Archives de catégorie : medecine esthetique

Cellulite et otoplastie

Cellulite et otoplastie

Au lieu d’utiliser l’énergie électromagnétique radiale, ce traitement utilise l’énergie des radiofréquences. Cela en fait un moyen efficace de réduire la cellulite, de remodeler le corps et de raffermir la peau. Avec un seul appareil, vous pouvez commencer à voir le corps dont vous avez toujours rêvé apparaître dans le miroir. La durée de la procédure est courte et aucun temps d’arrêt n’est nécessaire.

Les cellules graisseuses tuées pendant le traitement de la cellulite sont détruites de façon permanente, vous n’avez donc jamais à vous soucier du retour de ces cellules. Tant que vous maintenez un mode de vie sain, vous ne grossissez pas non plus dans d’autres domaines.

Le traitement chauffe la peau pour offrir tous les avantages énumérés ci-dessus, mais vous n’avez jamais à vous inquiéter de la surchauffe. L’appareil est doté d’un système de surveillance spécial qui ne le laisse pas surchauffer, de sorte que le traitement peut rester confortable tout en étant efficace.

Nous recommandons généralement à nos patients de recevoir une série de traitements au fil du temps. C’est la meilleure façon de s’assurer que toutes les zones ont été correctement traitées. Les cellules adipeuses mettent du temps à être éliminées après avoir été détruites, de sorte que les résultats de la réduction de la graisse ne seront pas immédiatement visibles.

Il s’agit d’une procédure complète d’amélioration du corps. Aucun temps de récupération n’est associé à ce traitement impressionnant, de sorte que vous pouvez immédiatement reprendre votre routine quotidienne lorsque vous quittez notre cabinet.

Qui est un bon candidat ?

Pour être un bon candidat à tout type de traitement de la cellulite, nous vous recommandons d’avoir de la cellulite visible. Vous devez également être prêt à maintenir un mode de vie sain après avoir atteint les résultats souhaités.

Si vous êtes l’une des nombreuses femmes de ce pays qui souffrent de cellulite, l’un de ces traitements pourrait vous convenir. La meilleure façon de le savoir est de programmer votre consultation à Spa. Nos professionnels discuteront plus en détail des différences entre zWave et Contoura, afin que vous puissiez prendre ensemble une décision éclairée.

Coûts de l’opération
Ces coûts sont liés à l’otoplastie ou à la chirurgie de pincement des oreilles pour corriger les oreilles proéminentes ou « oreilles de chauve-souris ». Si vous avez une affection spécifique de l’oreille que vous souhaitez faire corriger, nous pourrons vous informer du coût après votre consultation de chirurgie de l’oreille.

Coût total de l’otoplastie ou de l’opération de pincement de l’oreille : 6 990  – 7 900 euros (y compris les honoraires du chirurgien, du chirurgien assistant, de l’anesthésiste, de l’hôpital, de la salle d’opération et de toutes les visites de suivi).

Ce prix suppose une couverture hospitalière par un fonds privé. Si la couverture par un fonds ne s’applique pas à votre situation, prévoyez des frais supplémentaires de 1 800 euros.

 

Pour en savoir plus : https://www.annuaire-papillon.com/augmentation-mammaire-paris.html

Médecine esthétique pour les adultes

Médecine esthétique pour les adultes

Un potentiel commercial en plein essor dans le domaine de la médecine esthétique

Les traitements médicaux esthétiques sont dans l’esprit des consommateurs, avec plus d’un tiers des adultes américains qui envisagent des procédures esthétiques au cours de l’année prochaine.

Le pourcentage d’adultes de moins de 45 ans qui envisagent un traitement cosmétique dans les 12 prochains mois est encore plus élevé, à 49 %.

« À bien des égards, les jeunes adultes modifient la façon dont la société considère les procédures cosmétiques – ils sont plus ouverts à l’idée que la beauté est individualisée et personnalisable, et que les interventions cosmétiques représentent leurs choix personnels concernant leur propre corps pour leur propre confiance.

Entre autres conclusions : 80% des français disent vouloir changer au moins une partie de leur corps, la plupart d’entre eux visant les dents ou les parties médianes.

En outre, plus de personnes s’intéressent aux procédures non chirurgicales qu’aux procédures chirurgicales.

Si le renforcement de la confiance en soi est l’une des principales motivations pour vouloir un changement esthétique, les raisons professionnelles sont également des raisons importantes pour lesquelles les adultes envisagent une ou plusieurs procédures. Les hommes, en particulier, disent vouloir paraître plus jeunes pour travailler ou pour commencer un nouvel emploi.

Qu’est-ce qui peut empêcher ces personnes d’aller de l’avant avec des procédures esthétiques ? la plupart des gens disent que le coût des traitements et la crainte de complications ou de mauvais résultats sont des obstacles. Parmi les autres grandes préoccupations, citons la recherche du bon prestataire, les temps d’arrêt, la crainte de donner l’impression d’avoir déjà travaillé et le manque de certitude quant aux options de traitement appropriées. Une personne interrogée sur dix a indiqué que la stigmatisation associée au choix de la chirurgie esthétique était une préoccupation.

On a publié les résultats de l’enquête le 26 septembre 2018, qui montrent que les cinq principaux traitements non chirurgicaux envisagés sont la dentisterie esthétique, la réduction non chirurgicale de la graisse, l’épilation au laser, les traitements de la peau du visage (comme le micronettoyage) et le remplissage du visage et des lèvres. Les cinq principales interventions chirurgicales envisagées sont l’abdominoplastie, la liposuccion, la blépharoplastie, le lifting du menton ou du cou, l’augmentation mammaire et le lifting facial arrivant ex aequo à la cinquième place.

Selon l’enquête, les hommes et les femmes semblent être aussi intéressés par les traitements esthétiques dans l’année à venir.

Plus de 2000 adultes âgés de 18 ans et plus ont participé à l’enquête en ligne en juillet 2018, un marché en ligne permettant aux gens d’apprendre et de partager leurs expériences sur les procédures esthétiques et de se mettre en relation avec des fournisseurs de traitements.

 

Pour en savoir plus : http://www.choixdunet.fr/docteur-riccardo-marsili-paris-15395_1_1973.html

Ce que vous devez savoir sur l’abdominoplastie

Etude et abdominoplastie

Qu’est-ce qu’une mini-couche abdominale ?
Une mini-abdominoplastie est une intervention chirurgicale qui permet de redonner un aspect lisse à la zone située sous le nombril en enlevant l’excès de tissu. L’intervention peut remplacer une cicatrice de césarienne peu esthétique par une cicatrice plus basse, à peine plus longue. Cependant, comme elle ne s’adresse qu’à une bande de peau assez étroite dans le bas-ventre, elle peut laisser de nombreuses vergetures.

Il n’existe pas de définition universellement acceptée de l’intervention. En fait, il s’agit plus d’un terme de marketing que d’un terme médical. Une véritable mini plastie du ventre est probablement réalisée en excisant une vieille cicatrice de césarienne et en enlevant quelques centimètres de peau supplémentaires pour resserrer la moitié inférieure de l’abdomen, et c’est tout. Certains chirurgiens resserrent les muscles abdominaux inférieurs, mais ce n’est pas toujours fait (ou nécessaire).

Une liposuccion peut être pratiquée au cours de la même opération, pour enlever l’excès de graisse et remodeler l’abdomen et les flancs. L’intervention peut également être combinée avec une augmentation mammaire ou un lifting dans le cadre d’un relooking mammaire.

Qui est un bon candidat pour une mini-chirurgie de plastie abdominale ?

Cette procédure peut être une bonne option pour les personnes qui :

présentent un léger relâchement de la peau ou un léger creux dans le bas de l’abdomen

N’ont besoin que d’une réparation musculaire minimale sous le nombril

Ne pas prévoir de futures grossesses (ce qui aurait pour effet d’étendre à nouveau la zone)

Si un rouleau de peau se forme au-dessus de votre taille lorsque vous vous pliez à la taille ou si vous avez besoin d’une réparation et d’un resserrement musculaire importants, vous êtes probablement un meilleur candidat pour une opération de plastie abdominale complète. La plupart des femmes qui ont eu au moins deux enfants seront probablement de meilleures candidates pour une abdominoplastie complète.

Les mini abdominoplasties sont généralement pratiquées sur les femmes, mais certains hommes en ont également. Les patients masculins sont généralement des hommes très en forme qui n’ont pas de graisse corporelle, ont des muscles déchirés et ont juste un peu de peau en plus ». La plupart des patients masculins qui se font refaire le ventre, ont perdu énormément de poids, soit par un régime et de l’exercice, soit par une chirurgie gastrique, et ont donc besoin de plus d’ablation de tissus que ne peut le faire une mini procédure.

Quels sont les avantages et les inconvénients d’une mini-extension du ventre ?

Une mini-abdominoplastie peut resserrer et aplatir le bas-ventre.

Elle peut remplacer une cicatrice de césarienne par une version plus basse et plus nette qui doit devenir une fine ligne horizontale.

L’opération n’est pas aussi agressive qu’une plastie abdominale complète, de sorte que de nombreux patients retournent au travail après une semaine (contre un mois d’arrêt de travail pour une plastie abdominale complète).

Le coût de l’opération est généralement inférieur de quelques milliers de d’euros à celui d’une plastie abdominale complète.

Contre

Comme la procédure ne permet pas de traiter les vergetures, la peau flasque ou la séparation des muscles au-dessus du nombril, les résultats peuvent être limités.

L’intervention peut donner aux patients un aspect déséquilibré, avec un ventre inférieur plat et un ventre supérieur saillant.

L’opération n’est toujours pas bon marché, et l’assurance ne la couvrira pas.

Mini abdominoplastie contre abdominoplastie complète : Quelle est la différence ?
La plastie abdominale complète est une intervention beaucoup plus approfondie que la plastie miniature. Elle vise toute la zone abdominale, enlève environ deux fois plus de peau qu’une mini-compensation et resserre les muscles abdominaux et la peau jusqu’aux côtes. Elle nécessite également jusqu’à un mois de convalescence, présente un risque de complications plus élevé et coûte en moyenne 2 000 euros de plus.

Toute intervention chirurgicale pratiquée lors d’un mini-tuck se déroule sous le nombril – le nombril n’est pas touché ni déplacé – de sorte que la peau et les muscles de la moitié supérieure de l’abdomen ne peuvent pas être resserrés. La peau relâchée et lâche au-dessus du nombril fait de vous un meilleur candidat pour une plastie abdominale complète.

L’un des avantages d’une mini-procédure de plastie abdominale est la longueur de l’incision (et donc de la cicatrice) : alors qu’une plastie abdominale complète nécessite une incision qui va de la hanche à la hanche ainsi qu’une autre autour du nombril, une mini-procédure crée généralement une incision plus courte, de quatre à six pouces.

Autre avantage de la mini : elle est plus facile à réviser ultérieurement. Il est préférable de faire les abdominaux traditionnels parfaitement, une seule fois. Cependant, avec une mini plastie abdominale, il n’y a aucune difficulté à effectuer une révision ou une plastie abdominale secondaire plus tard. Aucun pont n’est brûlé.

Les compétences et l’expérience de votre chirurgien plastique sont bien plus importantes que la décision de vous faire faire une mini plastie du ventre. Choisissez votre chirurgien plutôt que la technique et laissez-les vous expliquer pourquoi une technique peut être meilleure qu’une autre.

Bien que nous aimerions faire des mini abdominoplasties sur tout le monde, de nombreux patients ont besoin d’un modelage beaucoup plus important. La procédure optimale pour vous dépend entièrement de votre anatomie, et non de votre objectif de guérison « idéal » ».

Combien de temps après l’accouchement pouvez-vous subir la procédure ?
De nombreux chirurgiens recommandent d’attendre six mois après la naissance, mais aucune étude scientifique ne montre que six mois est mieux que trois mois. Cela dépend probablement de la façon dont la grossesse a été traumatisante pour votre corps.

Une femme qui a eu un bébé d’un kilo sans avoir connu une grande expansion de la peau et des muscles pourrait attendre moins longtemps qu’une femme plus petite qui a eu un plus gros bébé ou des jumeaux. Si vous êtes une personne plus petite et que votre ventre est devenu vraiment très gros, vous voudriez attendre de neuf mois à un an. Vous devez donner à votre corps une chance de s’en remettre tout seul. Il est difficile de prévoir comment la peau va rebondir d’elle-même.

Que se passe-t-il lors d’une mini intervention de plastie abdominale ?
L’intervention dure deux à trois heures. Comme la plupart des opérations de chirurgie plastique, elle est généralement pratiquée dans un centre de chirurgie ambulatoire ou dans un cabinet médical, sous anesthésie générale ou locale avec sédation. Vous pourrez rentrer chez vous quelques heures après l’intervention.

Si vous subissez également une liposuccion, le chirurgien le fera en premier. La liposuccion crée plus de peau, et elle met aussi beaucoup de médicaments anesthésiants dans le corps. Si l’abdomen est soumis à une liposuccion, les incisions seront faites dans la peau qui sera excisée. Si l’excès de graisse est retiré d’autres zones, l’intervention est réalisée par de minuscules incisions pour le tube (appelé canule).

Une fois la lipo terminée, votre chirurgien fera une courte incision dans le bas de votre ventre, généralement juste au-dessus du pubis. Il enlèvera une partie de la peau, généralement en forme de ballon de football, et pourra resserrer ou réparer les muscles sous-jacents. Si vous avez une cicatrice de césarienne, l’incision se fera à un pouce en dessous et deux à trois pouces de peau au-dessus sera enlevée.

Vous devez laisser environ 16 centimètres entre le nombril et le vagin lorsque vous avez terminé, sinon vous tirerez le nombril vers le bas, sous la boucle de ceinture, ce qui a l’air bizarre.

Certains chirurgiens enlèvent aussi un peu de graisse sur la face inférieure de la peau restante, ce qui en fait une couche plus fine.

L’incision est ensuite fermée avec des points de suture dissolvables, du ruban adhésif chirurgical ou de la colle. La plupart des chirurgiens n’insèrent pas de drains chirurgicaux.

Une fois que vous aurez récupéré de l’anesthésie, vous serez renvoyé chez vous. Il est important de prévoir que quelqu’un vous accompagne et reste avec vous pour la première nuit.

Une mini plastie abdominale peut-elle réparer la diastase recti ?
De nombreux chirurgiens limitent l’intervention à l’ablation de la peau flasque, mais d’autres resserrent et réparent les muscles, notamment en traitant le diastasis recti – un état dans lequel les muscles de la paroi abdominale se séparent, provoquant la saillie de l’estomac. Elle survient souvent après la grossesse (alias ventre de maman), bien qu’elle touche également les hommes (alias intestin de gars). Lors de la réparation d’un diastasis recti, les muscles abdominaux sont suturés ensemble comme un corset.

Cependant, le diastasis recti peut se produire au-dessus et en dessous du nombril. Lors d’une mini intervention de plastie abdominale, le chirurgien ne peut réparer que le diastasis situé sous le nombril, tandis que les deux tiers supérieurs des muscles abdominaux de la partie médiane ne sont pas réparés, ce qui peut entraîner un gonflement de l’abdomen supérieur. Pour certains patients, cela peut les faire paraître enceintes de quatre mois seulement dans le haut de l’abdomen.

À quoi devez-vous vous attendre pendant la mini-récupération de la plastie abdominale ?
La plupart des gens n’ont besoin que d’une semaine d’arrêt de travail pour se rétablir. Un certain inconfort est à prévoir, mais à moins que vos muscles abdominaux n’aient été réparés, la douleur ne devrait pas être trop forte. Vous n’aurez probablement besoin que d’une faible dose de narcotiques pendant quelques jours, pour vous maintenir à l’aise.

Votre chirurgien vous demandera de porter un vêtement de compression pendant six à huit semaines après votre intervention. Ce vêtement réduit les gonflements et les ecchymoses tout en aidant la peau à se rétracter. La compression permet également d’éviter le recueil de liquide (sérome), une complication courante. Certains patients portent le vêtement à plein temps pendant quatre semaines et la moitié du temps pendant quatre semaines.

L’enflure peut encore être importante, d’où le terme « enflure d’enfer ». Vous aurez un pic de gonflement au bout de cinq jours, et il devrait diminuer chaque jour par la suite. Votre système de drainage lymphatique a été perturbé par l’incision, de sorte que l’excès de liquide – qui normalement s’écoulerait dans les ganglions lymphatiques de votre aine – doit se déplacer, contre la gravité, vers les ganglions lymphatiques de vos aisselles.

Il n’est pas rare de ne pas pouvoir rentrer dans vos vêtements pendant quelques semaines après l’opération en raison du gonflement, mais celui-ci devrait se résorber en quelques semaines, à mesure que l’incision guérit et que les canaux lymphatiques sont rétablis. Un massage lymphatique pendant les deux premières semaines peut contribuer à accélérer le processus.

Il peut s’écouler jusqu’à six semaines avant que vous puissiez reprendre toutes vos activités. La plupart des gens ne devraient pas essayer d’activités fatigantes, telles que des exercices cardio, avant au moins un mois après l’opération. Cependant, chaque patient est différent, c’est pourquoi il est important de suivre les instructions spécifiques de votre chirurgien, afin de réduire les complications et d’accélérer le temps de récupération.

Quand verrez-vous les résultats de la mini-poussée du ventre ?
Il faut compter entre quelques semaines et quelques mois après l’opération pour que le gonflement diminue et que votre peau se détende pour avoir l’air plus naturelle. Je dis généralement aux gens qu’ils seront heureux dans un mois et qu’ils seront amoureux dans trois mois.

Certaines personnes sont mécontentes de la façon dont leur nombril se stabilise après l’intervention. Si vous n’êtes pas satisfait du résultat, demandez à votre médecin quelles sont les autres techniques qui peuvent vous aider à obtenir le ventre plat que vous souhaitez. Des exercices pour renforcer vos muscles abdominaux peuvent vous aider, mais souvent, une abdominoplastie complète peut être nécessaire.

Combien de temps durent les résultats de la mini-palpation du ventre ?
Les résultats de la mini-palpation sont censés être permanents, en supposant que vous ne tombiez pas enceinte ou que votre poids ne change pas de façon extrême. Si vous êtes satisfaite de vos résultats, vous pouvez les maintenir grâce à une alimentation saine et à un exercice physique régulier.

À quoi ressemble une mini-cicatrice de plastie abdominale ?
Une mini-cicatrice de plastie abdominale ne devrait pas être longue et devrait être entièrement cachée sous la ligne de culotte (ou la ligne du maillot). Si les patients s’inquiètent de leur cicatrice, il les encourage à apporter leur culotte ou leur maillot de bain le jour de l’opération. Nous allons dessiner sur la ligne de culotte avant l’opération, et je m’assurerai que la cicatrice reste en dessous.

La cicatrice mesure souvent moins de 15 cm de long, ce qui est beaucoup plus petit qu’une cicatrice de plastie abdominale traditionnelle, qui va généralement de la hanche à la hanche (avec éventuellement une autre autour du nombril). Les patients qui ont une plastie abdominale complète après une perte de poids importante peuvent également s’attendre à une grande cicatrice en forme de T renversé sur tout le milieu de l’abdomen.

En fin de compte, la longueur de la cicatrice dépend de la quantité de peau à enlever. De nombreuses mini-cicatrices de décollement sont aussi longues que les cicatrices de décollement complet à cause de l’excès de peau. Les deux incisions sont placées juste au-dessus de la ligne pubienne et sont facilement dissimulées sous les vêtements.

Il faut parfois six mois, voire plus, pour qu’une cicatrice se développe. Il est assez fréquent que les bords de la cicatrice soient un peu bousculés ou surélevés au début. Une fois l’incision complètement cicatrisée (vers la quatrième semaine), des feuilles de silicone ou un gel comme Biocorneum peuvent réduire la cicatrice visible.

Quels sont les risques ou les effets secondaires potentiels d’une mini plastie abdominale ?
Les mini-plis abdominaux ne comportent pas beaucoup de risques au-delà des effets secondaires potentiels habituels de la chirurgie : gonflement, ecchymoses, réactions allergiques à l’anesthésie, infection ou changements de la sensation de la peau à proximité de l’incision.

Si vous remarquez d’autres symptômes qui vous semblent inhabituels, demandez à votre médecin de vous aider à les gérer.

Une mini plastie du ventre en vaut-elle la peine ?
Les membres de LMP qui ont subi une mini-opération de plastie abdominale lui accordent une note de 90 %, contre 96 % pour une opération complète de plastie abdominale.

Il est important d’avoir une vision réaliste de ce qu’une mini-opération peut accomplir. Par rapport aux résultats spectaculaires que l’on peut obtenir avec une abdominoplastie complète, une mini plastie abdominale donne un résultat minime parce que c’est une mini procédure.

Il est crucial de trouver un chirurgien qui vous recommandera une autre option si vous n’êtes pas un bon candidat. Une membre de RS qui a opté pour une mini abdominoplastie appelle son opération « une perte de temps et d’argent ». Elle dit que son nombril a l’air terrible maintenant, et que le haut de son ventre se gonfle. Avec le recul, j’aurais dû faire tout le TT ou attendre et ne rien faire.

Combien coûte un mini lifting du ventre ?
Le coût moyen d’un mini lifting du ventre est d’environ 6 200 euros, contre un peu plus de 8 000 euros pour un lifting complet du ventre.

Votre coût dépendra de la complexité de l’opération – par exemple, si vous subissez également une liposuccion ou si vous avez besoin d’une réparation de diastasis recti – ainsi que du niveau d’expérience et de l’emplacement de votre chirurgien. Un chirurgien plasticien agréé spécialisé dans la plastie abdominale coûtera plus cher, mais vous aurez plus de chances d’être satisfaite de vos résultats (et d’éviter une révision chirurgicale coûteuse).

Certains cabinets proposent des options de financement, et certaines sociétés de crédit spécialisées dans les frais médicaux offrent des prêts sans intérêt – si vous pouvez rembourser le solde dans les 24 mois. Veillez à bien lire les petits caractères avant de vous inscrire.

Les abdominaux peuvent améliorer votre vie sexuelle !

C’est vrai, l’abdominoplastie peut améliorer votre vie sexuelle ! Et ce n’est pas seulement parce que vous êtes plus séduisante avec un ventre plus plat et plus serré. Un avantage inattendu de la plastie abdominale est qu’en soulevant la peau du monticule pubien (le mons pubis), l’angle de la vulve est modifié. Ainsi, non seulement vous aurez meilleure allure, mais vous vous sentirez peut-être mieux aussi.

Les facteurs subjectifs et objectifs impliqués ont été mesurés dans une étude pilote réalisée en 2011 à l’école de médecine. Les changements physiques dans la distance des parties anatomiques féminines ont été mesurés (en particulier la distance entre le processus xiphoïde et la commissure vulvaire). Le processus xiphoïde est l’extension du cartilage à l’extrémité inférieure du sternum, au milieu de la poitrine. La commissure vulvaire comprend la zone où le mons pubis rejoint les lèvres. Ainsi, si la distance entre ces deux éléments anatomiques est réduite, la vulve est nécessairement tirée vers le haut un peu plus haut. Par conséquent, le clitoris est plus exposé après une abdominoplastie.

Deux instruments psychologiques ont été utilisés pour évaluer les réponses subjectives des femmes. L’Échelle d’évaluation de la sexualité a été développée spécifiquement pour cette étude. Ce SAS était composé de 8 questions posées aux 19 femmes qui ont participé à l’étude. Six mois après leur intervention chirurgicale, les 19 femmes ont toutes signalé une amélioration de leur vie sexuelle et de leur image corporelle. Quel succès ! Et comme il est intéressant de constater que cet effet inattendu de la plastie abdominale a maintenant des preuves scientifiques. Mais sachez que les femmes souffrant de dysfonctionnement sexuel ont été exclues de l’étude afin d’obtenir des résultats précis et de normaliser les variables. Une plastie abdominale n’aidera pas les femmes pré-orgasmiques. Il s’agissait d’une étude pilote, c’est-à-dire la première étude à se pencher sur ce phénomène ; d’autres recherches seront nécessaires.

Cependant, si vous souhaitez une plastie abdominale pour les raisons principales d’enlever l’excès de peau après une perte de poids ou de resserrer les muscles abdominaux dans le cadre d’un relooking de maman, le centre de chirurgie esthétique de Little Rock est l’endroit à visiter. Nous offrons également une consultation.

Bien qu’il soit de plus en plus fréquent que l’abdominoplastie soit pratiquée en combinaison avec d’autres procédures, il a été suggéré que ces procédures combinées peuvent augmenter le risque de complications postopératoires.

Objectif : L’objectif de cette étude était de déterminer si l’abdominoplastie pratiquée en conjonction avec des procédures complémentaires entraînerait une morbidité accrue.

Méthodes : Un total de 102 patients ayant subi une abdominoplastie, seule ou combinée à une chirurgie complémentaire, entre mars 2003 et mars 2005 ont été inclus. Un examen rétrospectif des dossiers a été effectué conformément aux directives du conseil d’examen institutionnel. Les chirurgies combinées comprenaient une réduction mammaire, une mastopexie, une hystérectomie, des révisions de colostomie et des réparations de hernie ventrale. Les taux de complications ont également été corrélés avec l’indice de masse corporelle (IMC). Vingt-sept patients ont subi une abdominoplastie seule, et 47 patients ont fait partie du groupe combiné d’abdominoplastie. Les taux de complication de 18,5 % contre 17 %, respectivement, ont été analysés avec un test t (P = 0,44) et ont été stratifiés en fonction de l’IMC.

Résultats : Nous avons trouvé une corrélation directe entre un IMC élevé et un taux de complication accru. La comparaison entre un IMC < 25 (normal) et un IMC > 30 (obèse) a révélé des taux de complications de 9 % contre 36 %, respectivement (P < 0,02). Dans notre étude, l’obésité était un prédicteur significatif des complications postopératoires.

Conclusions partiale : Il semblerait que la combinaison de l’abdominoplastie avec des procédures chirurgicales supplémentaires ne conduise pas à une augmentation des taux de complications et soit sûre avec des patients soigneusement sélectionnés et une prophylaxie appropriée de la thrombose veineuse profonde.

Thème : procédure d’index de masse obésité-tout le monde complications postopératoireshystérectomie-interventions chirurgicales, morbiditéthrombose opératoire, veine profonde, prophylaxieastopexyabdominoplastie examen des dossiers médicaux
Section des questions : Forum scientifique
L’abdominoplastie est une procédure de rajeunissement du tronc communément pratiquée, dont la popularité semble augmenter. Les indications comprennent des considérations esthétiques secondaires à un pannicule abdominal large et symptomatique, une diastase des muscles droits de l’abdomen et des cicatrices inesthétiques. Fondamentalement, l’opération consiste en une dermatolipectomie de la paroi abdominale inférieure, une réapproximation de la couche musculo-fasciale, et un sapement et un avancement du lambeau abdominal supérieur.

Il semblerait qu’il soit de plus en plus fréquent que des procédures combinées soient effectuées dans le même cadre par un ensemble de médecins, notamment des chirurgiens généralistes, des gynécologues, des chirurgiens colorectaux et des chirurgiens plasticiens. D’après notre expérience, le plus souvent, une abdominoplastie est associée à une procédure gynécologique telle qu’une hystérectomie ou une ovariectomie, à une procédure esthétique supplémentaire telle qu’une augmentation mammaire ou une mastopexie, ou à une hernie. Notre population de patients a développé un intérêt considérable pour ces procédures combinées afin de réduire le temps opératoire, l’anesthésie, le temps de récupération et le coût global.

Les préoccupations relatives à la sécurité des patients ont été abordées dans des publications antérieures. Il a également été suggéré qu’une abdominoplastie associée à des procédures intra-abdominales ou gynécologiques pourrait en fait augmenter le risque de complications postopératoires. Cet article présente notre expérience institutionnelle des abdominoplasties combinées à une grande variété d’autres procédures chirurgicales.

Méthodes
Un examen rétrospectif des dossiers a été effectué sur les patients ayant subi des abdominoplasties pratiquées par le service de chirurgie plastique de notre institution entre mars 2003 et mars 2005.

Suite à l’approbation du conseil d’examen de l’institution, les notes opératoires dictées sur tous les patients ont été examinées. Les patients ont été séparés en deux groupes : un groupe témoin (ceux qui ont subi une abdominoplastie uniquement) et un groupe expérimental (ceux qui ont subi une abdominoplastie et une autre procédure chirurgicale). Toutes les visites postopératoires ont été documentées et examinées pour détecter d’éventuelles complications. Les complications comprenaient l’infection de la plaie, la déhiscence de la plaie, la thrombose veineuse profonde (TVP) et le sérome. Le même examen a également été effectué sur les patients ayant subi une panniculectomie et une lipectomie de ceinture. Les données ont été compilées et analysées en fonction de plusieurs variables (indice de masse corporelle [IMC], sexe et âge).

Résultats
Notre série a donné un taux de complication de 18 % pour l’abdominoplastie seule et de 17 % pour l’abdominoplastie combinée à d’autres interventions (tableau 1). La différence entre les taux de complication n’a pas été jugée statistiquement significative. La lipectomie de la ceinture seule a entraîné un taux de complications de 30 %, tandis que la lipectomie de la ceinture combinée à d’autres procédures a entraîné un taux de complications de 0 %. Le nombre de lipectomies de ceinture dans notre série était trop faible pour déterminer une quelconque signification clinique. Enfin, notre étude a déterminé les taux de complication pour la panniculectomie seule et la panniculectomie combinée à d’autres procédures, qui étaient respectivement de 11 % et 25 %. Une analyse par test t a révélé que la différence des taux de complications n’était pas statistiquement significative.


Dans l’ensemble, la complication la plus fréquemment observée était la déhiscence de la plaie, qui représentait 60 % de toutes les complications. L’infection des plaies représentait 20 % de toutes les complications, tandis que le sérome et la thrombose se produisaient à 7 %.

Plusieurs études ont signalé l’obésité comme une comorbidité importante dans la détermination des taux de complications postopératoires.4,5 Nous avons analysé l’IMC par rapport aux taux de complications pour toutes les procédures. Les données ont été stratifiées selon deux seuils d’IMC : 25 (surcharge pondérale) et 30 (obésité). Plus l’IMC augmentait, plus l’incidence des complications augmentait. La différence de taux de complications entre les patients obèses (IMC ≥ 30) et les patients de poids normal (IMC < 25) a donné une valeur P de 0,027 (tableau 2). Cette valeur était statistiquement significative. En outre, la différence des taux d’infection des plaies et des taux de déhiscence des plaies entre les patients en surpoids (IMC ≥ 25) et les patients de poids normal était également statistiquement significative (tableau 3).

La réalisation de procédures complémentaires en combinaison avec l’abdominoplastie est une pratique courante dans de nombreux services de chirurgie plastique. Plusieurs auteurs ont fait état de la sécurité de la combinaison de diverses procédures chirurgicales avec l’abdominoplastie . Cette pratique offre un avantage financier au patient et réduit la nécessité d’hospitalisations multiples. Cette pratique offre un avantage financier au patient et réduit la nécessité d’hospitalisations multiples. Il semble y avoir une perception répandue que la combinaison de procédures chirurgicales augmente la morbidité, malgré les preuves du contraire. Hensel et al6 ont constaté que les patients subissant une abdominoplastie combinée à des procédures intra-abdominales ne présentaient pas une augmentation significative des complications.

Notre étude rétrospective a examiné 102 patients de 2003 à 2005 qui ont subi des abdominoplasties, des lipectomies de ceinture et des panniculectomies pratiquées par le département de chirurgie plastique de l’université. Souvent, l’abdominoplastie, la lipectomie de la ceinture ou la panniculectomie étaient combinées à une autre procédure chirurgicale, telle qu’une hystérectomie abdominale totale (HAT) ou une salpingo-ovariectomie bilatérale (BSO).

Nos données ne montrent pas d’augmentation significative de la morbidité entre notre groupe de contrôle et les patients qui ont subi des procédures chirurgicales combinées. Les résultats des séries de données sur la lipectomie de ceinture sont significatifs (P = 0,02), mais ils sont basés sur un échantillon de petite taille. Nos résultats se comparent favorablement à ceux d’autres rapports. Une étude israélienne examinant la sécurité de l’HAT combinée à une abdominoplastie chez 15 patients a révélé un taux de complications majeures acceptablement bas par rapport à l’une ou l’autre procédure seule. Une étude a révélé que les complications les plus importantes étaient une infection superficielle de la plaie et une déhiscence mineure. Notre étude a abouti à des conclusions similaires.

Notre seule complication thrombotique postopératoire a été la thrombose de la veine saphène chez un patient qui a subi une réparation d’hernie ventrale combinée à une panniculectomie. Le patient était morbidement obèse (IMC ≥ 40) et s’est présenté aux urgences avec une douleur et un gonflement de la jambe après un vol de 4 heures en avion. Elle a été admise et traitée à l’héparine. Les symptômes se sont résorbés et il n’y a plus eu de séquelles. D’autres études ont montré que l’incidence des événements thrombotiques postopératoires est étroitement liée à l’obésité de la patiente plutôt qu’à la combinaison des procédures chirurgicales. De plus, l’obésité était un facteur de risque de complications postopératoires tant dans le groupe témoin que dans le groupe expérimental.

Un résultat notable de notre série de données est l’absence de TVP en tant que complication postopératoire. Diverses études ont rapporté une incidence postopératoire de TVP chez les patients ayant subi une chirurgie plastique comprise entre 0,39 % et 1,1 %.10,11 Une autre étude, portant sur 222 patients, a révélé une incidence postopératoire d’embolie pulmonaire (EP) de 6,6 % chez les patients ayant subi une abdominoplastie combinée à diverses procédures gynécologiques.12 Dans notre série, nous n’avons trouvé aucune corrélation de ce type. Ce résultat peut être principalement attribué à notre prophylaxie de la TVP. Nous avons traité tous ces patients comme étant à haut risque sur la base des critères établis par le groupe de travail de chirurgie plastique de 1999 sur la prophylaxie de la thrombose veineuse profonde. Chacun d’eux a reçu 5000 unités d’héparine, administrées par voie sous-cutanée, et des dispositifs de compression pneumatique intermittente ont été placés avant l’induction de l’anesthésie et maintenus en place jusqu’à ce que le patient soit totalement ambulatoire. Le risque de TVP a été déterminé par le dernier modèle d’évaluation du risque. L’âge, l’obésité, l’utilisation de contraceptifs oraux, la grossesse, les antécédents de TVP/EP et les états d’hypercoagulation ont tous été considérés comme des facteurs de risque prédisposants dans le modèle. Nous avons considéré que la plupart des patients de notre étude présentaient un risque relativement élevé de complications thrombotiques. Par conséquent, ils ont tous été traités avec les dispositifs de compression pneumatique mentionnés ci-dessus ainsi qu’avec de l’héparine sous-cutanée.

Conclusion
Nos données confirment les résultats d’autres rapports pertinents : la performance de l’abdominoplastie combinée à d’autres procédures chirurgicales ne semble pas produire une morbidité supplémentaire significative. Les facteurs de risque connexes doivent être dûment pris en compte lors de l’évaluation et de l’acceptation d’un candidat pour de telles procédures combinées. Une évaluation préopératoire approfondie par le chirurgien plasticien et soit le chirurgien général, soit le gynécologue est attendue pour un résultat réussi. Une prophylaxie thrombotique appropriée dans ce groupe à haut risque est certainement justifiée.

La technique de reconstruction mammaire permet aussi de rentrer le ventre

Dans un monde parfait, on n’aurait jamais eu un high probablement de développer un cancer du sein.

Dans ce monde imparfait, après une mastectomie bilatérale prophylactique, elle est devenue une candidate parfaite pour une technique de reconstruction mammaire proposée par le centre médical de l’université du Mississippi qui utilise la graisse, la peau et les vaisseaux sanguins de l’abdomen d’une femme pour reconstruire ses seins.

Je savais que je ne voulais pas d’implants. Votre corps pourrait le rejeter. Je préfère utiliser mes propres tissus plutôt que quelque chose d’étranger.

Et, cette athlète et mère de trois enfants savait qu’elle voulait épargner du muscle si elle le pouvait.

Alors qu’elle commençait à rechercher des techniques, elle a opté pour une procédure de lambeau appelée DIEP, pour l’artère perforante épigastrique inférieure profonde. Les chirurgiens déplacent la graisse, la peau et les vaisseaux sanguins de l’abdomen pour reconstruire les seins. Puis, à l’aide de techniques microchirurgicales, ils doivent rattacher les vaisseaux sanguins pour que le tissu survive. Comme aucun muscle n’est impliqué, la plupart des femmes se rétablissent plus rapidement et ont une plus grande probabilité de conserver leur force abdominale.

Plusieurs techniques de reconstruction mammaire permettent de déplacer les muscles de l’abdomen ou du dos d’une femme pour faciliter la reconstruction. Il est plus facile de rattacher les vaisseaux sanguins.

Sur la base de ses recherches, elle est venue voir McIntyre à propos du volet DIEP. Elle était avec un autre patient, mais elle est venue quand elle a eu fini. J’ai pensé que si vous pouviez me faire sentir que j’étais assez importante pour tout laisser tomber et venir me voir, je serais peut-être au bon endroit.

J’ai dit que si c’est elle qui vient avec vous, c’est elle que je choisirai. Son interaction avec l’équipe multidisciplinaire du sein a commencé après qu’elle ait vu l’histoire d’Angelina Jolie, qui a été testée positivement pour des mutations dans un gène appelé BRCA qui indique une forte probabilité de développer un cancer du sein et des ovaires. Avec des antécédents de cancer du sein du côté maternel et paternel de la famille, elle a pensé qu’elle devrait être testée.

Elle a subi un test génétique et s’est révélée positive au BRCA. Les femmes qui ont des antécédents familiaux de cancer du sein et dont le test est positif pour les mutations BRCA1 ou BRCA2 ont une plus grande chance de développer un cancer du sein et des ovaires.

C’était vraiment un moment émouvant. Vous n’êtes qu’une cible facile. Tu attends juste que quelqu’un te dise que c’est ton heure.

Avant le test, elle a décidé des mesures qu’elle allait prendre. J’ai dit que si le test est positif, je vais faire quelque chose. Plus tard, elle se fera probablement enlever ses ovaires aussi. Pour l’instant, les médecins surveillent de près pour retarder cette opération le plus longtemps possible.

 

Abdominoplastie Paris

Consultez aussi : https://www.crpce.com, https://excellence-esthetique.fr, https://chirurgien-esthetique.paris

Etude médicale sur l’abdominoplastie

Etude sur l'abdominoplastie

Introduction
L’obésité est associée à plusieurs problèmes de santé, en plus des troubles psychologiques et sexuels. Une perte de poids importante après une chirurgie bariatrique entraîne une diminution du volume des tissus adipeux sous-cutanés chez ces patients. Un nouveau problème est apparu sous la forme d’une laxité et d’une redondance de la peau dans de nombreuses régions du corps, notamment les bras, les cuisses, la ptose mammaire et surtout la région abdominale, qui est la principale plainte de nombreux patients. La hernie de la paroi abdominale est également fréquente chez les patients qui se présentent pour une abdominoplastie, en particulier les hernies para-ombilicales. Ces hernies peuvent être facilement corrigées par l’approche de l’abdominoplastie. L’abdominoplastie est pratiquée pour les patients qui n’étaient pas auparavant obèses morbides ou post-bariatriques – avec une simple surcharge pondérale, des classes d’obésité précoces ou même un poids normal avec des redondances de la paroi abdominale nécessitant une intervention chirurgicale. Plusieurs types d’abdominoplastie ont été décrits en fonction de l’extension de la laxité cutanée, de l’importance et de la répartition de l’adiposité, de l’état musculaire de la paroi abdominale antérieure et du poids corporel ; il convient de noter les mini-abdominoplasties, les abdominoplasties complètes, les abdominoplasties étendues et autres.

Objectif de l’étude
Le principal objectif de l’étude était de comparer différentes techniques d’abdominoplastie chez des patients présentant divers degrés de déformation de la paroi abdominale et de redondance concernant la morbidité et la satisfaction postopératoires. L’objectif secondaire était d’évaluer le résultat de l’ajout d’une réparation concomitante de la hernie ventrale.

Matériels et méthodes
Cette étude comparative prospective non randomisée a été menée sur 30 patients présentés au service de chirurgie générale de , entre août 2015 et juin 2016, présentant des difformités de la paroi abdominale après avoir donné leur consentement éclairé par écrit. La recherche a été approuvée par un comité d’éthique.

Critères d’inclusion
L’étude a porté sur des patients âgés de 18 à 60 ans, présentant différentes déformations de la paroi abdominale, y compris des patients post-bariatriques au moins 12 mois après la procédure bariatrique, dont l’indice de masse corporelle (IMC) est de ≤ 40 kg/m2 et qui ont atteint un poids stable, des patients qui ont accepté la procédure et en comprennent les risques, des patients sains d’esprit et psychologiquement, des patients coopératifs et motivés qui étaient prêts à s’engager dans un suivi post-opératoire.

Critères d’exclusion
Les patients âgés de plus de 60 ans ou de moins de 18 ans, les patients post-bariatriques de moins de 12 mois après une chirurgie bariatrique, encore en période de perte de poids rapide, ou ayant un IMC > 40 kg/m2, les patients mentalement et psychologiquement instables, et les patients qui n’étaient pas prêts à s’engager dans un suivi post-opératoire ont été exclus de l’étude.

Considérations spécifiques dans l’évaluation préopératoire
Calcul de l’IMC, du site de déformation et de l’extension de la paroi abdominale ; la laxité de la peau, l’excès d’adiposité et l’état des muscles ont été effectués. La présence de hernies telles que des hernies para-ombilicales, épigastriques et incisionnelles pour planifier la réparation pendant l’intervention a été évaluée. Une attention particulière a été accordée à la qualité de la peau, à l’étendue et à la localisation des stries et à la localisation des cicatrices antérieures, si elles sont présentes, pour les inclure dans la résection. Des mesures pharmacologiques et mécaniques prophylactiques contre la thromboembolie veineuse étaient obligatoires pour tous les patients. Des photographies préopératoires ont été prises pour tous les patients en vue antérieure et latérale .

Le choix du type d’opération a été basé sur l’extension de la laxité cutanée, la quantité et la répartition de l’adiposité, l’état musculaire de la paroi abdominale antérieure et le poids du corps. La mini-abdominoplastie a été choisie chez des patients non obèses présentant une laxité cutanée excessive limitée au bas-ventre (sous l’ombilic), avec un léger excès de tissu adipeux et une faiblesse musculaire. L’abdominoplastie complète a été envisagée chez les patients présentant une laxité cutanée marquée, un excès d’adiposité et une grave faiblesse musculaire, en plus des stries résultant de grossesses multiples et d’une perte de poids. Cependant, l’abdominoplastie étendue était adaptée aux patients présentant une laxité des tissus mous, en particulier dans la zone des flancs qui s’étend au-delà de l’incision d’une abdominoplastie complète. Chaque fois qu’il était nécessaire de retirer l’excès de graisse des zones ciblées, la réduction des bourrelets et l’amélioration de la liposuccion des contours ont été ajoutées à la procédure.

Techniques chirurgicales
Le marquage préopératoire a été effectué pour une procédure de liposuccion standard lorsqu’elle était prévue, impliquant des régions entières à liposucer, notamment : les flancs, le haut et le bas de l’abdomen, le pubis de Mons et la poitrine latérale. Les incisions chirurgicales ont été marquées. L’incision inférieure est d’abord marquée avec sa partie centrale au niveau de la symphyse pubienne ou légèrement au-dessus, puis elle est poursuivie en direction latérale jusqu’au niveau de l’épine iliaque antéro-supérieure guidée par le pli cutané en abdominoplastie complète, elle a été prolongée jusqu’à la ligne axillaire moyenne en abdominoplastie étendue. Un soin particulier a été apporté à la symétrie de l’incision. Ensuite, l’incision supérieure a été marquée, généralement au niveau de l’ombilic. Enfin, l’incision périombilicale a été marquée. Chez les patients qui devaient subir une abdominoplastie limitée, le marquage de l’incision ne dépassait pas le niveau de la colonne iliaque antéro-supérieure et aucune marque périombilicale n’a été faite. La ligne médiane, les marges costales et les bords latéraux du muscle grand droit de l’abdomen (linea semilunaris) sont marqués car ils constitueront la limite de l’étendue interne de l’atteinte. Tous les marquages ont été effectués alors que les patients étaient debout.

Les patients ont été placés en décubitus dorsal, une anesthésie générale a été administrée par intubation endotrachéale et un dosage prophylactique d’antibiotique a été donné avec induction de l’anesthésie. La liposuccion a commencé (chez les patients qui devaient subir une liposuccion) par l’infiltration d’un liquide tumescent selon une technique super-humide, le liquide tumescent utilisé est un mélange de solution de lactate de Ringer, d’épinéphrine à raison de 1 ml par litre de lactate de Ringer et de solution de lidocaïne à 2% à raison de 40 ml de lidocaïne par litre de lactate de Ringer, puis une liposuccion a été effectuée. Guidée par les marques préopératoires, l’incision transversale inférieure a d’abord été faite au scalpel, puis approfondie pour atteindre l’aponévrose oblique externe et la gaine du rectus par électrocautérisation, le lambeau a été disséqué et soulevé vers le haut jusqu’au niveau de l’ombilic. Lorsque le niveau de l’ombilic a été atteint, une incision périombilicale verticale en forme d’ellipse a été pratiquée pour séparer l’ombilic de la peau environnante, puis l’ensemble du pédoncule ombilical a été séparé à l’aide de ciseaux jusqu’au niveau de la gaine du rectus, en laissant une quantité suffisante de graisse autour du pédoncule ombilical pour assurer sa viabilité. À ce stade, le rabat inférieur a été fendu longitudinalement pour faciliter l’élévation ultérieure du rabat au-dessus du niveau de l’ombilic. L’élévation du lambeau a été poursuivie jusqu’à atteindre le processus xiphoïde en haut et les marges costales latéralement. Une autre élévation du volet inférieur a été effectuée jusqu’au niveau de la symphyse pubienne inférieure. L’hémostase a été réalisée soit par ligature, soit par électrocoagulation des perforateurs. Après l’élévation complète du lambeau, la plicature de la ligne blanche a été effectuée à partir du processus xiphoïde vers le bas jusqu’à l’ombilic, puis la suture a été passée à travers le bord latéral du pédoncule ombilical afin de ne pas affecter sa vascularisation, puis elle a été poursuivie vers le bas dans la ligne médiane jusqu’au niveau de la symphyse pubienne. Chez les patients présentant une faiblesse musculaire sévère, une plicature en deux couches a été effectuée pour assurer un bénéfice maximal. Chez les patients pour lesquels une mini-abdominoplastie était prévue, aucune incision péri-ombilicale n’a été pratiquée et l’ombilic n’a pas été séparé ou a été séparé à sa base du lambeau de gaine sous-jacent. Le lambeau supérieur a été tiré vers le bas et en dedans et l’excès de peau a été marqué pour une résection ultérieure avec les deux côtés symétriques. L’emplacement du nouvel ombilic a été marqué et une incision verticale en ellipse est pratiquée de manière similaire à l’ombilic incisé, la peau est excisée avec le tissu sous-cutané sous-jacent en forme de cône. Avant la fermeture, l’hémostase a été inspectée pour éviter les saignements postopératoires. Et deux drains aspirants sont sortis sur les bords latéraux de la plaie.

Une suture temporaire de la ligne médiane a été placée pour se rapprocher des bords de la plaie, les bords supérieurs ont été fortement avancés bilatéralement vers la ligne médiane et fixés par la mise en place de sutures temporaires. La fermeture se fait en deux couches : le fascia de la Scarpa et le derme profond comme couche appliquant la plupart des tensions sur le fascia de la Scarpa et le derme profond et les sutures subcuticulaires avançant de l’extérieur vers l’intérieur avec de multiples sutures simples sur de larges espaces pour sécuriser les longues sutures subcuticulaires qui en résultent. Enlèvement de toute oreille de chien si elle est présente. L’ombilic est également fermé en deux couches, avec des sutures profondes inversées et des sutures simples. Enfin, la vascularité du lambeau a été évaluée par le temps de remplissage capillaire au-dessus du bord supérieur de la plaie. Dans la mini-abdominoplastie, l’ombilic séparé a été fixé à la gaine sous-jacente à un niveau de 2 à 3 cm plus bas que son site d’origine (technique du flotteur ombilical. Il est important de dire que chez les patients qui avaient une hernie concomitante au moment de la présentation, nous avons effectué une réparation par maillage.

Soins post-opératoires
Les patients étaient encouragés à se déplacer immédiatement. Des antibiotiques prophylactiques et des analgésiques post-opératoires étaient administrés. L’anticoagulation prophylactique était poursuivie jusqu’à la sortie. Des photographies postopératoires ont été prises. Les patients sortaient généralement le deuxième ou le troisième jour post-opératoire, la viabilité des lambeaux et de l’ombilic étant vérifiée avant la sortie. Ils étaient mis sous antibiotiques prophylactiques, analgésiques avec des conseils pour minimiser leur effort physique et un pansement quotidien pour les plaies. Des vêtements de contention ou de compression abdominale ont été utilisés pendant un mois.

Suivi
Un suivi a été effectué dans la clinique de jour. Les drains ont généralement été retirés dans un délai d’une semaine ou lorsqu’il s’écoule moins de 30 ml par jour et qu’il n’y a pas de preuve de collecte, sauf dans les cas de réparation de mailles pour une hernie existante, les drains d’aspiration ont été laissés pendant une période d’au moins 3 semaines. Les sutures étaient généralement enlevées après 2 ou 3 semaines selon l’état de la plaie. D’autres photographies ont été prises. Un suivi a été effectué au 3e et au 6e mois post-opératoire, avec évaluation des résultats :

– La résolution complète des complications post-opératoires de la plaie, si elles sont présentes.

– Cicatrice en ce qui concerne : l’apparence, la symétrie, les complications comme cicatrice hypertrophique ou chéloïde.

– Niveau de satisfaction selon l’échelle de Likert. Cette échelle a été appliquée par un observateur indépendant (médecin résident du service de chirurgie) lors d’un entretien personnel avec les patients.

Analyse statistique
L’analyse statistique a été réalisée à l’aide du logiciel SPSS, version 21.0. L’analyse exploratoire et le test des données continues pour la normalité de la distribution sont effectués en utilisant la statistique de Kolmogorov-Smirnov et la statistique de Shapiro-Wilk. Les données continues avec une distribution normale sont exprimées en termes de (moyenne ± écart-type) tandis que les données non paramétriques sont exprimées en termes de médiane et de fourchette, les données catégorielles étant présentées sous forme de proportion et de nombre. Les graphiques et les figures ont été conçus en utilisant Microsoft Office Excel 2013.P valeur considérée comme importante < 0,05.

Résultats

Les complications significatives mesurées sont les suivantes : sérome, hématome, infection, ischémie et gangrène tissulaires, déhiscence de plaie, gangrène ombilicale, besoin de transfusion sanguine, thromboembolie veineuse et besoin de réadmission à l’hôpital. Aucune mortalité ou complication majeure n’a été constatée. Les complications sont présentées.

Les complications liées au type d’intervention sont indiquées. La mini-abdominoplastie a montré le pourcentage de complications le plus faible par rapport à l’abdominoplastie complète et étendue. Toutefois, il n’y avait pas de différence statistiquement significative entre elles (p=0,691). Pour les 10 patients qui ont subi une réparation de hernie en maille concomitante avec la procédure d’abdominoplastie, 2 (20%) d’entre eux ont souffert d’au moins une des complications, tandis que 8 (80%) d’entre eux n’ont souffert d’aucune complication. Pour les 20 patients qui n’ont pas subi de réparation de hernie en maille avec la procédure d’abdominoplastie ; 8 (40%) d’entre eux ont souffert d’au moins une des complications, tandis que 12 (60%) d’entre eux n’ont souffert d’aucune complication sans différence statistiquement significative entre eux (p = 0,251) (Figure 5).

Le niveau de satisfaction des patients a été mesuré sur une échelle de 4 degrés (échelle de likert) et exprimé dans la figure 6. Le tableau 5 montre le niveau de satisfaction après l’intervention par rapport au type d’opération. Il n’y avait pas non plus de différence statistiquement significative entre eux (p=0,56). Pour les 10 patients qui ont souffert de complications, 4 (40%) d’entre eux étaient très insatisfaits, 2 (20%) étaient insatisfaits, 1 (10%) était satisfait et 3 (30%) étaient très satisfaits. Pour les 20 patients qui n’ont souffert d’aucune complication, aucun n’était très insatisfait, un (5%) était insatisfait, 4 (20%) étaient satisfaits et 15 (75%) étaient très satisfaits. Il y avait une différence statistiquement significative entre eux (p = 0,007).

Discussion
L’abdominoplastie est l’une des procédures de chirurgie plastique les plus fréquemment pratiquées et l’une des cinq premières procédures de chirurgie esthétique, pour les patients – qui n’étaient pas auparavant morbidement obèses ni post-bariatriques – présentant une simple surcharge pondérale, des classes d’obésité précoces ou même un poids normal avec des redondances de la paroi abdominale nécessitant une intervention chirurgicale [4,5]. Nous avons pratiqué une abdominoplastie complète sur 21 (70%) qui étaient la majorité de nos patients, une mini-abdominoplastie sur le plus petit nombre 5 (16,7%) chez qui la déformation était confinée au bas-ventre et une abdominoplastie étendue sur 4 (13,3%) qui présentaient plus d’adiposité tissulaire et de laxité dans la zone du flanc qu’à corriger par une abdominoplastie complète. Ce résultat est parallèle à celui de Hunstad & Repta (2009), qui affirment que la majorité des patients présentant une déformation de la paroi abdominale ont besoin d’une abdominoplastie complète pour corriger cette déformation et que seule une petite partie de ces patients se prêtent à une mini-abdominoplastie ou ont besoin d’une abdominoplastie étendue pour la corriger. Comme la majorité des candidats à l’abdominoplastie présentent une laxité cutanée marquée, une adiposité excessive et une faiblesse musculaire sévère, en plus des stries résultant de grossesses multiples et de la perte de poids, l’abdominoplastie complète est la procédure la plus utilisée pour la correction des déformations de la paroi abdominale.

Dans notre étude, un rétablissement sans incident et sans complications a été observé chez 20 (66,6 %) patients (80 % des cas de mini-abdominoplastie, 66,7 % des cas d’abdominoplastie élargie et 61,9 % des cas d’abdominoplastie complète), tandis que 10 (33,3 %) patients ont subi des complications (20 % des cas de mini-abdominoplastie, 38,1 % des cas d’abdominoplastie complète et 33,3 % des cas d’abdominoplastie élargie). Ces complications se sont réparties comme suit : sérome chez 4 (13,3 %) patients, hématome chez 3 (10 %) patients (aucun d’entre eux n’était cliniquement significatif ni ne nécessitait de réopération). En outre, une ischémie et une gangrène tissulaires ont été observées chez 3 (10 %) patients, et 3 (10 %) patients ont dû recevoir une transfusion sanguine. Une infection et une déhiscence de plaie chez 5 (16,7%) patients, une gangrène ombilicale chez 2 (6,7%) patients, et un seul (3,3%) patient a dû être réadmis à l’hôpital pour une interférence chirurgicale afin de gérer le sérome après une lipoabdominoplastie en technique d’abdominoplastie complète car il a persisté au-delà de quelques semaines et a échoué les mesures conservatrices. L’évaluation diagnostique de la cavité a été faite par tomographie assistée par ordinateur, et gérée par l’ouverture d’une partie de l’incision, le curetage des exsudats et du tissu de granulation de la cavité, l’insertion d’un drain puis la fermeture de l’incision et l’application d’un pansement compressif. Personne n’a eu de thromboembolie veineuse.

Dans leur étude, ont rapporté que les complications globales étaient de 45,8%, ce qui est plus que nos complications globales. Elles se répartissaient comme suit : sérome (23,6 %), alors que nous avons rapporté (13,3 %), hématome (6,9 %), alors que nous avons rapporté (10 %), mais ils ont déclaré que ces cas d’hématome nécessitaient une transfusion sanguine alors que nos cas n’étaient que de petits hématomes et ne nécessitaient aucune intervention, infection (13. 9 %), tandis que nous avons été confrontés (16,7 %), la nécrose tissulaire (6,9 %), tandis que nous avons été confrontés (10 %), la gangrène ombilicale (4,2 %) était inférieure à notre étude (6,7 %), la nécessité de réadmission à l’hôpital (11,1 %), ce qui est nettement plus que notre étude car un seul (3,3 %) de nos patients l’a exigé. Les résultats de l’étude de 2011)ont montré que 37 % de leurs patients souffraient de complications, ce qui est supérieur à notre taux de complications. Fraccalvieri et al (2007) ont enregistré un taux de complications de 50,43 % dans leur étude, ce qui est nettement supérieur à notre taux de complications, et ils ont signalé un cas de thromboembolie veineuse. Grieco et ses collègues (2015) ont indiqué dans leur étude que le sérome était la complication la plus fréquente, alors que dans notre étude, nous avons constaté que l’infection était la plus fréquente, ils ont également signalé un cas de thromboembolie veineuse alors que nous ne l’avons pas fait.

Dans une autre étude réalisée par Khan (2012) sur trois groupes, l’un des groupes a subi une abdominoplastie selon une technique similaire à la nôtre. Le taux de sérome dans ce groupe était de 25,5 %, soit beaucoup plus que notre taux. Dans notre étude, 5 (16,7 % du nombre total) sur 30 patients ont subi une technique de mini-abdominoplastie, un seul patient (20 %) a été compliqué par un sérome, une infection et une déhiscence de plaie, un hématome et une nécrose tissulaire, le patient n’a pas eu besoin de réopération. Dans leur étude, Friedman et al (2015) ont pratiqué une mini-abdominoplastie chez 63 des 264 patients (24 % du nombre total) et n’ont pas signalé d’hématome, de nécrose tissulaire ou ombilicale, mais ils ont signalé un patient présentant un sérome qui a nécessité une réopération, ce qui n’a pas été le cas de notre patient compliqué. Dans notre procédure d’abdominoplastie complète, 8 patients sur 21 (38,1 %) ont souffert de complications alors que seulement 20 % des patients ayant subi une mini-abdominoplastie étaient compliqués, ce qui est 18,1 % de moins. Mast (2013) a mentionné que les patients ayant subi une mini-abdominoplastie ont un taux de complications de 10 % inférieur à celui de la procédure d’abdominoplastie complète.

Dans notre étude, nous avons eu 10 patients souffrant d’une hernie de la paroi abdominale existante qui nécessitait une correction en même temps que la déformation de la paroi abdominale. Nous avons constaté que la réparation de la hernie par la procédure d’abdominoplastie était très utile pour exposer le défaut et appliquer la réparation requise, ce qui est en accord avec l’étude menée par Gardner, et al. (1996) [12]. Garcia-Garcia, et al (2014) ont rencontré une hernie chez 6,4% de leurs patients et ont effectué une réparation concomitante avec l’abdominoplastie. Deux (20 %) de nos patients qui avaient développé des complications avec un patient ayant subi une réparation d’hernie para-ombilicale ont développé une nécrose de l’ombilic, tandis que Gardner, et al. (1996) ont rapporté un taux de complication de 13,33 % chez ses patients, ce qui était inférieur au nôtre avec un cas de nécrose de l’ombilic (12). Neinstein, et al. (2015) n’ont pas rapporté de nécrose de l’ombilic. Comme dans notre étude, Sakr et al. (2019) ont mené une étude sur les femmes multipares et ont constaté qu’il n’y avait pas de différence significative dans les complications des plaies entre le groupe qui a subi une abdominoplastie uniquement et ceux qui ont subi une abdominoplastie plus une réparation de hernie (p= 0,346).

Dans notre étude, les résultats de la satisfaction (mesurée par l’échelle de Likert) ont été répartis sur l’ensemble des patients comme suit : 18 (60%) très satisfaits, 5 (16,7%) satisfaits, 3 (10%) insatisfaits et 4 (13,3%) très insatisfaits. Il n’y avait pas de différence significative d’une technique par rapport à l’autre. En ce qui concerne les complications : les patients compliqués, 4 (40%) d’entre eux étaient très insatisfaits, 2 (20%) étaient insatisfaits, 1 (10%) était satisfait et 3 (30%) étaient très satisfaits. Alors que les 20 patients qui n’ont pas souffert de complications, aucun d’entre eux n’était très insatisfait, un (5%) d’entre eux était insatisfait, 4 (20%) d’entre eux étaient satisfaits et 15 (75%) d’entre eux étaient très satisfaits. (p = 0.007). L’étude de Garcia-Garcia et autres (2014) a montré dans leur enquête de satisfaction (mesurée par l’échelle de Likert) que : chez les patients souffrant de complications, 36,4% étaient très satisfaits, 33,3% étaient satisfaits, 12,1% étaient insatisfaits et 18,2% étaient très insatisfaits, ces résultats étaient meilleurs que les nôtres. Alors que chez les patients non compliqués, 64,1 % étaient très satisfaits, 30,8 % étaient satisfaits, 5,1 % étaient insatisfaits et 0 % étaient très insatisfaits (p = 0,001). Nos résultats se sont avérés meilleurs.

Notre étude a été limitée par la petite taille de l’échantillon et l’hétérogénéité des cas. Il convient également de mentionner que le suivi à court terme, qui s’est étendu jusqu’à 6 mois chez la plupart des patients, n’a pas été considéré comme une complication, car notre étude n’a pas pris en compte les préoccupations liées aux complications du suivi à long terme.

Conclusion
La satisfaction des patients après les techniques d’abdominoplastie a été influencée négativement par l’apparition de complications. Si les techniques d’abdominoplastie sont effectuées correctement et choisies avec sagesse en fonction des besoins et du degré de déformation de chaque patient, elles conduiront à des niveaux de satisfaction élevés, à une amélioration de la perception de l’image de soi du patient et à une amélioration spectaculaire de sa qualité de vie. Il est de la plus haute importance de prendre des mesures pour prévenir les complications et d’assurer un suivi raisonnable pour leur détection et leur prise en charge précoces, car elles ont un impact négatif statistiquement significatif sur le niveau de satisfaction des patients.

Quatre avantages médicaux d’une plastie abdominale

Prestations médicales pour la plastie du ventre
Nous sommes nombreux à connaître les avantages esthétiques de la chirurgie abdominale. Aussi connue sous le nom d’abdominoplastie, la plastie abdominale est une procédure chirurgicale qui resserre les muscles de l’estomac et aide à éliminer l’excès de peau (ou le surplomb du ventre) et les plis abdominaux.

Comme l’opération est conçue pour obtenir un ventre plus plat et plus tonique, les patients optent généralement pour cette procédure après une grossesse ou après avoir perdu une quantité importante de poids en peu de temps. Il s’agit d’une opération extrêmement populaire, comme en témoignent les chiffres. Selon les données de l’American Society of Plastic Surgeons, le nombre d’interventions de plastie abdominale a augmenté de 107 % entre 2000 et 2017.

Quand la plastie du ventre est-elle médicalement bénéfique ?
Sans aucun doute, l’abdominoplastie offre de nombreuses récompenses esthétiques. En fait, la plastie abdominale peut également apporter des avantages médicaux, en particulier lorsqu’elle devient la procédure chirurgicale corrective requise pour les patients souffrant de certaines affections :

Pour corriger une hernie ventrale : Une hernie ventrale se forme lorsque votre intestin ou votre tissu abdominal traverse la paroi abdominale pour créer une sorte de poche ou de sac. Cette hernie peut se développer pour un certain nombre de raisons, comme une faiblesse abdominale résultant d’une perte de poids massive, une appendicectomie ou une césarienne. Tout comme l’aplatissement du ventre, une abdominoplastie peut également corriger une hernie ventrale en s’attaquant aux muscles abdominaux affaiblis, réduisant ainsi la pression sur la peau.
Pour réduire l’incontinence urinaire d’effort : L’incontinence urinaire à l’effort (IUE) est un trouble du contrôle de la vessie qui survient lorsqu’il y a trop de pression sur votre vessie et votre urètre. L’IUE se caractérise par des fuites incontrôlables provoquées par des actions soudaines et violentes telles qu’éternuer, tousser, rire et faire de l’exercice. Cette affection est généralement traitée sans qu’il soit nécessaire de recourir à la chirurgie, mais des études ont montré qu’une abdominoplastie peut aider les patientes souffrant d’IUE. Le problème est surtout fréquent chez les femmes, surtout après un accouchement normal, mais il peut aussi toucher les hommes.
Pour diminuer les douleurs dorsales : La douleur dorsale est un autre problème courant qui peut être traité par abdominoplastie. Après un accouchement ou une perte de poids importante, les femmes peuvent se plaindre de douleurs dorsales résultant d’un affaiblissement des muscles de l’estomac. En aplatissant l’abdomen et en retirant l’excès de graisse abdominale, une plastie abdominale permet de resserrer chirurgicalement les muscles affaiblis, ce qui donne un soutien abdominal très nécessaire qui peut soulager les douleurs dorsales.
Pour améliorer la posture : Une posture améliorée est le résultat d’une musculature abdominale plus forte et d’une diminution des douleurs dorsales. Après une opération de plastie abdominale, vous pouvez bénéficier d’une meilleure posture grâce à des muscles plus tendus, ce qui soutient davantage votre colonne vertébrale.
La plastie abdominale peut-elle être utilisée pour perdre du poids ?
Comme seule une certaine quantité de graisse corporelle peut être éliminée sans danger, l’abdominoplastie ne doit pas être considérée comme une méthode de perte de poids. En outre, la plastie abdominale n’améliore pas nécessairement la pression artérielle, le taux de cholestérol ou d’autres effets liés à l’obésité. Pour ces mêmes raisons, nous ne recommandons pas l’abdominoplastie comme moyen de traiter l’obésité ou le diabète.

En revanche, nous pouvons recommander l’abdominoplastie pour les patients diabétiques, pour autant que vous remplissiez certaines conditions :

La condition diabétique est sous contrôle et ne cause aucune complication
Il n’y a pas d’antécédents de maladies rénales
Vous acceptez de subir des tests sanguins supplémentaires pour vous assurer que votre diabète est sous contrôle et que l’opération peut être effectuée en toute sécurité
Quels sont les risques et les avantages ?
La plastie abdominale est peut-être une opération très populaire, mais elle est loin d’être simple ou facile. Il s’agit d’une intervention majeure qui nécessite une anesthésie générale, un séjour de plus de cinq heures en salle d’opération et plusieurs semaines de convalescence.

Les patients diabétiques sont particulièrement susceptibles d’avoir des complications s’ils décident de subir une opération de chirurgie esthétique. Par exemple, leurs chances de développer une infection sont plus élevées. En outre, leur état peut considérablement ralentir le temps de guérison. En outre, il est plus difficile pour les chirurgiens de gérer le niveau de glucose d’un patient diabétique après une intervention. En raison de ces risques, nous conseillons vivement aux patients de modifier leur régime alimentaire et leur mode de vie afin de perdre du poids de manière plus sûre et plus pratique, avant de décider de se faire opérer.

La plastie abdominale vous convient-elle ?
Avant de subir tout type d’intervention, assurez-vous de consulter votre médecin pour discuter des implications de l’opération, de la manière dont vous devez vous préparer, des risques encourus et de ce à quoi vous pouvez vous attendre pendant la convalescence. En outre, même si les raisons invoquées ci-dessus sont de nature médicale, cela ne signifie pas nécessairement que votre compagnie d’assurance en couvrira les coûts.

Après avoir subi une plastie abdominale, vous pouvez en attendre des bénéfices tant physiques que psychologiques. Vous aurez le ventre plus serré et plus tonique que vous avez toujours voulu, vos vêtements vous iront mieux, vos séances d’entraînement seront peut-être plus satisfaisantes et vous devriez avoir une meilleure qualité de vie.

Si vous êtes prêt à passer à l’étape suivante de votre voyage de plastie abdominale, consultez l’outil Trouver un chirurgien plasticien pour vous mettre en relation avec un chirurgien membre de l’ASPS dans votre région.

Les abdominaux peuvent entraîner une perte de poids à long terme

Si vous êtes en surpoids modéré et que vous envisagez de vous faire replier le ventre pour enlever l’excès de graisse et de peau de votre abdomen, il y a une bonne nouvelle que vous devez savoir. Selon les résultats d’une étude publiés dans un récent numéro de Plastic and Reconstructive Surgery®, le journal médical officiel de la chirurgie de plastie abdominale pourrait aider les gens à obtenir « une perte de poids significative et durable ».

L’étude a examiné 20 femmes qui étaient en surpoids avant de subir une abdominoplastie et a déterminé que 14 d’entre elles avaient subi une perte de poids durable un an après leur opération, ayant perdu en moyenne 4,5 % de leur indice de masse corporelle avant la plastie abdominale. Les six autres ont connu une certaine perte de poids peu après l’intervention, mais n’ont pas réussi à conserver leur poids à long terme.

Pourquoi la plastie abdominale pourrait-elle aider les patients à perdre du poids ?
Bien que les chercheurs notent que les résultats de cette première étude ne sont pas concluants et qu’il faudra des études supplémentaires avec des échantillons plus importants pour déterminer les effets des opérations de plastie abdominale sur la perte de poids, la recherche est prometteuse pour plusieurs raisons.

Premièrement, cette étude semble soutenir l’idée que l’élimination des cellules adipeuses du corps peut aider les gens à se sentir rassasiés plus rapidement, ce qui signifie qu’ils mangeront naturellement moins. Les trois quarts des femmes qui ont participé à l’étude ont déclaré qu’elles se sentaient plus pleines après avoir mangé et que leur satiété durait toute la journée. Sur les 14 femmes qui ont subi une perte de poids à long terme, 12 d’entre elles ont subi l’ablation de plus d’un kilo de tissu lors de leur opération de plastie abdominale.

Une autre raison d’être optimiste quant à ces résultats est que plus de personnes sont candidates à une abdominoplastie qu’à une chirurgie comme un anneau de laparoscopie ou un pontage gastrique, qui est conçu pour aider les personnes souffrant d’obésité morbide à perdre du poids rapidement. Pour ceux qui ont lutté pour perdre du poids, mais qui ne répondent pas aux critères spécifiques pour bénéficier d’une chirurgie bariatrique, une abdominoplastie peut être une meilleure option.

Qui est qualifié pour la chirurgie de plastie abdominale ?
Bien que la plastie abdominale ne soit pas une opération d’amaigrissement, elle peut compléter un mode de vie sain pour ceux qui essaient de perdre leurs derniers kilos qui ne semblent pas vouloir disparaître d’eux-mêmes. Si vous avez déjà suivi un programme d’entraînement et de régime pour atteindre un poids stable, vous êtes un excellent candidat pour la chirurgie de plastie abdominale. Vous devriez également avoir d’autres qualités si vous envisagez de subir une abdominoplastie :

une bonne santé mentale et physique
Être non-fumeur
Avoir de la peau et de la graisse indésirables dans la région abdominale
Les abdominaux fournissent la motivation nécessaire pour maintenir un poids corporel sain
Si vous avez eu du mal à suivre un régime alimentaire sain et à faire de l’exercice, une abdominoplastie peut vous donner le coup de pouce nécessaire pour bousculer votre routine et susciter le désir d’atteindre vos objectifs de perte de poids. Porter de la graisse et de la peau indésirables sur l’abdomen peut être frustrant, et il peut être facile de tomber dans le piège de penser que vous ne pourrez jamais perdre du poids par vous-même, surtout si vous avez une graisse résistante à l’exercice.

Cependant, beaucoup de gens trouvent que la chirurgie esthétique change leur vie pour le mieux en leur donnant l’élan nécessaire pour prendre un nouveau départ. Lorsque vous vous regardez dans le miroir et que vous êtes fier de ce que vous voyez, cela peut vous donner un nouveau sentiment de liberté qui vous inspire à maintenir vos résultats en vous engageant à mettre votre santé et votre forme physique sur la bonne voie. Une fois que vous aurez renouvelé votre promesse à vous-même, vous pourrez même gagner ces muscles abdominaux définis dont vous avez toujours rêvé.

 

Abdominoplastie Paris

Voir aussi : http://chirurgien-esthetique.paris, https://excellence-esthetique.fr, https://drderhy.com, https://sante.journaldesfemmes.fr, https://www.doctissimo.fr/ ,https://www.santemagazine.fr

Quelques questions sur le botox à savoir

Botox

 

Quelques questions utiles à connaître sur le botox

1. L’étonnant avantage inattendu du Botox :

Nous étions plus qu’heureux lorsqu’un  docteur nous a dit qu’en plus de lisser les rides, le Botox peut même avoir un effet resserrant sur les pores : « Avec mes patients, le but est que personne ne remarque ce qu’ils ont fait. Ils ont juste l’air plus frais, plus reposé et leur peau a l’air tellement mieux, en passant, le fait d’adoucir les rides diminue aussi la taille des pores et fait que le maquillage repose 100 fois mieux sur la peau ». Incroyable !

2. Y a-t-il des effets secondaires du Botox ?

Après l’intervention, vous pouvez ressentir une inflammation mineure et une rougeur de la zone traitée ou une légère ecchymose, mais cela ne devrait pas durer longtemps.

3. Combien coûte le Botox ?

Le Botox est habituellement facturé à l’unité, ce qui représente en moyenne de 10 à 20 euro. Vous pourriez donc avoir besoin de 300 à 500 euro pour vous faire refaire les rides du front.

4. Est-ce que le Botox fait mal ?

Nous comparerions le fait d’avoir du Botox à une personne qui vous donne un pincement aigu – ce n’est pas agréable, mais la douleur disparaît en quelques secondes. C’est comme une petite piqûre d’épingle ! C’est définitivement moins douloureux que les produits de remplissage ou les microplaques.

5. Mythes sur le Botox, déboulonné :

Mythe 1. Le Botox est un produit de remplissage : Les remplisseurs et le Botox sont deux choses différentes. Les produits de remplissage servent à  » remplir  » les lignes et à restaurer la perte de volume. Le Botox, d’autre part, travaille à détendre les muscles qui causent ces rides.

Mythe 2 : Il faut être plus âgé pour avoir du Botox : Il n’y a pas d’âge fixe pour savoir quand il est bon d’utiliser le Botox pour des raisons esthétiques. Cependant, de plus en plus de gens l’utilisent comme mesure préventive dans les premières années pour réduire la production de rides et de ridules avant qu’elles ne s’installent. Cependant, il faut se rappeler que c’est essentiellement une façon coûteuse de tenir les rides à distance – le FPS est une méthode beaucoup plus abordable et très efficace pour ralentir le vieillissement de la peau.

Mythe 3 : Le Botox entraîne les muscles : C’est un peu vrai ! Parce que les muscles qui causent les rides sont détendus, avec le temps, ils perdent leur  » force  » et leur capacité de causer des expressions qui produisent des rides. Imaginez que si vous n’utilisiez pas votre bras pendant un an, vos muscles se rétrécissent et s’affaiblissent. L’utilisation prolongée du Botox pendant des années peut avoir un effet similaire, car le muscle s’affaiblira à cause du manque d’utilisation. Cependant, si vous utilisez le Botox à froid, avec le temps, ces muscles affaiblis se renforceront à nouveau.

Mythe 4 : Avoir du Botox vous donne une bonne peau : Le Botox n’agit que sur les muscles dans lesquels il est injecté, donc votre visage entier ne gèlera pas. Il n’y a pas non plus de bienfaits pour la peau – le Botox n’améliore pas la pigmentation et ne réduit pas les éruptions cutanées.

 

Pour en savoir plus sur la médecine esthétique, veuillez suivre ce lien : http://annuaire.costaud.net/49646-chirurgien-esthetique-docteur-riccardo-marsili.html

Comment se préparer à un lifting

Lifting de visage

Préparation pour un lifting

Avant de subir un lifting, il est important que vous discutiez de vos conditions médicales et que vous informiez votre chirurgien des médicaments que vous prenez. Si votre chirurgien décide que vous pouvez avoir un lifting, discutez de l’intervention en profondeur avec lui avant de décider si vous voulez subir l’intervention. Vous pouvez toujours changer d’avis même après avoir discuté de l’intervention avec votre chirurgien.

Votre consultation avec le chirurgien vous donnera une compréhension détaillée du traitement – l’étendue de la chirurgie, votre évaluation de santé, vos attentes et l’endroit exact où les zones du visage seront traitées. Lorsque vous êtes satisfait de ce qui a été discuté, vous signerez un formulaire de réservation pour l’opération.

Votre chirurgien devrait être en mesure de répondre à toutes les questions que vous vous posez sur les liftings, y compris les questions sur ce à quoi vous devez vous attendre pendant et après un lifting et les complications ou problèmes qui surviennent parfois avec les liftings. Vous pouvez également apporter des informations de ce site Web à votre rendez-vous pour en discuter avec lui.

Vous aurez une évaluation physique des zones à traiter. Lors de ce rendez-vous, vous discuterez avec votre chirurgien de vos objectifs, de vos dernières questions et vous finaliserez le plan de la chirurgie. À partir de cet examen, il pourra déterminer la meilleure procédure à utiliser, puis vous l’expliquer en détail, y compris les avantages et les limites. Le chirurgien peut également recommander une combinaison du lifting avec une blépharoplastie des paupières, un lifting frontal ou une liposuccion sous-mentonnière, pour un meilleur profil facial.

Il est important de souligner l’importance de ne pas fumer avant une intervention de lifting. Le tabagisme peut causer des problèmes de circulation et rendre les complications plus probables, y compris les interventions thoraciques postopératoires. La garantie  » Escapades en beauté  » n’est pas valable pour les fumeurs.

Procédure chirurgicale
Le lifting classique, est recommandé par les chirurgiens. Il s’effectue par une incision au niveau des tempes derrière la ligne des cheveux. L’incision s’étend généralement vers le bas, le long des plis naturels de la peau, devant ou sur le bord de l’oreille, dans le pli du lobe de l’oreille et derrière l’oreille. Le fait de pratiquer l’incision dans les plis naturels permet de cacher les cicatrices après l’opération. Le chirurgien sépare ensuite la peau et les muscles du visage des tissus faciaux plus profonds.

Dans certains cas, la peau est enlevée, dans d’autres, la peau et les tissus musculaires sont remodelés. Le muscle sous-jacent peut être resserré avec la peau ou séparément. Après le resserrement ou le retrait de l’excès de peau, la peau est redrapée et suturée.

Les patientes du lifting subissent normalement une anesthésie générale. La durée de l’opération est d’environ 4 à 6 heures. Dans certains cas, des tubes de drainage sont laissés en place sous certaines zones de la peau pendant environ 2 jours pour réduire l’enflure post-opératoire. Selon l’ampleur de l’intervention, le lifting peut être pratiqué sous anesthésie locale – lorsque vous êtes engourdi et sous sédation, mais éveillé, ou sous une légère anesthésie générale, lorsque vous dormez légèrement. Vous devriez discuter des options d’anesthésie avec votre chirurgien plastique et l’anesthésiste. En règle générale, notre chirurgien, effectue tous ses liftings sous sédation crépusculaire comme un cas de jour. L’avantage de cette méthode est que vous récupérerez beaucoup plus rapidement et que vous aurez moins d’œdème et d’ecchymoses qu’avec une anesthésie générale. Certains Docteurs font leurs liftings sous anesthésie générale et avec une nuit d’hospitalisation.

Pour plus d’information, visiter ce site : http://annuaire.costaud.net/49646-chirurgien-esthetique-docteur-riccardo-marsili.html

Se préparer pour une abdominoplastie

Abdominoplastie

Préparation pour une abdominplastie

Votre chirurgien vous expliquera comment préparer au mieux votre opération. Si vous fumez, vous devez arrêter au moins six semaines avant l’opération. Le tabagisme augmente le risque d’infection de la poitrine et des plaies, ce qui peut ralentir considérablement votre rétablissement. La toux causée par une infection de la poitrine rendra le rétablissement plus douloureux. Le tabagisme peut également ralentir la guérison des plaies.

Qu’est-ce qui se passe pendant un lifting du ventre ?

Il existe plusieurs types de plasties du ventre. Celui que vous avez dépendra de la quantité de peau et de graisse que vous aurez enlevée. Votre chirurgien en discutera avec vous et vous expliquera quel type est le plus approprié pour vous. À l’occasion, une liposuccion peut être effectuée en même temps que l’abdominoplastie. Votre chirurgien vous expliquera si vous en avez besoin.

Selon ce que vous faites exactement, l’opération peut prendre entre deux et quatre heures, mais cela peut varier d’un chirurgien à l’autre.

Votre chirurgien peut également vous conseiller de fumer :

de perdre votre excès de poids – vous devriez être aussi proche que possible du poids idéal pour votre taille avant votre opération
arrêtez de prendre la pilule contraceptive quatre à six semaines avant l’opération, afin de réduire les risques de formation d’un caillot sanguin (thrombose) – assurez-vous d’utiliser une autre méthode de contraception
cesser de fumer au moins deux semaines avant l’opération, afin de réduire le risque d’infection – cela comprend le fait de ne pas suivre de thérapie de remplacement de la nicotine (TRN), car la nicotine peut entraîner des complications au niveau de la cicatrisation des plaies

Vous avez une opération de plastie du ventre sous anesthésie générale. Vous serez donc endormi pendant l’opération. On vous demande normalement de ne pas manger ni boire pendant six heures avant l’opération. Votre chirurgien ou votre anesthésiste vous donnera des conseils précis sur la façon de manger et de boire avant l’opération.

Votre chirurgien vous expliquera ce qui se passera avant, pendant et après votre opération. Il existe différentes procédures, mais dans le cas d’une abdominoplastie typique, une grande incision sera faite entre votre nombril et vos poils pubiens. Votre chirurgien vous dira également à quoi vous attendre au réveil et quel est le niveau d’inconfort ou de douleur que vous pourriez ressentir. C’est l’occasion pour vous de poser toutes les questions que vous avez encore sur les risques, les avantages et les solutions de rechange à l’intervention. On vous demandera de signer un formulaire de consentement ; vous devez donc être pleinement informé de vos options et de ce qui se passera.

Votre chirurgien peut vous demander de porter des bas de compression à partir du moment de votre opération jusqu’à ce que vous soyez à nouveau complètement mobile. Cela permet d’éviter la formation de caillots de sang dans les veines de vos jambes.

Vous verrez une liste de sites vous proposant des articles sur l’abdominoplastie ci-dessous :
https://www.hugge.ch
https://www.chuv.ch
plast.ch
https://www.laclinic.ch
www.aesthetics-ge.ch
https://www.swissmedflight.com et

Dr Riccardo Luigi Marsili

Le lifting des seins face à l’allaitement maternel

Le lifting des seins face à l’allaitement maternel

Les femmes, surtout celles qui allaitent, se demandent toujours si elles peuvent encore allaiter après le lifting mammaire. Cela signifie que l’allaitement et le système nerveux ne sont pas perturbés.

La technique consiste à repositionner les mamelons sans les séparer du tissu glandulaire. En raison de la non-interférence du système d’allaitement, la mère sera toujours capable d’allaiter.

D’autres interventions mammaires, comme la réduction mammaire, peuvent entraîner une perte de tissus, ce qui interfère grandement avec le système d’allaitement, ce qui rend difficile l’allaitement du nouveau-né par la mère.

 

i). Au cours de la procédure

Pendant l’intervention, le chirurgien applique deux techniques d’incision, connues sous le nom d’aréolaire, qui contourne le mamelon, et l’autre, sur la position actuelle inversée du mamelon.

Le résultat désiré du patient est tout ce qui détermine la méthode appliquée.

 

ii). Augmentation

Si le mamelon est sur ou bien au-dessus de la base du sein, la technique du per-aréolaire est appliquée. Si le mamelon est sous la base du sein, la méthode de la cicatrice verticale ou du T inversé est utilisée.

La procédure connue sous le nom d’argumentation est généralement pratiquée ensemble, afin d’améliorer la fermeté des seins.

 

Allaitement après le lifting mammaire

Les nouvelles mamans, qui ont déjà subi un lifting mammaire, peuvent allaiter leur bébé. C’est parce que toutes les nouvelles mamans produisent du colostrum, qui protège le bébé de tout type d’infection. La coupure possible des canaux lactifères et des terminaisons nerveuses du sein influence généralement la production de lait.

Le lifting mammaire affectera probablement les canaux et les nerfs du sein, ce qui à son tour affectera la lactation. La réduction du lait dépend du nombre de canaux liés et de la fonctionnalité nerveuse, qui permet l’allaitement, ainsi que d’autres facteurs tels que l’équilibre hormonal et l’élimination du lait.

Toutes les femmes ne sont pas pareilles ; certaines continueront à produire suffisamment de lait, même après le lifting des seins, tandis que d’autres réduiront considérablement l’offre. Et notez qu’avant l’accouchement, la femme peut savoir si elle produit suffisamment ou moins de lait, mais jusqu’après l’accouchement.

La personne qui s’occupe en premier lieu de la mère allaitante devrait prendre connaissance des chirurgies de lifting mammaire antérieures de la femme, afin de suivre l’approvisionnement en lait de celle-ci. Vous pourriez avoir une bonne réserve de lait, lorsque vous subissez un lifting des seins cinq ans avant de devenir enceinte. Ceci est très pratique quelle que soit la technique utilisée dans la chirurgie.

Les mères qui allaitent et qui ont subi un lifting mammaire ont besoin d’une surveillance étroite du bébé pour suivre l’évolution de son poids. Ils peuvent également compléter leur alimentation avec du lait de donneurs ou du lait maternisé.

Comment augmenter le lait maternel après un lifting mammaire

1). Maximiser la production laitière

La façon la plus essentielle d’augmenter la production de lait pendant l’allaitement est de maximiser la production de lait pendant les deux premières semaines de l’accouchement. Un bébé vigoureux vous aidera à maximiser le rendement.

Plus le lait est retiré du sein, plus la production de lait est importante. En effet, au cours des 2 ou 3 premières semaines du lifting mammaire, votre corps détermine la quantité de lait nécessaire à l’allaitement.

 

2). Expression et pompage du lait

Une autre méthode qui fonctionne bien dans l’élimination du lait maternel, en dehors de l’allaitement maternel dans les premières semaines est en faisant l’expression manuelle et le pompage.

Une fois le lait libéré, il peut maintenant être retiré manuellement par pompage. Il est conseillé aux mamans de pomper manuellement après l’allaitement ou après que le bébé ait pris le sein.

 

3). Longue période d’allaitement

Le sein doit être vidé afin d’augmenter la production de lait maternel. Permettre à votre bébé d’allaiter plus longtemps est la meilleure façon de vider le sein.

D’autres techniques d’augmentation du lait maternel sont la relaxation pendant l’allaitement et l’utilisation de plantes médicinales qui augmentent la production de lait.

 

Nous vous présentons une liste de dix (10) sites opérant dans le lifting des seins ci-dessous que vous pourrez consulter :

https://www.passeportsante.net , https://www.doctissimo.fr , https://www.ra-sante.com , https://www.lexpress.fr , https://www.chirurgie-esthetique-piquet.fr , https://docteur-picovski.com , www.centre-chirurgie-esthetique-strasbourg.com , www.boloorchi-chirurgie-esthetique.com , https://www.cliniquebeaucare.fr et http://www.riccardomarsili.fr

Rétablissement après augmentation mammaire

augmentation mammaire en suisseAugmentation mammaire récupération

L’augmentation mammaire a été l’une des procédures cosmétiques les plus populaires dans le monde entier pendant des années . Beaucoup de femmes estiment atteindre des niveaux plus élevés de confiance en soi et de bonheur après des procédures de perfectionnement de sein, et rapportent être extrêmement satisfaites des résultats de leurs chirurgies.

Cependant, avant la chirurgie, apprendre à quoi s’attendre après l’intervention et combien de temps il faudra pour qu’un patient se sente complètement rétabli peut l’aider à mieux se préparer à ce qui peut être une expérience qui transforme la vie.

Combien de temps prendra le rétablissement complet ?

Il est important de noter que, puisque le corps de chaque femme est unique, il n’y a pas de délai précis pour le rétablissement. Cependant, la plupart des chirurgiens s’accordent à dire qu’un rétablissement complet peut prendre en moyenne six semaines environ, et les femmes peuvent remarquer qu’elles se sentent parfaitement bien après environ une semaine.

Votre chirurgien sera en mesure d’évaluer votre état de santé général et de vous donner un calendrier plus précis avant l’intervention.

Stades de récupération postopératoire

Immédiatement après votre réveil après une anesthésie, vous vous sentirez probablement groggy et endolori. Cela peut sembler un peu comme une gueule de bois, mais ces effets devraient s’estomper en quelques heures. Cependant, vous aurez besoin de quelqu’un pour vous conduire à la maison et passer la nuit avec vous.

Les cinq à sept premiers jours

En général, les trois à cinq premiers jours sont les plus inconfortables. Votre médecin vous prescrira probablement des analgésiques, et votre chirurgien pourrait même vous recommander de recevoir une injection ou une pompe à douleur pour soulager l’inconfort pendant les 72 premières heures après votre augmentation mammaire.

Après les premiers jours, la plupart des femmes peuvent gérer l’inconfort postopératoire avec des analgésiques en vente libre. De plus, la majorité des femmes peuvent reprendre un emploi de bureau environ une semaine après l’opération.

Les prochaines semaines après l’augmentation mammaire

Après la première semaine, les patients sont encouragés à reprendre lentement une activité physique légère et une routine quotidienne normale. L’inconfort devrait être minime à ce stade, mais les médecins conseillent aux femmes de s’abstenir de toute activité pénible  comme la course, l’équitation ou l’entraînement rigoureux. Le levage de charges lourdes est également déconseillé jusqu’à ce qu’elles soient complètement récupérées.

Il est recommandé aux patients occupant des emplois à forte intensité de main-d’œuvre de rester au chômage pendant au moins trois semaines.

Récupération complète

Lors de votre rendez-vous de suivi, votre chirurgien esthétique Lausanne  sera en mesure d’évaluer à quel point votre guérison a progressé.

En général, après deux mois, la plupart des patients peuvent reprendre toutes leurs activités normales.

Il est essentiel de suivre attentivement les directives d’entretien de votre médecin afin que vos implants guérissent bien et qu’il n’y ait pas de complications.

Conseils pour une récupération en douceur

Il y a certaines choses auxquelles vous devez vous attendre dans les jours et les semaines qui suivent votre augmentation mammaire.

Tout d’abord, il y aura une quantité considérable de douleur et d’enflure. C’est normal, et cela se dissipera naturellement avec le temps. Pour aider à réduire cette douleur et à accélérer la guérison, il est fortement recommandé d’investir dans un ou deux soutiens-gorge de récupération.

Ces vêtements sont spécialement conçus pour maximiser le confort post-opératoire, mais ils assurent également la stabilité de l’implant, une circulation sanguine accrue et une légère compression pour assurer un drainage lymphatique adéquat. Ils peuvent être achetés dans de nombreux styles et tissus, ce qui signifie que vous pouvez choisir celui qui convient le mieux à vos besoins et à votre corps.

Rappelez-vous que vous devrez porter un soutien-gorge en tout temps après l’intervention chirurgicale ; il est donc important de rechercher des caractéristiques comme un tissu respirant, un design sans couture, des bretelles ajustables et un ajustement sans pression. Certains styles ont même des bandes qui vous aident à vous adapter confortablement à tout gonflement post-opératoire qui se produit.

Un autre conseil est de préparer votre maison et votre garde-robe avant l’intervention. La première semaine suivant l’intervention chirurgicale sera la plus difficile, il est donc sage de faire faire tous vos travaux ménagers, vos achats de vêtements et la préparation des repas à l’avance afin que vous puissiez vous reposer pleinement. Certains médecins recommandent également d’exécuter vos ordonnances de douleur la veille de l’intervention afin que vous puissiez avoir les médicaments sous la main dès que vous en avez besoin.

Et pour finir , voilà une liste de médecins suisses spécialisés par l’augmentation mammaire :  https://lausannechirurgieesthétique.ch  , http://chirurgieplastique.ch ,  https://yellow.local.ch  ,  https://www.starofservice.chhttps://www.chuv.ch , https://tel.search.ch , https://www.laclinic.chet https://www.belle-fontaine.ch/fr/

Questions sur l’acide hyaluronique ?

Les lèvres deviennent plus minces et le rouge à lèvres a tendance à s’ébavurer, en raison des petites rides verticales sur la lèvre. Quelle chirurgie est utile à pratiquer ?

Ces manifestations cutanées sont à considérer comme absolument typiques, et les traiter de manière optimale est certainement un excellent choix pour faire exécuter par un professionnel des remplisseurs dermiques à base d’acide hyaluronique.

Ces traitements particuliers, en effet, non seulement accentuent les volumes des lèvres, mais ont aussi un effet lissant précieux.

Les effets bénéfiques de ces traitements se voient sans équivoque lorsque l’on se retrouve à mettre du rouge à lèvres sur les lèvres : en effet, les taches seront absolument évitées.

Les traitements anti-âge pour les lèvres ont-ils l’effet inesthétique des « lèvres d’auvent » ?

Les professionnels de la qualité évitent soigneusement l’effet contre nature des « lèvres d’auvent ».

Afin d’éviter des effets esthétiques désagréables et désagréables, les meilleurs professionnels travaillent toujours avec une approche graduelle, de sorte qu’ils visent à atteindre les résultats souhaités avec le client d’une manière progressive.

Le fait que les lèvres soient souvent affectées par l’herpès est-il un facteur de risque lors d’un traitement anti-âge ?

L’apparition habituelle de l’herpès ne constitue généralement pas un risque important, mais il est certainement important d’informer votre médecin avant de commencer le traitement.

Dans certains cas, en effet, le praticien peut choisir de prévoir l’utilisation de médicaments antiviraux appropriés pour son patient, utiles comme mesure de précaution.

Est-il possible d’avoir une opération injectable pendant la grossesse ?

Les traitements injectables doivent être évités aussi bien pendant la grossesse que pendant l’allaitement. Dans tous les cas, le médecin auquel vous vous référez peut vous fournir tous les détails nécessaires sur cette question.

Si vous vous mariez dans un an, ou si un événement tout aussi important est prévu, quand devriez-vous commencer un traitement anti-âge ?

Si vous voulez être impeccable dans un an, pour votre propre mariage ou pour tout autre événement important, l’idéal est d’entreprendre cette démarche esthétique immédiatement.

Alors que certains types de traitement peuvent être complétés en 7-8 semaines, d’autres nécessitent plusieurs séances qui seront réparties de façon appropriée sur plusieurs mois.

 

Questions post-traitement

Après combien de temps sont visibles les effets des traitements anti-âge tels que les comblements dermiques et les injections de relaxation des muscles du visage ?

Comme pour la séance que vous suivez, il faut quelques jours pour que les effets soient visibles. Si l’on considère que les gonflements localisés liés au post-opératoire s’annulent complètement en 2-3 jours, on peut dire que les résultats de la seule séance sont clairement visibles après un maximum de 7 jours d’attente.

Il est cependant utile de souligner que les effets finaux d’un traitement esthétique sont visibles après des semaines, voire des mois : pour atteindre le résultat prédéterminé, il est en effet essentiel que vous suiviez plusieurs séances qui peuvent changer l’apparence de façon progressive et naturelle.

Combien de temps durent les résultats du traitement ?

La durée des résultats obtenus par le traitement est très variable et dépend de nombreux facteurs tels que le type de peau, l’étendue de la zone traitée, le mode de vie mené et bien d’autres.

De ce point de vue, le praticien vers qui vous vous tournez peut être beaucoup plus précis, en évaluant soigneusement toutes les caractéristiques du cas individuel et en fournissant à votre patient des détails beaucoup plus précis à ce sujet.

Que ressent-on sur ma peau immédiatement après le traitement ?

Il peut arriver qu’après des traitements anti-âge de différents types, les zones traitées soient enflées ou rougies, et que vous ressentiez une certaine tension au niveau local, ou un léger inconfort.

Cependant, il s’agit d’une condition absolument transitoire, qui ne dure pas plus de 2 à 3 jours.

Le professionnel pourra certainement indiquer à son patient toutes les précautions à respecter dans les jours qui suivent l’intervention.

Les produits de comblement ont-ils des effets secondaires ?

Les remplisseurs dermiques fabriqués par des professionnels expérimentés, utilisant des produits de qualité, n’ont pas d’effets secondaires particuliers.

Immédiatement après l’opération, des gonflements et de très légers inconforts localisés peuvent survenir, mais ce sont des aspects qui sont normaux après 2-3 jours de traitement. Même les ecchymoses ne durent pas plus de deux jours et il est peu probable qu’elles durent plus longtemps.

Si vous utilisez des produits de comblement dermique plutôt que des produits de comblement permanents, le risque de réactions allergiques est très rare.

Le professionnel à qui vous vous adressez peut cependant fournir à votre client toutes les informations nécessaires.

Sites Internet à découvrir :

  1. https://www.belle-fontaine.ch/fr/traitement/traitement-des-rides-filler/
  2. http://chirurgien-esthetique-marseille.com/botox-marseille
  3. http://www.aesthetics-ge.ch/fr/traitement-des-rides-injections-geneve/