TOUT CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR L’AUGMENTATION MAMMAIRE

augmentation mammaire chirurgie esthetique

Dans le monde de la chirurgie plastique, l’augmentation mammaire – autrement appelée opération des seins est toujours la procédure la plus courante, année après année. Selon un rapport annuel de l’ASPS , sur les 1 811 740 chirurgies esthétiques pratiquées en 2018, plus de 17 % (soit 313 735) étaient des augmentations mammaires. Ce chiffre a augmenté de 4 % entre 2017 et 2018, et de 48 % depuis 2000.

Il est clair que l’intérêt pour l’augmentation, le raffinement et le perfectionnement de la forme des seins ne manque pas (nous avons été surpris par le niveau d’intérêt rien que dans notre bureau), mais il est important de rappeler que cette chirurgie, comme toutes les autres, n’est pas à prendre à la légère. Il est essentiel d’être un patient informé pour obtenir en toute sécurité le résultat souhaité, quelle que soit la forme qu’il prend. Pour vous guider tout au long du processus, de la phase préopératoire à la phase postopératoire et tout ce qui se trouve entre les deux, nous avons parlé avec l’un des meilleurs chirurgiens plasticiens. Continuez à lire tout ce qu’il a dit sur l’augmentation mammaire.

LES BASES DE L’AUGMENTATION MAMMAIRE

Quel que soit le nom qu’on lui donne – augmentation mammaire, plastie mammaire, etc. – la procédure implique la mise en place minutieuse d’implants dans les seins de la patiente. Et si l’on peut supposer que la plupart des augmentations mammaires impliquent un implant beaucoup plus grand que la taille naturelle de la patiente, le Docteur nous assure que c’est tout à fait le contraire de son esthétique. La plupart des gens que je vois veulent de petites augmentations.

La taille des implants mammaires est mesurée en centimètres cubes, ou CC. Il explique que la majorité des tailles qu’il utilise se situent entre 140 CC et 250 CC (pour le contexte, une différence de 5 CC correspond à peu près à une cuillère à café en volume). La taille correcte, qui est tout à fait objective, est déterminée lors de votre première consultation.

Tout est une question de choix et de taille de l’implant, dit-il. Je suis sûr que vous avez déjà vu des implants où les gens avaient une sorte de poitrine circulaire. Ce qui se passe, c’est que l’implant prend le pas sur le tissu mammaire réel et vous donne cette forme circulaire. Si je pose un implant plus petit que la largeur de base du sein de la personne, cela signifie qu’elle conserve en grande partie la forme naturelle de sa poitrine, et tout ce que nous faisons, c’est faire avancer les choses. Lorsqu’ils sont bien faits, vos seins conserveront leur forme naturelle de larme après l’augmentation, quelle que soit leur taille.

CE QU’IL FAUT DEMANDER LORS DE LA PREMIÈRE CONSULTATION

L’objectif principal est de discuter de la façon dont vous souhaitez que vos seins soient soignés après l’intervention, ainsi que des raisons pour lesquelles vous n’êtes pas satisfaite de votre taille ou de votre forme naturelle. Et si vous pouvez trouver utile d’apporter une photo de votre célébrité préférée pour une coupe de cheveux, le Docteur ne recommande pas de le faire pour une augmentation. Souvent, ce qu’ils voient sur les photos est soit photoshopé, soit quelqu’un porte un soutien-gorge, donc ce n’est pas particulièrement utile.

Mais la plupart des femmes qui viennent ici ont fantasmé, au moins un peu, sur ce à quoi elles vont ressembler après l’opération. Qu’il s’agisse de votre apparence à la sortie de la douche ou de votre apparence dans un certain type de robe ou de maillot de bain, ce sont les choses qu’il est vraiment utile de transmettre.

Pour aider à informer un patient qui envisage différentes tailles d’implants, de nombreux médecins, utilisent l’imagerie 3D pour fournir un échantillon d’image après. Il s’agit d’un scan 3D rapide – cela prend environ une minute, et vous pouvez montrer à quelqu’un un catalogue d’implants. C’est vraiment utile de pouvoir montrer à quelqu’un à quoi il va ressembler sans vêtements.

3 DÉCISIONS À PRENDRE AVANT L’OPÉRATION

Outre la taille de l’implant, trois autres décisions importantes doivent être prises avant d’augmenter votre poitrine : un implant en silicone ou en solution saline, l’emplacement de l’incision et le placement de l’implant au-dessus ou au-dessous du muscle. La patiente peut peser sur le type d’implant, mais ces deux dernières décisions seront principalement déterminées par votre médecin.

1. SILICONE VS. SALINE

Vous voulez un implant rempli de silicone ou de solution saline ? Les deux contiennent une enveloppe extérieure en silicone, mais le sérum physiologique est rempli d’eau salée stérile. Les implants salins sont insérés dans le sein vide et remplis une fois qu’ils sont en place. Les implants en silicone sont préremplis de gel de silicone, qui ressemble beaucoup à la sensation du tissu et de la graisse des seins humains.

Je dis à toutes mes patientes que le silicone est tout simplement un meilleur produit, c’est un meilleur appareil et il est plus naturel, explique le Docteur. Ils sont mieux construits qu’avant, donc en général je mets des implants en silicone dans presque tout le monde. Ils existent également en trois formes et textures différentes : rond lisse, rond texturé et goutte anatomique texturée. Les implants texturés ont récemment été associés à un très rare lymphome non à petites cellules, l’ALCL, ce qui explique que de nombreux chirurgiens, ne travaillent plus avec eux. Les implants en silicone ne sont pas non plus approuvés par la FDA pour les patients âgés de moins de 22 ans.

En termes de risques supplémentaires pour chaque type, si un implant salin se rompt, vous le saurez tout de suite car l’implant se dégonflera presque immédiatement. Avec le silicone, vous ne saurez probablement pas s’ils se rompent, à moins de passer une mammographie ou une IRM. Il ne se dégonflera pas aussi rapidement, voire pas du tout.

2. EMPLACEMENT DE L’INCISION

Il y a quatre endroits possibles pour l’incision. Les deux plus courants sont le sillon inframammaire (le pli sous le sein) ou la péri-aréolaire, qui se trouve à peu près à la hauteur de l’aréole. La troisième, qui, selon le Docteur, est la moins courante des techniques modernes acceptées, est l’incision transaxillaire, c’est-à-dire une incision dans l’aisselle. La quatrième est l’incision du nombril – une procédure appelée tuba – qui ne peut être réalisée qu’avec un implant salin (parce qu’il est vide et rempli une fois en place).

Quatre-vingt-quinze pour cent de mes augmentations sont faites avec une petite incision de 3 cm dans le pli inframammaire. Cela me donne la meilleure visibilité pour placer l’implant sous le tissu mammaire, et rien n’est plus important que la visibilité de votre chirurgien. Vous créez un espace qui n’existait pas, donc plus j’ai une bonne visibilité, meilleurs sont les résultats. La cicatrisation est incroyablement bonne, quel que soit le type de peau. Elle se fond dans la ligne naturelle de la peau.

3. AU-DESSUS OU EN DESSOUS DU MUSCLE

La majorité des patientes du Docteur ont leurs implants placés sous le muscle, surtout si elles n’ont pas beaucoup de tissu mammaire au départ. Si vous choisissez la position au-dessus du muscle, ce qui est une chose parfaitement acceptable, vos chances de voir et de sentir cet implant sont très élevées. Votre pourcentage de graisse corporelle et de tissu mammaire vous aidera à informer votre médecin du bon emplacement de vos implants.

RISQUES LIÉS AUX IMPLANTS MAMMAIRES

Aussi fou que cela puisse paraître, il y a une chance que votre implant puisse migrer dans le corps en raison d’une erreur technique lors de l’opération. Si c’est le cas, c’est souvent vers le bas (grâce à la gravité). La décision de l’endroit où l’on dissèque le tissu et où l’on crée une poche soit au-dessus soit en dessous du muscle est le meilleur indicateur de l’apparition ou non de cette complication.

UNE FOIS LES IMPLANTS EN PLACE

Chaque fois que vous introduisez un corps étranger dans quelqu’un – c’est vrai pour une prothèse de la hanche, du genou, etc. le corps forme du tissu cicatriciel autour de lui. Ce tissu cicatriciel est appelé une capsule. Il explique que, pour beaucoup de gens, capsule est un mot redouté et quelque chose à éviter, mais ce dont il faut en fait se méfier, c’est d’une contracture capsulaire. C’est à ce moment-là que la capsule devient épaisse et peut déplacer ou déformer l’implant, provoquant ainsi des douleurs et une perturbation de la forme normale de l’implant.

Heureusement, compte tenu des progrès réalisés au 21e siècle, ces cas sont aujourd’hui assez rares, bien que chaque patient continue inévitablement à créer une fine capsule autour de son implant (comme une coquille). Si vous êtes encore méfiant, considérez ceci : Si votre implant se rompt, il sera très probablement contenu par la capsule, empêchant ainsi le silicone ou le sérum physiologique de migrer ailleurs dans le corps.

Vous pouvez en savoir plus en consultant ces sites web pour l’augmentation mammaire :