiens généraux compétents montreront des photos avant et après de leurs propres patients qui leur ont fourni une autorisation écrite à cet effet. Des photos d’archives peuvent être utilisées, mais il faut préciser que les patients montrés ne sont pas les leurs. Tous les patients veulent voir des photos du travail de leur chirurgien.