Obésité, anneau gastrique et liposuccion.

 

Obésité-anneau-gastrique-liposuccion

La chirurgie bariatrique et métabolique est une procédure chirurgicale qui vise à réduire l’obésité morbide et à rémédier aux maladies dégénératives chroniques telles que le diabète et l’hypertension. Son objectif est de réduire l’apport énergétique et la formation de graisse corporelle, en stimulant le métabolisme pour la consommation des graisses situées sous la peau et dans les organes tels que le foie, le cœur et les intestins.

Ceci est obtenu en limitant le volume de l’apport alimentaire, en plus de fournir un effet hormonal qui régule l’appétit, même certaines de ces opérations limitent l’absorption des aliments dans le tractus intestinal, avec pour résultat d’améliorer, voire de faire disparaître, les maladies générées par le cholestérol, les triglycérides et l’intolérance au sucre, réduisant ainsi le risque de maladies cardiovasculaires.

Liposuccion

C’est l’une des procédures de chirurgie esthétique les plus populaires dans le monde. Elle consiste en l’extraction de la graisse qui se trouve sous la peau, au moyen de canules et d’aspiration. Cette chirurgie est indiquée pour les patients dont l’indice de masse corporelle (IMC) est inférieur à 30 kg/m2. L’IMC est obtenu en divisant le poids en livres par 2,2 et en divisant ensuite le résultat par la taille en centimètres carrés.

En France, Vous pouvez avoir plus de conseils chez certains spécialiste dans cette technique de chirurgie esthétique. En outre, si vous souhaitez subir une liposuccion à Paris , n’hésitez surtout pas à rechercher ces spécialistes.

Cette procédure esthétique vise à modeler le corps par aspiration de la graisse aux endroits où le patient n’est pas satisfait. Cependant, la graisse des organes internes demeure et c’est ce qui expose le patient à un risque de maladie cardiovasculaire.

La liposuccion ne garantit pas une perte de poids permanente. Une étude d’une Université, menée par les docteurs  et publiée dans la revue Obesité (2011), révèle que les patients qui subissent une liposuccion reprennent le poids perdu et le redistribuent dans le haut de leur corps (bras, tronc et abdomen supérieur). Le fait est que l’apport alimentaire n’a pas été limité et que le corps récupère la graisse extraite en l’accumulant dans la partie supérieure du corps un an après l’opération

La chirurgie bariatrique, en revanche, offre plusieurs options :

– Ballon intra-astrique : il est indiqué pour une perte de poids temporaire, pour améliorer l’état des patients ayant un IMC élevé et pour être emmené en chirurgie, puisque le ballon ne peut rester dans l’estomac que pendant six mois au maximum.

– Plication gastrique : a un effet restrictif mais non hormonal, c’est-à-dire qu’elle ne diminue pas l’appétit, le patient reste affamé. Il existe très peu d’études sur ses effets et ses résultats à long terme.

– Manchon gastrique : c’est actuellement l’une des opérations les plus pratiquées avec un IMC allant de 30 à 50 kg/m2, avec d’excellents résultats et un faible taux de complications. Elle a un effet restrictif sur la consommation alimentaire et un effet hormonal en diminuant l’hormone Grhelina, réduisant ainsi l’anxiété de manger. Elle donne d’excellents résultats chez les patients prédiabétiques, présentant une résistance à l’insuline, un foie gras ou une hypertension et peut remettre ces pathologies dégénératives chroniques.

– Gastrique Pass : est une chirurgie plus complexe. Il est aujourd’hui recommandé aux patients dont l’IMC est supérieur à 45 kg/m2 ou qui présentent une autre comorbidité difficile à contrôler, comme le diabète ou l’hypertension. Elle limite la consommation de nourriture, diminue l’absorption par l’intestin et atténue l’appétit en réduisant l’hormone Grhelina.

Le résultat dépendra de l’état du patient et du choix de la meilleure option en collaboration avec le médecin. La recommandation pour les patients en surpoids et obèses de grade I, est d’effectuer d’abord une procédure bariatrique restrictive et d’envisager ensuite, un an et demi plus tard, une liposuccion (liposculpture) pour remodeler votre corps et avoir des effets plus durables.

Ce que dit la science sur ses risques

Il faut comprendre que toute opération chirurgicale, même peu invasive, comporte un certain risque, surtout lorsqu’une anesthésie locale est nécessaire. Il faut que la décision de subir un traitement soit bien réfléchie et médicalement justifiée et que tous les risques qu’elle comporte soient compris par le patient.

Je vous recommande aussi ces sites pour votre détox avant liposuccion : https://www.crpce.com ,  https://www.chirurgie-esthetique.paris ,  https://www.chirurgienesthetiqueparis-docteurfaivre.com  et  https://www.cshp.fr  .

Dans le cas des interventions susmentionnées, à l’exception des opérations purement esthétiques, outre les risques intrinsèques de toute opération, des douleurs abdominales, des nausées ou des vomissements, des ulcères, des infections de plaies et des saignements peuvent survenir.

Toutefois, dans de nombreux cas, l’obésité morbide ou la surcharge pondérale excessive constituent un risque pour la santé plus important que celui que peut poser toute intervention chirurgicale : problèmes cardiaques et circulatoires, problèmes respiratoires, impact sur les articulations, difficulté à se déplacer et à mener une vie normale sont quelques-uns des effets que peut avoir un excès de poids important.

Les avantages de ces opérations

Selon une revue de 54 études sur les chirurgies gastriques pour la perte de poids, chez les personnes souffrant d’obésité et de diabète ou de pré-diabète, la chirurgie gastrique aide à perdre du poids, à contrôler le diabète et à prévenir son aggravation, et à contrôler le taux de sucre dans le sang encore mieux que les médicaments.

poids – obésité – surcharge pondérale

Selon cette étude, la différence de poids entre les patients qui subissent une opération chirurgicale, suivent un régime alimentaire et font de l’exercice ou prennent simplement des médicaments pour contrôler leur diabète est remarquable. Dans le premier cas, les patients ont perdu de 30 à 45 livres en un an ; dans le deuxième cas, ils ont perdu environ 6 livres ; et dans le troisième cas, leur poids après un an se situait entre 6 livres en dessous et 5 livres au-dessus, selon le médicament.

Cela montre que chez les patients qui remplissent les conditions requises pour une telle opération, les avantages peuvent dans de nombreux cas l’emporter sur les risques.

Sans rééducation, ils sont inutiles

Comme nous le disons, selon la plupart des études, les opérations d’amaigrissement sont le moyen le plus efficace pour y parvenir, et leurs avantages sont perçus à la fois à court et à long terme : moins de problèmes de santé et de mobilité et une meilleure condition physique, émotionnelle et sociale.

Cependant, si l’on excepte les opérations esthétiques (qui peuvent être totalement inutiles si les habitudes ne changent pas), les opérations d’amaigrissement ne sont pas une formule magique pour perdre du poids sans effort. Ils sont tous basés sur une réduction de l’estomac afin que le patient puisse manger moins sans avoir faim, mais sans rééducation alimentaire, ils ne seront d’aucune utilité à long terme.

L’estomac peut à nouveau se dilater, il est donc important de profiter des mois qui suivent l’opération pour adopter de nouvelles habitudes alimentaires et commencer à faire de l’exercice. De cette manière, l’opération aura été utile à long terme, malgré le risque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *