Archives par mot-clé : augmentation mammaire paris

chirurgie spécialisée dans l’augmentation mammaire

 

augmentation-mammaire-chirurgie--

 

Sans aucun doute, la chirurgie spécialisée dans l’augmentation mammaire est l’une des techniques d’intégration de prothèses qui a le plus évolué ces derniers temps. À ses débuts, ce type de chirurgie plastique se caractérisait principalement par le travail avec des prothèses qui devaient être renouvelées tous les quelques ans (généralement dix ans), en grande partie à cause de la détérioration du matériau dont elles étaient faites.

Dans certains cas, elles duraient plus longtemps et dans d’autres moins, mais la vérité est que les patientes ont finalement dû retourner à la clinique en question après un certain temps, pour remplacer les anciennes prothèses par de nouvelles qui continueraient à donner une belle forme au sein. Un problème temporaire, qui a cependant été éliminé par la chirurgie plastique ces dernières années.

Et le fait est qu’aujourd’hui, la plupart des spécialistes en chirurgie plastique se sont spécialisés dans le travail avec des prothèses de pointe, qui sont faites d’un gel de silicone cohésif ; un élément qui leur donne une plus grande durabilité dans le temps et une meilleure qualité dans le travail final. Une nouvelle forme de prothèse qui se veut définitive, mais qui doit être révisée tous les deux ans comme l’indique l’expert chirurgien plasticien ayant une longue carrière dans le secteur.

Normalement, il n’est pas nécessaire de changer, mais en cas de détérioration de la prothèse, il est conseillé de se rendre dans une clinique spécialisée. Un véritable expert dans le domaine, qui combine parfaitement les différents éléments nouveaux qui entourent une opération d’augmentation mammaire.

Comme mentionné précédemment, ce type de création de prothèses a beaucoup progressé ces dernières années, et aujourd’hui les patients peuvent même choisir le pourcentage de remplissage en béton qu’ils souhaitent obtenir par la prothèse. Autrement dit, les patientes peuvent choisir le type de sein qu’elles souhaitent obtenir, de sorte que leurs mouvements soient toujours parfaits dans toutes les circonstances de la vie (à la plage, au gymnase, etc.).

En outre, depuis quelque temps, l’option de l’augmentation mammaire sans chirurgie est devenue à la mode, et de plus en plus de femmes y participent ; et la possibilité de pratiquer une mammoplastie d’augmentation mammaire pour obtenir un volume idéal pour la personne.

Évolution et développement de la chirurgie d’augmentation mammaire

Les patientes elles-mêmes sont conscientes de la grande évolution qu’a connue la chirurgie plastique d’augmentation mammaire ces dernières années, et il n’est donc pas étrange de constater que de plus en plus de personnes souhaitent en savoir plus sur ce type de technique sophistiquée.

Il y a vingt ou trente ans, ce type de technique de chirurgie plastique n’était pas aussi avancé et, dans de nombreux cas, il a suscité la méfiance des personnes qui voulaient faire face à ce type d’opération. La méfiance, voire la crainte que le résultat final ne soit pas à la hauteur de la personne. Toutefois, cette situation a radicalement changé ces dernières années en raison des progrès technologiques, qui ont amélioré le résultat final offert aux patients.

Ainsi, il convient de noter l’apparition importante de la technique PSI dans le monde de la chirurgie plastique, car grâce à elle, les experts sont capables de générer un clivage naturel avec un lustre sternal étroit. Autrement dit, ce type de technique PSI est capable de mettre fin à l’un des grands problèmes générés par la chirurgie esthétique dans le passé : la séparation exagérée des seins. Tout cela grâce à l’utilisation de cellules souches dans le processus, qui aident à maximiser le caractère naturel des seins dans le résultat final.

D’autre part, nous devons également mentionner la technique du double plan qui est apparue  ces dernières années et qui est devenue si à la mode chez les femmes du monde entier. Une technique qui remplace l’ancienne technique rétropectorale, puisque dans ce cas la prothèse est placée 90% derrière le muscle, et 10% en dessous du fascia pectoral. Une autre façon d’améliorer la morphologie des seins, afin qu’ils aient un aspect plus rond et plus naturel

Souhaitez-vous une augmentation mammaire ? Problèmes et solutions

Une augmentation mammaire est une opération simple, mais si nous ne tenons pas compte de certains éléments, des problèmes peuvent survenir. C’est pourquoi l’empathie et une relation étroite médecin-patient sont essentielles. Toutes les informations comptent : votre anatomie, l’élasticité de votre peau, votre âge, votre posture, votre façon de vous déplacer, votre mode de vie, etc. Ces facteurs permettront de définir la solution la plus appropriée pour vous.

La plupart des problèmes qui peuvent survenir après une augmentation mammaire peuvent être évités. Dans de nombreux cas, elles se produisent parce que le chirurgien n’a pas pris en compte certains facteurs du patient, je vous conseille donc de chercher le meilleur chirurgien, celui qui vous donne la sécurité et les garanties nécessaires, un professionnel expérimenté.

LES PROBLÈMES QUI PEUVENT SURVENIR APRÈS UNE AUGMENTATION MAMMAIRE ET LEURS SOLUTIONS
JE NE SUIS PAS SATISFAIT DE LA TAILLE

Ce problème ne résulte pas d’une erreur technique, mais d’un manque de communication et de confiance entre le patient et le chirurgien.

Il est très courant dans mon cabinet de recevoir des patients qui veulent une certaine taille, mais il est important d’analyser leur anatomie, leur mode de vie, l’élasticité de leur peau, etc. pour affiner le type et la taille de l’implant. Il est fondamental d’être conseillé par le professionnel et de prendre la bonne décision.

Je vous invite à regarder cette vidéo où je vous donne quelques conseils pour choisir le meilleur implant pour une augmentation mammaire.

De même, les patients qui viennent dans mon cabinet trop vifs pour vouloir un gros implant reçoivent de moi une information exhaustive et très détaillée sur tous les inconvénients d’une taille excessive à long terme. Là encore, l’obtention d’une indication parfaite dépend d’un bon dialogue médecin-patient.

MA POITRINE EST TRÈS DURE. LA CONTRACTURE CAPSULAIRE

Ce problème est peut-être le plus fréquent chez les patientes qui ont subi une augmentation mammaire au cours des décennies précédentes. Le corps humain crée naturellement une doublure fibreuse ou cicatricielle autour de tout corps étranger, cela se produit autour de l’implant. Cette contracture peut être de différents degrés selon les niveaux de la classification Baker, qui est mesurée en degrés.

La poitrine semble naturelle et est douce et lisse au toucher. Pratiquement toutes les femmes ayant des implants mammaires sont à ce niveau et il n’y a pas lieu de s’inquiéter.
Nous remarquons que les seins sont un peu fermes, mais qu’ils ont toujours l’air naturels. À ce niveau, la chirurgie n’est pas encore justifiée, bien qu’il soit important de se faire examiner régulièrement par son médecin.

La poitrine semble ferme et il y a apparemment une déformation du sein. Ce sont des cas moins fréquents et nous devons évaluer entre le patient et le chirurgien la manière d’agir, car cela dépendra pratiquement des symptômes du patient. Si cela fait mal, si c’est inconfortable, etc.

Au quatrième et dernier degré, les seins sont littéralement durs, la déformation est visible et la patiente ressent de la douleur et de l’inconfort. Ces cas sont très rares, mais il faut savoir comment réagir et évaluer correctement la situation.
Ce qui se passe, c’est que la paroi naturelle ne cesse de s’élargir et presse l’implant, ce qui provoque les symptômes mentionnés ci-dessus. La solution la plus efficace à ce problème est une intervention chirurgicale appelée capsulectomie ouverte, au cours de laquelle la capsule formée est retirée.

Je dois vous dire que bien que l’encapsulation soit de moins en moins fréquente, la contracture capsulaire est beaucoup plus fréquente chez les personnes ayant des implants situés au-dessus des muscles thoraciques que chez celles ayant des implants sous-musculaires, bien que, comme je vous l’ai déjà dit, il existe une solution facile.

J’AI DES RIDES DANS MON IMPLANT MAMMAIRE. L’ONDULATION OU LE RIPPLING

Elle se produit lorsque le remplissage de l’implant est mobile, par exemple les implants salins, bien que la raison principale soit d’avoir une peau fine ou une couverture de peau qui transmet les propres ondulations de l’implant. Le remplissage de l’implant est disposé de telle sorte qu’il crée des rides, des irrégularités ou des grumeaux visibles à la surface du sein.

Ce problème est moins fréquent pour les implants en gel de silicone cohésif et la mise en place sous-musculaire, comme nous l’utilisons habituellement. Normalement, l’ondulation apparaît à l’extérieur du sein mais celle qui est la plus gênante et qui exige une correction chirurgicale est lorsqu’elle apparaît dans le décolleté.

Si l’ondulation n’est pas trop exagérée, nous recommandons de ne pas subir de chirurgie, nous avons des traitements esthétiques alternatifs.

DOUBLE RAINURE OU BULLE DANS LA PROTHÈSE

La prothèse et le sein de la patiente sont identifiés visuellement séparément, formant une double rainure dans chacun d’eux.

Cela se produit lorsque la densité de l’implant et de la glande mammaire est très différente et que l’implant est excessif ou pend du sillon naturel du sein. Selon l’âge, l’élasticité de la peau et la taille du sein naturel, une technique ou un implant approprié doit être utilisé. À mon avis, dans ce cas, la meilleure solution serait de subir une intervention chirurgicale pour fermer le sillon mammaire trop bas et de placer l’implant caché derrière le sein, ce qui permettrait de retrouver un sein avec une belle courbe sous-mammaire.

SYMÉTRIE OU UNISÈNE

C’est l’union des prothèses dans le décolleté sous la peau, créant un seul sein sans décolleté, formé par les deux prothèses. Cela se produit lorsqu’il n’y a pas assez de tissu sur le sternum ou en plaçant des implants trop grands, par un déplacement musculaire dû à une surcharge ou même par une mauvaise technique chirurgicale. Regardez cette vidéo.

Le chirurgien doit planifier les cavités pour les implants et doit tenir compte de la physionomie du tissu du sternum pour éviter ce problème. Le tissu fibreux qui est attaché au sternum entre les deux seins ne doit pas être dépassé.

La solution est aussi simple que de réparer et reconstruire le tissu qui divise la prothèse. Vous devez rechercher un chirurgien ayant de l’expérience dans ce type de chirurgie, en vous fiant à ses critères.

INTERRUPTION

L’augmentation mammaire se produit lorsque la peau et les tissus du sein ne supportent pas le poids de la prothèse. La prothèse se déplace le long de la paroi thoracique. La prothèse est laissée en bas, déformant le sein et laissant le mamelon au sommet de l’ovale.

Le type d’implant n’a pas de rapport, bien que l’endroit où il est placé en ait un, car les implants sous-musculaires ne se déplacent généralement pas autant par rapport à leur état initial.

Il n’existe pas de solution unique à ce problème, un lifting des seins ou une mastopexie peuvent être effectués pour repositionner le sein. L’une des meilleures solutions consiste à réaliser une série de sutures internes qui ne nécessitent pas de nouvelles cicatrices dans le pli sous-mammaire pour enlever la peau et relever la prothèse. Cette opération a de très bons résultats pour le patient.

AUTRES RISQUES LIÉS À L’AUGMENTATION MAMMAIRE

Outre ces problèmes, il existe certains risques irrémédiables, comme la perte de sensibilité au niveau de l’aréole et du mamelon, bien que cela dépende du type de chirurgie.

Un autre problème auquel nous ne pouvons pas remédier est la détérioration de l’implant au fil du temps. Naturellement, les implants doivent être de bonne qualité, mais, comme vous le savez, aucun implant n’est à vie et ils se détériorent avec le temps. Les spécialistes et les fabricants d’implants recommandent de les remplacer au moins dix ans après leur pose.

Comme je l’ai dit au début de l’article, chaque personne et chaque corps est un monde à part et le chirurgien que vous choisissez doit se familiariser avec vous et votre corps afin de concevoir avec son équipe une solution réelle et appropriée pour votre cas.

Comme je l’ai dit au début, dans la plupart des cas, ces problèmes peuvent être évités grâce à une étude approfondie et professionnelle des spécialistes. C’est pourquoi je vous conseille à nouveau de ne pas prendre de risques, de vous méfier de la bon marché et de parier sur votre santé et votre sécurité si vous devez subir une opération d’augmentation mammaire. Et surtout, cherchez un chirurgien avec des années d’expérience.

Étape 1 : Anesthésie

On vous donne des médicaments pour votre bien-être pendant l’intervention chirurgicale. Les options comprennent les sédatifs intraveineux et l’anesthésie générale. Votre médecin vous recommandera ce qui est le mieux pour vous.

Étape 2 : L’incision

Les incisions sont faites dans des zones discrètes pour minimiser les cicatrices visibles. Vous et votre chirurgien plasticien déciderez des types d’incisions qui conviennent au résultat souhaité. Les options d’incision comprennent

L’incision

Les incisions varient selon le type d’implant, le degré d’agrandissement souhaité, les caractéristiques anatomiques individuelles et les préférences du chirurgien et du patient.

Étape 3 : Choix de l’implant

La taille et la forme de votre poitrine sont importantes, alors n’oubliez pas de dire à votre chirurgien ce que vous attendez. Le type et la taille de l’implant seront déterminés non seulement par l’augmentation de taille que vous souhaitez obtenir mais aussi, et surtout, par les caractéristiques anatomiques de vos seins, l’élasticité de votre peau et votre constitution physique.

Options d’implants mammaires

Les implants salins sont remplis d’eau salée stérile. Ils peuvent être remplis de différentes quantités de solution saline, ce qui influencera la forme, la fermeté et la sensation des seins. En cas de fuite, l’implant de solution saline s’effondre et le corps absorbe la solution saline et l’élimine naturellement.

Les implants en silicone sont remplis d’un gel élastique. Le gel bouge et ressemble beaucoup au tissu mammaire naturel. En cas de rupture de l’implant, le gel peut rester à l’intérieur de l’enveloppe de l’implant, ou il peut s’écouler dans la poche de l’implant. Un implant rempli de gel de silicone avec une rupture ne peut pas s’effondrer. Si vous choisissez ce type d’implant, vous devrez peut-être consulter souvent votre chirurgien plastique pour vous assurer que les implants sont en bon état. Une échographie ou une IRM permet d’évaluer l’état des implants. Les fabricants introduisent parfois de nouveaux styles et types d’implants, ce qui peut élargir les options disponibles.

Les implants salins sont actuellement approuvés par la FDA des  pour l’augmentation mammaire chez les femmes de 18 ans et plus.

Les implants en silicone sont actuellement approuvés par la FDA  pour l’augmentation des seins chez les femmes de 22 ans et plus.

Les implants en silicone ou en solution saline peuvent être recommandés aux jeunes femmes s’ils sont utilisés à des fins de reconstruction.

Étape 4 : Insertion et mise en place de l’implant
Insertion et mise en place de l’implant. Une fois l’incision faite, l’implant est inséré dans une poche ou

A. sous le muscle pectoral (placement sous-musculaire), ou

B. directement derrière le tissu mammaire, sur le muscle pectoral (placement sous-mammaire / sous-glandulaire)

La méthode d’insertion et de localisation des implants dépend du type choisi, du degré d’amélioration souhaité, de votre constitution physique et des recommandations de votre chirurgien.

Étape 5 : Fermer les incisions

Les incisions sont fermées par des sutures en couches dans le tissu mammaire et par des sutures, de l’adhésif pour la peau ou du ruban adhésif chirurgical pour fermer la peau.

L’incision

Les marques d’incision s’estompent avec le temps.

Étape 6 : Voir les résultats

Les résultats de l’augmentation mammaire sont immédiatement visibles. Avec le temps, le gonflement postopératoire s’estompera et les marques d’incision s’estomperont. La satisfaction que votre nouveau look vous apportera grandira à mesure que vous vous rétablirez et que vous réaliserez que vous avez atteint votre objectif d’avoir des seins plus volumineux.

Foire aux questions sur le sein et l’allaitement

Nombre des consultations que nous recevons sont récurrentes et souvent directement liées à l’anatomie et à la physiologie du sein pendant l’allaitement. Ci-dessous, nous allons essayer de répondre aux questions les plus fréquentes sur le sein et l’allaitement. Nous espérons que vous le trouverez utile.

Mes seins sont petits, aurai-je assez de lait ?

Lorsqu’un enfant naît, il a exactement le même sein qu’une fille. Les structures sont les mêmes, et ce n’est qu’à la puberté, grâce aux changements hormonaux, que les seins des filles poussent et se développent. La poitrine prend forme grâce aux dépôts de graisse qui façonnent sa taille et son volume externe. À l’intérieur, le tissu glandulaire, qui est responsable de la production de lait, se développe également à l’extérieur du tissu adipeux externe. Par conséquent, la taille et la forme extérieure du sein n’ont pas d’importance, et ne permettent pas de prédire si une mère aura plus ou moins de lait. Tous les seins, qu’ils soient grands ou petits, sont utiles pour nourrir un bébé. Si vous avez des doutes sur vos seins ou si vous n’avez pas réussi à allaiter par manque de lait, consultez cet article sur l’hypogalactie ou la faible production de lait maternel sur notre site web.

J’ai un très petit mamelon, est-ce que je vais pouvoir allaiter ?
Bien sûr que vous le pouvez ! Tous les mamelons fonctionnent, quelle que soit leur taille. En fait, les bébés n’ont pas besoin du mamelon pour allaiter, c’est juste une référence visuelle et tactile pour qu’ils sachent où diriger leur bouche. Il est vrai qu’il existe des mamelons, comme les ombilicates (le type de mamelon qui se rétracte lorsqu’il est stimulé), qui peuvent compliquer la prise initiale du bébé. Si vous avez des doutes sur votre mamelon, la meilleure chose à faire est de vous rendre à un groupe de soutien à l’allaitement avant d’avoir votre bébé, afin qu’il puisse l’évaluer et vous apprendre tout ce que vous devez savoir pour bien commencer à allaiter.

Si vos mamelons sont plats ou peu proéminents, vous n’avez rien à faire pendant votre grossesse non plus. Trouvez un groupe de soutien pour discuter de vos préoccupations.
Parfois, pendant la grossesse, il est suggéré aux mères de préparer leurs tétons avec des crèmes ou en les frottant avec des gants en crin de cheval. Ces recommandations dépassées ne font que créer de la détresse et de la douleur pour les mères. Les massages pour étirer les mamelons plats sont également inutiles.

Votre aréole contient une douzaine, parfois plus, de corpuscules dits de Montgomery, qui sont les bosses que vous trouverez autour d’elle, sont chargés de nettoyer, désinfecter et lubrifier le sein. Il n’est pas nécessaire de remplacer cette préparation naturelle par des pommades ou des crèmes pharmaceutiques.

Je suis enceinte et ma poitrine est très pleine et tendue, est-ce normal ?

Pendant la grossesse, le poids des seins augmente, entre 400 et 600 g., et une fois l’allaitement commencé, il peut peser 800 g de plus qu’avant la grossesse. Au cours des 6-7 premières semaines de grossesse, les alvéoles se développent, ce qui produit une sensation de plénitude, ainsi que la quantité de tissu graisseux et l’irrigation de la poitrine. Les seins semblent pleins de veines qui atteignent parfois le cou. Tout cela est normal, même si c’est spectaculaire ! Votre corps se prépare à la grande tâche de nourrir votre bébé.

Pourquoi n’y a-t-il pas de lait pendant la grossesse ?

Pendant la grossesse, le tissu glandulaire des seins produit du colostrum en petites quantités. Parfois, tout ce que vous pouvez voir, ce sont des croûtes blanches ou jaunâtres sur votre mamelon, qui sont les gouttelettes de colostrum qui se sont desséchées.

Les hormones prédominantes pendant la grossesse, la progestérone et l’œstrogène, empêchent la prolactine d’atteindre de grandes concentrations, de sorte qu’il n’est pas possible de fabriquer de grandes quantités de lait. Cette situation change lorsque les niveaux hormonaux de progestérone et d’œstrogène diminuent, dans la période post-partum immédiate où un pic de prolactine se produit. La séparation du placenta et de l’utérus marque le début de la production de lait.

Si une mère qui allaite redevient enceinte, elle peut continuer à produire du lait, bien qu’à partir du deuxième trimestre de la grossesse, la production diminue considérablement. Pour plus d’informations sur ces cas, vous pouvez consulter l’article sur l’allaitement pendant la grossesse et en tandem.

Comment le lait maternel est-il produit ?

La tétée du bébé stimule les récepteurs d’ocytocine et de prolactine, situés principalement dans l’aréole et le mamelon, et déclenche une impulsion nerveuse qui se rend au cerveau, où l’hypothalamus induit la production de deux hormones : la prolactine, responsable de la production de lait, et l’ocytocine, qui provoque la contraction des alvéoles et déclenche l’éjection ou la libération du lait.

La façon la plus simple de visualiser le fonctionnement de la glande mammaire est de penser à une vigne. Chaque baie d’une grappe de raisin est une alvéole mammaire. Les éléments nécessaires à sa constitution sont soit directement fabriqués à l’intérieur de l’alvéole, soit proviennent du plasma de la mère. Chaque alvéole ou pépin de raisin est enveloppé dans une fine couche musculaire qui se contracte en réponse à l’ocytocine, provoquant l’éjection du lait. Toutes les alvéoles vont dans les conduits, les rameaux de la vigne, qui sont chargés de les transporter jusqu’au mamelon, où le bébé les extrait du sein par succion.

Toutes les mères produisent-elles un lait de qualité ?

Oui, il a été prouvé que même les mères qui sont mal nourries et qui vivent dans une extrême pauvreté et précarité produisent un lait maternel de qualité. Il existe de petites variations individuelles dérivées du régime alimentaire, mais le corps des femmes utilise le même schéma pour fabriquer du lait, et le lait est toujours de bonne qualité.

Les éléments qui peuvent varier d’une mère à l’autre sont l’iode et les acides gras essentiels. Les femmes occidentales qui allaitent doivent donc prendre un supplément de 200 microgrammes d’iode par jour et augmenter leur consommation d’aliments riches en acides gras essentiels : poissons gras, noix, huile de graines, etc.

Même si vous mangez mal et que votre alimentation n’est pas complètement équilibrée, vous pouvez être sûr que les cellules qui produisent le lait parviennent à tout extraire des réserves de la mère pour que le bébé ne manque de rien.

Les mères souffrant de carences nutritionnelles continuent à produire un lait de qualité pour leurs bébés, c’est pourquoi il est très important que, même si elles n’ont pas le régime alimentaire le plus équilibré du monde, elles continuent à allaiter leurs bébés qui recevront le lait le plus approprié pour assurer leur santé et leur croissance.

J’ai eu une césarienne, cela prendra-t-il plus de temps pour faire monter mon lait ?

Non, les césariennes ne retardent pas la descente du lait. La descente du lait commence lorsque le placenta se sépare de l’utérus, ce qui se produit aussi bien lors d’un accouchement vaginal que d’une césarienne.

Les routines hospitalières qui sont généralement associées à une césarienne peuvent retarder le premier contact entre la mère et le bébé, elles sont donc la véritable cause du retard de la montée de lait, ainsi que de la gêne que la mère peut ressentir lorsqu’elle met le bébé au sein à cause des points de suture, qui peuvent interférer avec certaines tétées ou en réduire le nombre.

Il est vrai que les mères insulinodépendantes ou obèses (avec un indice de masse corporelle de 30 ou plus) peuvent souffrir d’un retard dans le démarrage de la production de lait, qui peut prendre plus de 72 heures, mais cela finit par être normal dans les deux cas.

Je viens d’accoucher et j’ai une bosse gonflée à l’aisselle, qu’est-ce que c’est ?

Il s’agit probablement d’un tissu mammaire ectopique ou mal placé. Ces bosses ne sont pas alarmantes et peuvent se produire n’importe où le long de la « ligne de lait », qui va de l’aisselle à l’aine. Un pour cent des femmes possèdent ces « glandes mammaires accessoires », qui passent inaperçues jusqu’à ce que la mère tombe enceinte et arrête, quand elles grandissent et peuvent même sécréter du lait.

Il y a aussi des femmes qui ont des mamelons supranationaux. S’il y a un gonflement de ce tissu, il est préférable de ne pas le manipuler, d’appliquer du froid et de la pression et d’attendre qu’il disparaisse.

Que sont les hausses du lait ?

Lorsque le bébé tète, il stimule les nerfs du mamelon. Cette impulsion nerveuse atteint le cerveau, où sont produites la prolactine et l’ocytocine, les hormones responsables de la production et de l’éjection du lait.

Entre 42 et 72 heures après l’accouchement, la première montée de lait se produit, et de nombreuses femmes remarquent que leurs seins deviennent tendus et parfois gonflés.

Plus tard, ils remarquent la baisse du lait  lorsque le bébé tète ou lorsqu’ils pensent à lui ou l’entendent pleurer. Ce phénomène est dû à l’action de l’ocytocine et s’accompagne généralement d’une sensation de picotement dans le sein, qui peut même être douloureuse pendant les premières semaines, et qui indique que le lait commence à couler vers le mamelon. Quelque 75 % des femmes ont l’impression que leur lait est déchargé plus d’une fois par jour, tandis que 30 % ne le sentent jamais. Ces deux situations sont parfaitement normales et n’ont pas une grande importance, car elles n’affectent en rien le déroulement de l’allaitement.

Quelles sont les hormones responsables de la production de lait ?

Pendant la grossesse et les premières semaines suivant l’accouchement, la production de lait dépend entièrement de deux hormones, la prolactine et l’ocytocine, dont l’action est complétée par une protéine appelée FIL (Facteur d’Inhibition de l’Allaitement).

L’ocytocine fait monter le lait. Il y a des fibres musculaires qui entourent les alvéoles et, lorsqu’elles se contractent, « pressent » le lait. Non seulement l’ocytocine répond aux stimuli tactiles, mais il suffit parfois d’entendre un bébé pleurer, de penser à lui ou de sentir ses vêtements pour déclencher un flux d’ocytocine dans le sang. Lorsque cela se produit, la mère sent son sein se remplir de lait et couler.

Des facteurs tels que la peur, le manque de confiance en son corps ou l’alcool peuvent momentanément bloquer ce flux d’ocytocine et rendre la boisson un peu plus difficile. Il est donc vital que la mère soit calme et confiante pour que tout coule littéralement.

La prolactine permet à la glande mammaire de produire du lait. Chaque fois que le bébé tète, un flux de prolactine est libéré dans le sang de la mère. Cette hormone est ce qui donne aux cellules des alvéoles l’ordre de fabriquer du lait. Si l’enfant a peu d’appétit, s’il est fait attendre ou s’il n’est pas nourri du tout, il tète de moins en moins et la production de lait diminue. En cas de naissances multiples, il y a une double ou triple stimulation, nécessaire pour répondre aux demandes de production de deux ou plusieurs bébés.

Six mois après l’accouchement, les niveaux de prolactine basale diminuent, car à ce moment-là, la glande mammaire fonctionne déjà de manière autonome, elle est une unité de fabrication indépendante. Cette glande autocrine fonctionne différemment : si le bébé tire beaucoup de lait, la mère produit beaucoup de lait ; si elle allaite peu, la FID ou le facteur inhibiteur de l’allaitement maternel maintient la production de lait à distance.

La FIL ou facteur inhibiteur de lactation est une protéine présente dans le lait.

Lorsque l’enfant tète beaucoup, l’inhibiteur sort aussi au moment du tirage du lait, et dans les heures qui suivent, le lait sera fabriqué à pleine vitesse. Si l’enfant tète peu, l’inhibiteur reste dans le sein et le sein produit peu de lait. À 6 mois après l’accouchement, les niveaux de prolactine basale reviennent aux valeurs d’avant la grossesse, et la FIL est plus importante que la FIL pour maintenir la production laitière.

Mes seins sont mous depuis un certain temps, suis-je à court de lait ?
Comme nous l’avons déjà dit, la glande mammaire est un mécanisme d’autorégulation. Pendant les premières semaines de la vie de votre enfant, le sein est pour ainsi dire en pratique. Afin de ne pas manquer de lait, on en fabrique plus que nécessaire. Cela garantit que le bébé n’aura pas faim. Lorsque la glande commence à s’adapter à la demande du bébé, elle ajuste l’offre et, pour des raisons purement logistiques, ne produit le lait que lorsque le bébé le demande. Il s’écoule en moyenne 2,2 minutes entre le moment où le bébé est mis au sein et celui où le réflexe d’éjection se produit. Dès l’âge de 3 mois, les mères sentent leurs seins mous et peuvent croire qu’elles n’ont pas de lait. Si cette situation est associée à la crise des trois mois, la mère peut l’interpréter comme un sentiment de rejet de la part du bébé en raison du manque de lait. Rien n’est plus éloigné de la vérité. La seule chose qui se passe, c’est que la glande mammaire s’est parfaitement régulée.

Pourquoi y a-t-il des femmes qui n’ont pas de lait ?

La grande majorité des femmes peuvent fabriquer du lait. La véritable hypogalactie (faible production de lait) est très rare et peut être causée par les conditions suivantes :

hypothyroïdie incontrôlée
Hypoplasie mammaire
PCOS (syndrome des ovaires polykystiques)
Le syndrome de Sheehan
Réduction mammaire récente
Les femmes souffrant d’hypothyroïdie et celles atteintes du SOPK peuvent prendre des médicaments spécifiques à leur état sans risque pour le bébé. En normalisant les niveaux d’hormones, le médicament régule la production de lait.

L’hypoplasie mammaire est le développement incomplet ou arrêté de la glande mammaire pendant la puberté. Souvent avec une hyperstimulation, l’allaitement mixte et dans certains cas même complet est possible.

Si la mère a subi une hémorragie massive et grave dans la période post-partum immédiate, elle peut développer le syndrome de Sheehan, qui se définit comme une nécrose de l’hypophyse due à un manque d’apport sanguin pendant l’accouchement. Cela peut rendre la lactation impossible. La mère doit subir un examen endocrinologique approfondi pour évaluer la gravité du cas et décider de la conduite à tenir en fonction du résultat.

Dans le cas des femmes qui ont subi une opération de réduction mammaire, chaque cas doit être évalué individuellement. Tout dépendra du type d’incision pratiquée pour effectuer la réduction et du temps écoulé depuis que la réduction a été faite, car les conduits qui ont été sectionnés pendant l’opération peuvent avoir été réanalysés spontanément. Les femmes qui se trouvent dans cette situation et qui souhaitent allaiter leur bébé doivent participer à un groupe de soutien à l’allaitement dès la grossesse.

Ainsi, si le lait maternel est toujours bon et que presque toutes les mères en produisent suffisamment, pourquoi tant de femmes affirment-elles qu’elles ne pouvaient pas allaiter parce que leurs enfants avaient faim ?
Il est difficile de trouver une seule raison, car il aurait pu se passer tant de choses.

Comme on l’a déjà dit, la véritable hypogalactie est une maladie très rare. Dans la plupart des cas, ce que la mère perçoit comme une production insuffisante est en fait une cascade de problèmes qui trouvent leur origine dans une mauvaise technique, un court frenulum lingual, l’imposition de calendriers d’allaitement ou des recommandations contradictoires ou erronées.

Souvent, derrière ces expériences négatives d’allaitement, il y a aussi des attentes qui ne correspondent pas à la réalité. La grande majorité des nouvelles mères n’ont jamais vu l’allaitement maternel, elles ne savent donc pas comment fonctionne l’allaitement. Ils s’attendent souvent à ce que les bébés mangent à l’heure toutes les trois heures et dorment entre les tétées, ce qui arrive rarement dans la vie réelle. Et, toujours par ignorance, ces mères finissent par penser que l’enfant pleure parce qu’il a faim, c’est-à-dire parce qu’il n’a pas assez de lait.

Il y a toute une génération de femmes, maintenant des grands-mères, qui n’ont pas allaité leurs enfants, ce qui signifie que la chaîne de transmission familiale de la culture de l’allaitement a été brisée.

Les groupes de soutien à l’allaitement tentent de remplacer, dans la mesure du possible, ce travail ancestral effectué par les femmes âgées de la famille, en soutenant par leur sagesse et leur expérience celles qui sont devenues mères pour la première fois. À cette fin, nous offrons des informations véridiques et actualisées, ainsi qu’un espace où partager nos expériences avec d’autres mères qui allaitent.

On m’a dit que si je laisse le bébé téter aussi longtemps qu’il le veut, il finira par avaler de l’air, est-ce vrai ? N’est-il pas préférable d’allaiter selon un horaire précis ?

Les bébés utilisent deux types de succion : la succion nutritive et la succion non nutritive. Les deux sont nécessaires, et tout en faisant la succion non nutritive, les enfants se nourrissent et se détendent. S’ils sont correctement positionnés, la succion non nutritive ne leur fera pas avaler de l’air, mais seulement du lait.

L’allaitement au sein ne peut être programmé, car cela empêche les bébés de réguler la quantité de lait qu’ils boivent et sa composition. Dans des conditions normales, ils y parviennent en prenant des aliments plus courts ou plus longs et en les espacant plus ou moins. Ainsi, il y aura des moments où ils n’auront besoin que d’un peu de lait pour étancher leur soif (ou leur peur, ou pour s’endormir) et d’autres où ils prendront une nourriture longue et complète. Vous devez avoir confiance en la capacité de votre enfant à réguler la quantité de lait et le temps qu’il doit passer à manger.

L’allaitement doit toujours respecter la demande du bébé, mais il y a des moments où la demande de la mère compte aussi. Si la mère a besoin d’allaiter (parce qu’elle a un engorgement ou une obstruction, pour pouvoir aller travailler, etc.

Il n’est recommandé aux parents de marquer la demande de l’enfant que dans des cas exceptionnels : bébés malades, prématurés, enfants qui ne prennent pas de poids, nouveau-nés extrêmement somnolents, etc.

Mon enfant utilise le sein comme un mannequin, que puis-je faire pour l’en empêcher ?
Comme nous l’avons dit, les bébés utilisent deux types de succion : nutritive et non nutritive.

La succion non nutritive (NNS) a acquis une très mauvaise réputation et il est souvent conseillé aux mères d’éviter de faire sucer leurs enfants. Le NNS fait partie d’un cycle complet de succion, et malgré ce que son nom implique, les bébés qui sucent se nourrissent. C’est une succion cumulative, les bébés tètent le sein à un rythme lent, ils accumulent du lait dans leur bouche à chaque succion, c’est le lait le plus dense et le plus gras, et lorsque leur bouche est pleine après 4 à 6 tétées, ils l’avalent.

La SNN ne doit pas être supprimée, car parmi ses fonctions, outre celle de la nutrition, elle se distingue par le fait qu’elle est un entraînement à la succion nutritive. Il permet également au bébé de se détendre et de satisfaire son besoin de téter.

Que puis-je manger ou boire pour avoir plus de lait ?

 

Dans la culture chinoise, les mères reçoivent une soupe chaude au gingembre et au poulet. En Amérique du Sud, on prépare un bouillon à base de poulet et de légumes. Sous d’autres latitudes, il est recommandé de consommer : sardines, morue, pois, luzerne, chardon saint ou chardon marial, levure de bière, lait de vache, larves de mouche bleue…

La vérité est qu’il n’existe pratiquement pas d’études sur ce sujet et qu’il n’est pas possible de dire que la consommation de certains aliments augmente la quantité de lait produite. D’autre part, il a été démontré que de nombreuses plantes considérées comme des galactogues ont précisément l’effet inverse, c’est-à-dire qu’elles diminuent la production de lait.

La seule chose qui augmente la production de lait d’une femme est la succion et la vidange efficaces de la glande mammaire, ce que le bébé réalise s’il tète à la demande et de la bonne manière (ou, à défaut, si la mère utilise un tire-lait).

L’aspiration et la vidange incitent l’organisme à produire davantage de lait en augmentant les niveaux de prolactine dans le sang et en éliminant le facteur inhibiteur de l’allaitement (FIAL) de l’intérieur de la glande.

En savoir plus : https://www.gralon.net/annuaire/sante-et-beaute/medecine/page-web-augmentation-mammaire-paris-182192.htm

 

Comment vous sentirez-vous après une opération d’augmentation mammaire ?

augmentation-mammaire--

Si vous envisagez une augmentation mammaire, il est probable que vous vous posez beaucoup de questions à ce sujet.

Le pourcentage de femmes qui voient leur estime de soi augmenter après avoir subi une opération d’augmentation mammaire est énorme.

Ainsi, de nombreuses femmes viennent chez le chirurgien dans le but d’augmenter leur estime de soi en subissant une augmentation mammaire ou une mammoplastie. Beaucoup d’entre eux, bien que se sentant à l’aise avec leur corps avant l’opération, voient leur estime de soi augmenter, se sentir mieux et s’amuser davantage.

Les principales raisons pour lesquelles les femmes subissent des opérations d’augmentation mammaire sont :

  • Pour avoir une poitrine plus grande et plus attrayante
  • Pour corriger certains problèmes d’asymétrie
  • Pour restaurer un sein vide après son ablation pour des raisons de santé
  • Pour se sentir plus à l’aise avec son corps
  • Pour retrouver la fermeté de la poitrine
  • Pour avoir une excellente estime de soi, il est essentiel d’avoir une bonne image de soi. Il est vrai que cela ne sera pas toujours directement affecté par le fait de porter plus ou moins une taille de soutien-gorge, mais la vérité est que près d’un tiers des femmes qui ne se sentent pas à l’aise avec leurs seins et que la plupart des femmes qui ont eu des implants mammaires affirment avoir considérablement amélioré leur estime de soi, ce qui est étroitement lié au fait de se sentir attirant.

Symptômes et soins pendant la période post-opératoire

Les symptômes les plus courants : douleur et un certain inconfort

Immédiatement après avoir subi une opération d’augmentation mammaire, il est normal de ressentir une gêne au niveau des seins, due à un gonflement et à des ecchymoses. De nombreuses femmes remarquent une augmentation de la sensibilité des seins après plusieurs jours d’opération. Vous ne devez pas vous inquiéter.

Votre spécialiste pourra vous prescrire des analgésiques qui rendront le processus postopératoire plus facile et plus supportable.

Il est également fréquent de ressentir une légère augmentation de la température corporelle ou un petit saignement dû aux cicatrices, surtout pendant les 48 heures qui suivent l’opération.

De même, après l’opération, il est normal de sentir que la zone opérée tire plus que la normale, et qu’elle est plus rigide. C’est généralement une conséquence de la distension produite par l’introduction des prothèses dans les peaux qui ne sont pas trop élastiques, ou lorsque les implants posés sont de grande taille.

Pour plus d’informations,  visiter : https://independent.academia.edu/augmentation_mammaire

Augmentation mammaire : toute l’information nécessaire

augmentation-mammaire--

Augmentation mammaire avec prothèse mammaire

Dans le cas de personnes très musclées, il est compliqué pour le muscle de céder, il y a donc un risque que la prothèse soit placée sur le dessus et, au contraire, dans les cas de laxité musculaire, avec le temps la prothèse glisse vers le bas. De plus, l’approche axillaire présente un pourcentage plus élevé de complications et, bien qu’elle semble moins traumatisante parce que les seins n’ont pas de cicatrices, elle est beaucoup plus traumatisante à l’interne et la récupération est plus lente.

La voie aréolaire et la voie sous-sein sont les meilleures approches pour placer la prothèse mammaire puisque le chirurgien plastique a une visibilité directe de l’espace, pouvant faire une  » poche  » exacte de l’endroit où placer la prothèse. Selon l’anatomie de la personne, on choisira la meilleure de ces deux approches et, dans le cas d’une très petite aréole, l’approche sous-mammaire sera la seule option.

Pour plus d’informations à ce sujet visitez ce site : https://www.guidnet.fr/site/augmentation-mammaire-a-paris-qui-choisir/

Quant à leur forme, les prothèses mammaires peuvent être rondes ou anatomiques avec une forme en goutte d’eau et, dans chaque type, il existe différentes variantes comme leur projection. Les prothèses mammaires qui donnent les meilleurs résultats sont les prothèses microtexturées en gel de silicone cohésif car elles sont les plus sûres car elles présentent moins de risque de contracture et donc moins de taux de rupture. Il faut tenir compte du fait que si la personne a une petite aréole, il est impossible d’utiliser des prothèses mammaires anatomiques.

En ce qui concerne la position de la prothèse mammaire, la technique qui donne les meilleurs résultats est celle dite du double plan, ce qui signifie que la prothèse est placée sous le muscle grand pectoral, qui n’occupe que les deux tiers de la prothèse. Une dissection est effectuée dans le bord inférieur du muscle afin que le tiers inférieur de la prothèse ne soit pas placé sous celui-ci et, de cette façon, on évite que le muscle ne tire ou ne déforme la prothèse mammaire lorsque la personne pratique un exercice physique. De plus, comme le muscle recouvre la partie supérieure de la prothèse, le résultat est beaucoup plus naturel.

Programme d’augmentation mammaire postopératoire pour prévenir la contracture des prothèses

Pour prévenir une éventuelle contracture capsulaire de la prothèse mammaire, le programme postopératoire a un facteur clé. Tout protocole qui favorise une diminution plus rapide de l’inflammation postopératoire réduit grandement le risque de contracture. Il est prouvé que si le patient a des complications de saignements excessifs, d’inflammation, d’infection … augmente considérablement le risque de contracture. Un très petit nombre de patients produisent une contracture d’origine génétique puisque leur corps réagit ainsi au silicone.

En savoir plus aussi : https://www.doctissimo.fr/html/beaute/chirurgie-esthetique/articles/14196-augmentation-mammaire-lipomodelage-injection-acide-hyaluronique.htm