Archives par mot-clé : chirurgie esthétique

Comment éviter de prendre du poids après une liposuccion ?

 

liposuccion-chirurgie-esthétique

C’est une question que de nombreux patients consultent régulièrement avec les chirurgiens de liposuccion.

La liposuccion est une opération qui vise à éliminer l’excès de graisse présent dans certaines zones du corps comme l’abdomen, les cuisses, les bras, les fesses, les hanches, entre autres. Il s’agit d’un traitement chirurgical qui permet d’éliminer les graisses qui ne peuvent être combattues malgré la pratique d’un sport ou une alimentation équilibrée.

La liposuccion, comme il a été mentionné à plusieurs reprises, n’est pas un traitement amincissant, c’est un traitement qui aide à définir la silhouette, à modeler la silhouette et à éliminer les dépôts de graisse qui ne peuvent être réduits, même avec de l’exercice ou un régime alimentaire strict.

Avant l’opération, le chirurgien doit effectuer les tests préopératoires pertinents. L’opération est réalisée par une série de petites incisions (pas plus d’un demi-centimètre) par lesquelles on introduit de fines canules.

Les canules sont reliées à des pompes à vide qui aspirent la graisse localisée. Après cette procédure, les incisions sont fermées par de très petits points de suture qui ne laissent aucune cicatrice visible.

La liposuccion est une intervention chirurgicale qui nécessite l’hospitalisation du patient pendant la nuit en raison d’un certain nombre de risques et d’effets secondaires tels que des saignements, des infections, des problèmes de cicatrisation, une perte de sensibilité de la peau ou de toute la zone traitée.

De plus, il pourrait y avoir des conséquences très graves telles que la perte de peau ou le syndrome d’embolie graisseuse dans les poumons. Il peut également y avoir des irrégularités, la zone traitée peut ne pas être uniforme ou régulière avec le reste du corps (un côté de l’abdomen plus gonflé, une cuisse plus grande que l’autre). Mais tous ces risques peuvent être évités si le chirurgien est réellement un médecin spécialisé et accrédité.

Le patient parvient à se rétablir en une semaine et en un mois, il peut vérifier les résultats de l’opération. En ce sens, la période postopératoire prend un peu de temps.

C’est la raison de la question que les patients posent le plus souvent aux chirurgiens, à savoir s’il est possible de prendre du poids après une liposuccion et comment l’éviter, car les patients qui sont passés par la salle d’opération reconsidèrent le processus pour le temps de la convalescence.

Peut-on prendre du poids après une liposuccion ?

La réponse est oui. Tous les traitements de remodelage du corps (abdominoplastie, liposculpture, lifting, etc.), nécessitent des soins. En principe, il faut faire attention à l’alimentation et à l’exercice régulier, sinon la graisse éliminée sera récupérée.
Ces soins ne doivent pas seulement être pris pour une liposuccion, c’est un problème que tout traitement amincissant ou qui cherche à éliminer les graisses car, s’ils ne sont pas observés, si le patient ne suit pas une alimentation saine après l’intervention chirurgicale, il peut récupérer les graisses qui ont été extraites pendant l’intervention.

L’une des erreurs les plus courantes que font les patients est de continuer à mener le style de vie qu’ils avaient avant l’opération. Il y a des patients qui se font opérer et qui continuent à faire toutes les choses qu’ils font normalement, à savoir mener une vie sédentaire, avoir une mauvaise alimentation, abuser de la malbouffe ou d’aliments riches en graisses et en sucres, ou boire des boissons alcoolisées en excès.

Bien qu’ils aient obtenu les résultats souhaités grâce à l’opération et qu’ils aient un corps amélioré et bien défini, les patients qui ne bénéficient pas des soins appropriés parviennent à accumuler à nouveau de la graisse après un certain temps. De cette façon, la liposuccion aura été une opération vaine.

Comment éviter de prendre du poids après une liposuccion ?

Le choix le plus évident est de changer notre mode de vie. En ce sens, deux des éléments auxquels il faut prêter attention et qui limiteront la durée des résultats bénéfiques après une liposuccion sont : l’exercice physique et l’alimentation.

L’exercice physique est l’un des facteurs les plus importants pour éviter que la graisse ne soit redéposée dans les zones du corps qui sont sujettes à cet effet, comme l’abdomen ou les hanches, par exemple. Vous devez faire constamment de l’exercice, malgré le rythme de vie qui fait qu’il est presque impossible de consacrer du temps quotidiennement ou hebdomadairement à la pratique d’un sport ou d’un exercice.

Il existe de nombreuses façons de garder son corps en forme et d’éviter la sédentarité, et elles ne nécessitent pas beaucoup de temps ni d’argent. L’exercice le plus facile est la marche. Marcher 30 ou 45 minutes par jour activera la circulation et le métabolisme, ce qui aidera à brûler les graisses, les empêchant ainsi de s’accumuler dans le corps. En conclusion, l’important sera d’éviter la sédentarité et de faire un peu d’exercice.

D’autre part, la nutrition est un facteur déterminant après une liposuccion. Une alimentation équilibrée et saine doit être suivie. Cela implique de modifier le régime alimentaire, par exemple en abandonnant la malbouffe, les aliments précuits et les produits industrialisés. Vous devez également éviter de manger des aliments gras et sucrés. Il ne s’agit pas de ne plus jamais nous donner de goût, mais de réduire sensiblement la consommation d’aliments malsains.

L’alcool doit être limité. On peut boire une bière ou un verre de vin pour une occasion spéciale, mais il faut l’éviter dans la vie de tous les jours et le remplacer par de l’eau. Les boissons gazeuses et sucrées sont également interdites.

Afin de prolonger les bénéfices obtenus après une liposuccion, il est important de prendre tous ces conseils au sérieux. Il ne s’agit pas d’arrêter de manger, ce qui est une erreur que beaucoup de patients font, mais de manger de manière saine, sans manquer d’un élément nutritif vital pour l’organisme.

Une alimentation saine doit comprendre des aliments tels que des légumineuses, des viandes blanches et maigres, du poisson, des noix, des céréales, des fruits et des légumes, qui seront essentiels pour obtenir les vitamines qui permettront au corps du patient de fonctionner correctement et donc de maintenir les résultats de la liposuccion.

Voir : https://fr.wikipedia.org/wiki/Liposuccion pour en savoir encore plus sur la Liposuccion.

La chirurgie des paupières peut être rapide et efficace

blepharoplastie-chirurgie-paupières

Dans son cabinet le Docteur s’engage à assurer votre confort et votre sécurité à chaque étape du traitement. Avant même la blépharoplastie, elle vous fournira toutes les informations nécessaires pour que votre rétablissement soit le plus rapide et le plus confortable possible. Après l’intervention, il peut s’écouler plusieurs semaines avant que vos yeux ne guérissent. Néanmoins, vous pouvez généralement reprendre le travail en sept à dix jours. L’inconfort devrait commencer à s’estomper dès la première semaine, et le Docteur peut vous prescrire des médicaments pour aider à soulager l’inflammation. Ces prescriptions et ses conseils détaillés peuvent également réduire votre risque de complications post-opératoires et préserver les magnifiques résultats esthétiques de votre intervention.

La récupération après une blépharoplastie peut être douce et efficace si vous suivez vos instructions postopératoires aussi attentivement que possible.

Effets secondaires courants après une chirurgie des paupières
Le Docteur pratique une blépharoplastie sûre et précise. Néanmoins, toute opération comporte un certain risque d’effets secondaires. Les conséquences temporaires d’une blépharoplastie supérieure ou inférieure peuvent être les suivantes :

Un gonflement : Cela peut affecter vos paupières supérieures et inférieures, et s’étendre à vos joues. En général, il atteint son maximum deux à trois jours après l’opération, après quoi il commence à se résorber rapidement.

Difficulté à fermer les yeux : En raison du gonflement, vos paupières peuvent être raides. À mesure que le gonflement s’atténue, leur amplitude de mouvement normale devrait revenir.

Des ecchymoses (bleus) : Tout comme le gonflement, les ecchymoses seront plus visibles deux à trois jours après l’opération. Au bout d’une semaine environ, la plupart des ecchymoses devraient commencer à s’estomper.

Œil sec : Vos yeux peuvent vous démanger et s’enflammer pendant plusieurs semaines. Des gouttes ophtalmiques en vente libre ou sur ordonnance peuvent contribuer à atténuer l’irritation.

Perturbations de la vision : Vous pouvez remarquer une vision légèrement floue ou double pendant plusieurs jours. Ne conduisez pas avant que cet effet secondaire ne se soit dissipé.

Au cours de la première semaine suivant la blépharoplastie, vous devez prendre beaucoup de repos et être très protecteur de vos yeux. Dormez la tête surélevée pour améliorer la circulation sanguine et réduire le gonflement. Les poches de glace peuvent également aider à contrôler l’inflammation et l’irritation. Il est également important de suivre un régime alimentaire pauvre en sel avant et après l’opération afin de réduire encore plus les gonflements.

Vous devez traiter vos incisions avec des gels de cicatrisation topiques et utiliser des gouttes pour les yeux comme l’a indiqué le Docteur. En plus du repos physique pendant cette première semaine, vous devez également éviter toute activité qui pourrait fatiguer vos yeux. Il s’agit notamment de l’utilisation de l’ordinateur, de la lecture et de la télévision. En règle générale, vos points de suture apparaîtront au bout d’une semaine environ, et vous pouvez alors réintégrer d’autres activités dans votre routine.

Le Docteur s’engage à assurer votre confort et votre sécurité à chaque étape du traitement.

De nombreux patients sont en mesure de reprendre le travail après sept à dix jours. Malgré cela, il est important d’écouter votre corps et de continuer à vous reposer si vous vous sentez toujours fatigué par votre opération. Une fois que vous commencez à quitter la maison, assurez-vous de porter des lunettes de soleil foncées pendant les semaines qui suivent. Trois à quatre semaines après la blépharoplastie, vous pouvez généralement reprendre une activité physique normale. Cependant, vous devez consulter le Docteur et ne commencer à vous entraîner que lorsqu’elle vous donne son accord.

Dans un mois environ, votre rétablissement sera presque complet et vous devriez commencer à apprécier votre nouvelle apparence. Il se peut qu’il y ait encore un léger gonflement. À mesure qu’il se résorbera, vos résultats devraient devenir plus apparents.

Grâce aux techniques avancées, la guérison est plus facile que jamais
Dans la mesure du possible, le Docteur utilise des traitements peu invasifs pour réduire l’inconfort et le temps de guérison. L’ablation des tissus est parfois nécessaire pour obtenir les effets souhaités. D’autre part, si vous êtes plus jeune ou si vous ne souhaitez qu’un changement mineur, elle peut vous recommander des produits de remplissage cutané, un resurfaçage de la peau au laser ou des traitements similaires. Ces procédures ne laisseront pas de cicatrices et réduiront considérablement votre temps de récupération.

De plus, certains produits de comblement contiennent du collagène, une protéine conjonctive importante qui aide votre corps à retenir l’humidité. Ainsi, il peut augmenter l’élasticité de la peau pour des résultats plus durables. En même temps, ces traitements conservateurs ne sont pas permanents. La blépharoplastie ne peut pas arrêter le processus de vieillissement, mais les résultats peuvent durer des décennies. Le Docteur est connue pour son honnêteté et son souci personnel pour ses patients. Le Docteur vous expliquera toutes les options lors de votre consultation et vous aidera à déterminer celle qui répond le mieux à vos besoins.

En savoir plus sur la blépharoplastie :

  1. https://fr.wikipedia.org/
  2. https://www.riccardomarsili.fr/chirurgie-esthetique/chirurgie-visage/chirurgie-esthetique-des-yeux
  3. https://www.crpce.com
  4. https://www.doctissimo.fr
  5. https://drderhy.com
  6. https://sante.journaldesfemmes.fr

Quelques mythes courant sur l’abdominoplastie

abdominoplastie

L’une des procédures cosmétiques les plus courantes est la plastie abdominale, également connue sous le nom d’abdominoplastie. Cette procédure consiste à enlever l’excès de peau de l’abdomen. C’est une procédure populaire pour les personnes qui ont subi une perte de poids massive ou qui ont été enceintes.

Source à voir https://www.monbottin.fr/abdominoplastie-prix-devis-tarifs/ qui vous permettra d’en savoir plus encore !

Bien qu’il s’agisse d’une procédure courante, de nombreuses idées fausses subsistent concernant la plastie abdominale.

Quels sont donc les mythes courants concernant la plastie abdominale ?

1. Ne pouvez-vous pas simplement perdre du poids et suivre un régime alimentaire sain pour obtenir un ventre plat ?

Contrairement à la liposuccion, la plastie abdominale ne cible pas l’excès de graisse. Il vise plutôt l’excès de peau qui reste sur l’abdomen après une perte de poids importante ou une grossesse. Comme la peau avait été étirée auparavant, elle n’est plus aussi laxiste et reste accrochée à l’abdomen. Peu importe la quantité d’exercice que vous faites ou le nombre de régimes alimentaires sains que vous suivez, vous ne serez pas en mesure d’enlever cet excès de peau par vous-même.

2. La plastie abdominale n’est-elle pas réservée aux femmes ?
La plastie abdominale est souvent associée aux femmes car il s’agit d’une procédure recherchée après une grossesse.

Cependant, la plastie abdominale est une procédure qui convient aussi bien aux hommes qu’aux femmes. Les hommes optent souvent pour la plastie abdominale masculine après avoir perdu beaucoup de poids et s’être retrouvés avec un excès de peau abdominale. La chirurgie plastique devenant de plus en plus populaire auprès des hommes, vous pouvez vous attendre à ce que de plus en plus d’hommes que vous connaissez commencent à parler de la plastie abdominale qu’ils ont eue.

3. Si vous avez une plastie abdominale, vous devrez subir une liposuccion

La plastie abdominale et la liposuccion sont souvent considérées comme des procédures interchangeables, généralement parce qu’il s’agit de deux procédures de remodelage du corps. Cependant, il n’est pas toujours nécessaire de pratiquer à la fois une plastie abdominale et une liposuccion. La nécessité ou non de subir les deux interventions dépend de la présence d’une peau lâche et d’un excès de graisse dans l’abdomen.

Avant de subir toute intervention, le chirurgien pourra évaluer votre corps et déterminer quelle est la meilleure procédure à entreprendre.

4. La plastie abdominale m’aidera à perdre du poids

Malheureusement, une plastie abdominale n’est pas une procédure de perte de poids. Elle est pratiquée sur des personnes qui ont déjà perdu du poids et qui ont maintenant un excès de peau sur l’abdomen.

Si le chirurgien évalue votre corps et décide que vous avez besoin d’une liposuccion en plus de la plastie abdominale, vous remarquerez peut-être que vous êtes plus léger sur la balance. Cependant, comme la plastie abdominale vise l’excès de peau, vous ne commencerez pas à perdre beaucoup de poids comme par magie.

Après l’opération de plastie abdominale, vous devrez continuer à suivre un régime alimentaire sain et à faire de l’exercice pour maintenir les résultats et garder un ventre plat.

5. Vais-je laisser une grosse cicatrice visible et laide après une plastie abdominale ?

Lors de toute intervention esthétique, les chirurgiens s’efforcent de faire en sorte que la cicatrice soit aussi peu visible que possible.

Toutefois, la plastie abdominale est l’une des rares interventions qui vous laisseront une cicatrice plus visible. La cicatrice s’étendra horizontalement d’une hanche à l’autre (ou d’une cuisse à l’autre si vous optez pour une mini plastie abdominale).

Bien que l’idée d’avoir une grande cicatrice puisse être rebutante, elle n’est pas forcément aussi effrayante qu’elle en a l’air.

Les chirurgiens veilleront à ce que la cicatrice soit aussi discrète que possible. L’incision se fera généralement sous le maillot, de sorte que vous pourrez la cacher en portant des sous-vêtements et des maillots de bain.

Il est important de se rappeler que votre cicatrice sera beaucoup plus discrète immédiatement après l’intervention. Pendant la période de convalescence, la cicatrice apparaîtra rouge et plus enflammée. Cependant, avec le temps, la cicatrice s’estompera en couleur et en taille. Votre chirurgien pourra également vous donner des conseils sur la façon de soigner la plaie pendant la période de récupération et sur ce que vous pouvez faire pour minimiser l’apparence de la cicatrice.

Si vous vous inquiétez de la cicatrice due à la plastie abdominale, vous pouvez prendre certaines mesures. Avant de vous installer dans une clinique ou chez un chirurgien, assurez-vous de faire vos recherches. Renseignez-vous sur les qualifications et l’expérience de votre chirurgien. Lors de votre première consultation, demandez des photos avant et après. Cela vous donnera une bonne indication du type de cicatrice que ce chirurgien particulier laissera et de l’aspect auquel vous pouvez vous attendre.

Mythe : La plastie abdominale est une solution de rechange à la perte de poids.

Les patients qui se font plastifier le ventre sont parfois considérés comme paresseux ou peu motivés. Leurs amis peuvent insister sur le fait qu’ils choisissent la solution de facilité en optant pour la chirurgie plutôt que pour un régime et de l’exercice. Mais cela résulte d’un malentendu sur ce qu’est réellement la plastie abdominale. Ce n’est pas une procédure de perte de poids. Elle consiste uniquement à enlever la peau et une partie de la graisse située sous la peau. Aucun régime ni aucun exercice n’enlèvera cette peau du ventre, du moins pas complètement. La plastie abdominale n’est pas une alternative à la perte de poids, et il n’y a rien de paresseux à adopter cette approche efficace de la réduction de la peau ; c’est souvent la seule approche efficace.

Mythe : La plastie abdominale est réservée aux femmes.

Il est vrai que la majorité des patients qui se font plastifier le ventre sont des femmes, mais cette intervention peut absolument être pratiquée sur des hommes, et les chirurgiens la pratiquent tous les jours. Si vous êtes un homme qui a une peau extra abdominale en raison d’une perte de poids, ne soyez pas gêné de rencontrer un chirurgien esthétique au sujet de la plastie abdominale. Vous n’avez rien d’inhabituel et vous serez loin d’être leur premier patient masculin.

Mythe : Si vous vous faites retoucher le ventre, vous ne pourrez pas retomber enceinte.

Les médecins conseillent généralement aux femmes de ne pas se faire retoucher le ventre avant d’avoir fini d’avoir des enfants. Mais cela est dû au fait qu’une grossesse entraîne un nouvel étirement de la peau, ce qui peut nécessiter une deuxième plastie du ventre. Ce n’est pas parce que tomber enceinte est dangereux pour une femme qui a déjà subi un lifting du ventre. Si vous changez d’avis et décidez d’avoir d’autres enfants après avoir subi cette intervention, vous n’avez pas à vous inquiéter ni à vous inquiéter – même si vous devez vous attendre à devoir subir une retouche après l’accouchement.

Tout ce que vous devez savoir sur les traitements esthétiques

 

medecine esthétique

La médecine esthétique étaient autrefois considérés comme la procédure de choix pour les femmes dans la quarantaine et au-delà, mais en 2018, cela ne semble plus être le cas.

Grâce à des femmes plus jeunes, comme Kylie Jenner, et à de nombreuses stars de la télé-réalité qui ont opté pour une amélioration par relaxation musculaire ou par injection de produits de comblement, il est devenu beaucoup plus courant pour les femmes de vingt et trente ans d’opter pour des « ajustements » ou de subtiles augmentations cosmétiques. En effet, 64 % des cliniques esthétiques ont signalé une augmentation considérable du nombre de patients de moins de 30 ans demandant des injectables, tandis que la popularité des produits de comblement cutané a augmenté de 32 % au cours des huit dernières années chez les 20-29 ans.

Mais pourquoi les jeunes femmes optent-elles pour ces traitements, et quel est le bon moment pour commencer à les recevoir ?

Certains médecin  sont réputés pour son habileté et sa subtilité lorsqu’il s’agit d’injectables, mais dans sa ville natale d’Édimbourg, il est également connu pour son incroyable sens des responsabilités lorsqu’il s’agit de soigner ses patients et ses patients potentiels, refusant souvent de traiter toute personne qui, selon lui, ne bénéficiera pas des procédures ou ne verra pas le genre de résultats qu’elle souhaite.

D’un sujet tabou que presque personne n’admettait, à des partisans bruyants et fiers des traitements, nous avons assisté à un énorme changement dans la façon dont l’esthétique est perçue.

Au cours des dix dernières années, le monde de l’esthétique a connu un énorme changement. D’un sujet tabou que presque personne n’admettait, à des partisans bruyants et fiers des traitements, nous avons assisté à un énorme changement dans la façon dont l’esthétique est perçue. Mais cela ne veut pas dire qu’elle a toujours été utile ; par exemple, des émissions de télévision où les personnages principaux parlent ouvertement du nombre de traitements qu’ils ont subis, ont vraiment changé la mentalité de nombreuses jeunes femmes. D’une certaine manière, c’est fantastique, car cela a permis à de nombreuses femmes de prendre conscience de leurs options et de se sentir plus autonomes dans les décisions qu’elles prennent.

Cependant, ces émissions ont également accueilli ouvertement des événements tels que les Botox parties, où des femmes d’une vingtaine d’années se sont fait administrer des injections de relaxant musculaire à domicile, ce qui place cette procédure aux côtés de rendez-vous de beauté triviaux comme les coupes de cheveux et les manucures. Cela a vraiment changé la mentalité des jeunes femmes, les encourageant à considérer les injectables comme une solution à court terme, une décision impulsive – alors qu’en réalité, c’est tout sauf cela. J’exhorte tous les nouveaux patients et les plus jeunes à considérer leurs options en matière d’esthétique et à prendre chaque décision au sérieux.

QUAND FAUT-IL COMMENCER À S’INTÉRESSER À L’ESTHÉTIQUE ?

Cela dépend de ce que vous cherchez à changer, ou à améliorer. En règle générale, je pense que les procédures anti-âge, telles que les injectables de relaxation musculaire, ne devraient pas être envisagées avant la fin des années vingt ou le début des années trente au plus tôt, même à titre préventif. C’est généralement inutile, bien que cela dépende du patient. Pour les procédures telles que les remplisseurs de lèvres, la rhinoplastie liquide ou toute autre augmentation de remplisseur dermique, cela change de patient en patient. Je traiterai une patiente de 21 ans si la bosse dans son nez lui cause de la détresse, mais je refuserai également une patiente de 25 ans qui veut un produit de comblement des lèvres si je ne pense pas que cela soit nécessaire ou qu’elle n’est pas une candidate appropriée pour le traitement.

Certaines émissions de télé-réalité et certains médias sociaux ont popularisé l’utilisation d’injectables pour détendre les muscles ou de produits de remplissage cutané au début des années vingt, mais dans la plupart des cas, cela n’est pas nécessaire et peut attendre quelques années de plus. Dans tous les cas, le traitement doit être laissé à la discrétion de votre médecin, afin de déterminer si c’est la bonne solution pour vous, ou si vous devez revenir à une date ultérieure ».

COMMENT SAVOIR SI VOUS ÊTES PRÊT À SUBIR UNE INTERVENTION ?

Je conseille souvent à mes jeunes patients de penser à l’esthétique comme à un tatouage. Ce que je veux dire par là, c’est que si vous envisagiez de vous faire tatouer, vous devriez y réfléchir pendant des mois avant de prendre un rendez-vous. Vous rechercheriez le bon artiste, vous passeriez du temps à réfléchir au design, à la taille et au placement parfaits, vous prendriez en considération chaque détail, vous examineriez leur portefeuille sur les médias sociaux. Très peu de gens se lancent dans le tatouage par impulsion, et j’implore les patients de penser à l’esthétique de la même manière. Oui, la plupart des procédures esthétiques et des injectables sont temporaires et réversibles, mais les corrections peuvent être coûteuses et douloureuses, il est donc préférable d’être sûr en premier lieu de ce que l’on veut vraiment.

Si vous envisagez une intervention depuis longtemps et que vous êtes sûr que c’est exactement ce que vous voulez faire, et que vous avez un praticien choisi en tête, alors prenez rendez-vous pour passer à l’étape suivante et discutez-en avec votre médecin.

LE FAIT DE SUIVRE UN TRAITEMENT M’AIDERA-T-IL À ME SENTIR PLUS CONFIANT ?

Chez les jeunes patients, la pression des pairs peut souvent jouer un rôle dans le désir de subir des interventions. Quel que soit l’âge de mes patients, de 21 à 71 ans, je leur demande ce qu’ils espèrent obtenir – si c’est corriger quelque chose qui les a toujours dérangés (comme une bosse dans le nez, des lèvres fines ou un profil asymétrique), ou si c’est parce qu’ils veulent avoir un certain look.

Je demande à mes patients de se rappeler que si les traitements peuvent transformer votre visage, ils ne sont pas une procédure miracle et que parfois, ces préoccupations peuvent être davantage liées à un manque d’estime de soi qu’à un problème physique.

Personnellement, je ne traite pas les personnes qui, selon moi, cherchent des traitements pour de mauvaises raisons ; une décision impulsive après une rupture, la conviction que l’obtention de produits de comblement des lèvres les aidera à obtenir plus d’adeptes d’Instagram… nous avons vu tout cela. Les procédures esthétiques ne sont pas une solution pour la façon dont vous vous sentez, même si elles peuvent absolument aider à renforcer votre estime de soi et à vous sentir plus confiant dans votre apparence.

Se préparer avant une blepharoplastie

 

chirurgie-paupières-blepharoplastie

La blépharoplastie, ou chirurgie des paupières, est une procédure courante. Populaire auprès des hommes et des femmes, cette opération est conçue pour enlever et resserrer l’excès de peau afin d’obtenir des yeux brillants et frais.

Les selfies ayant un impact important sur la chirurgie plastique, de plus en plus de personnes cherchent des moyens de paraître plus jeunes et de se débarrasser de ces poches sombres sous les yeux qui leur donnent l’air épuisé. D’autres encore optent pour des interventions sur les paupières lorsque l’affaissement de leurs paupières supérieures entrave leur vision périphérique.

La blépharoplastie est une intervention mineure qui peut entraîner une amélioration majeure de votre apparence.

Si vous avez décidé de vous faire refaire les yeux pour vous débarrasser de votre visage et de vos paupières tombantes, voici ce que vous devez faire pour vous préparer à l’intervention.

Se préparer à la chirurgie des paupières

Avant l’intervention, le Docteur vous donnera une liste d’instructions adaptées à vos besoins.

Toutefois, vous devez vous préparer à huit choses importantes.

Poser des questions

Assurez-vous que toutes vos questions concernant la procédure ont reçu une réponse satisfaisante.

Discutez des allergies et des médicaments

Faites savoir au Docteur si vous avez des allergies. Évitez l’ibuprofène et les aspirines avant votre opération. Si vous connaissez des problèmes médicaux critiques qui affectent votre santé, assurez-vous d’en discuter avec lui. Par exemple, les problèmes rénaux, les problèmes respiratoires et la pression sanguine peuvent tous avoir un effet sur l’opération.

N’oubliez pas de faire remplir toutes vos ordonnances avant l’opération. Le docteur vous prescrira des analgésiques et des antibiotiques, n’oubliez donc pas de mentionner vos éventuelles allergies.

Arrêter de fumer

Arrêtez de fumer quelques semaines avant l’opération. Le tabagisme peut entraver votre processus de guérison.

Ne buvez pas et ne mangez pas

Cessez de consommer des aliments et des boissons 12 heures avant votre opération. Il s’agit d’une procédure standard pour une anesthésie générale.

Vous pouvez visiter ces site web ci-dessus qui ont de bonne offre pour une opération de blépharoplastie :

 

Vous devez également éviter l’alcool pendant les 24 heures précédant votre opération.

N’oubliez pas vos cartes

Veillez à emporter votre carte médicale ou d’assurance le jour de l’intervention.

Ne vous inquiétez pas du maquillage

Avant de vous rendre sur place pour votre intervention, lavez la zone à opérer avec de l’eau et du savon uniquement, et ne portez pas de maquillage.

Organiser le transport

À moins que le cabinet du chirurgien plasticien n’accepte d’organiser votre transport, vous devrez prévoir de vous faire raccompagner chez vous. Prenez les dispositions nécessaires pour que quelqu’un reste avec vous pendant un certain temps après l’opération, jusqu’à ce que vous puissiez vous déplacer par vous-même.

Soyez prêt

Préparez à l’avance quelques repas que vous pouvez congeler et utiliser en cas de besoin. Des fruits et légumes frais en abondance vous aideront à accélérer votre rétablissement, alors faites des réserves avant l’opération.

Conseils en prime

Avant l’opération, le Docteur vous demandera de réaliser certains travaux et tests de laboratoire. Veillez à effectuer tous les tests pour éviter les complications qui pourraient survenir pendant l’intervention.

La veille de votre opération, lavez-vous les cheveux et le visage. N’appliquez pas de maquillage ni de crème et ne portez pas de bijoux. Vous devez également enlever le vernis à ongles si vous en portez.

Prévoyez de porter des vêtements confortables, comme une chemise avec des boutons sur le devant. Prévoyez de porter des lunettes de soleil sur le chemin du retour, car vos yeux peuvent être sensibles.

Suivez les instructions

Après l’intervention, le Docteur vous donnera une liste d’instructions postopératoires. Veillez à les suivre pour un rétablissement rapide et sain.

Si vous êtes fatigué de votre apparence ou si vos paupières tombantes affectent votre vision, il est peut-être temps d’envisager une blépharoplastie. Avec un temps d’arrêt minimal et une intervention rapide, vous pourriez paraître plus jeune et plus frais en un rien de temps.

Après les soins

Une pommade antibiotique est appliquée sur la ligne de points de suture chaque jour pendant plusieurs jours après l’opération. Les patients prennent également un antibiotique plusieurs fois par jour pour prévenir l’infection. Des compresses glacées sont appliquées sur les yeux de manière continue le premier jour suivant l’opération, et plusieurs fois par jour pendant la semaine suivante environ, afin de réduire le gonflement. On s’attend à un certain gonflement et à une décoloration autour des yeux lors de l’intervention. Les personnes doivent éviter l’aspirine ou les boissons alcoolisées pendant une semaine et doivent limiter leurs activités, notamment se pencher, s’étirer et soulever des objets. Les points de suture sont retirés quelques jours après l’opération. Les personnes peuvent généralement reprendre leurs activités habituelles dans un délai d’une semaine à dix jours.

Risques

Comme toute procédure chirurgicale, la blépharoplastie peut entraîner une infection et des cicatrices. De bons soins de la plaie après l’opération peuvent minimiser ces risques. Dans les cas où trop de peau est retirée des paupières, les personnes peuvent avoir du mal à fermer les yeux. Un syndrome de l’œil sec peut se développer, nécessitant l’utilisation de larmes artificielles pour lubrifier l’œil. Dans une complication rare, appelée hématome rétrobulbaire, une poche de sang se forme derrière le globe oculaire.

Résultats normaux

La plupart des gens peuvent attendre de bons résultats de la blépharoplastie, l’élimination de l’excès de peau et de graisse des paupières donnant une apparence plus jeune. Un certain gonflement et une décoloration sont attendus immédiatement après l’intervention, mais cela disparaît avec le temps. De petites cicatrices seront laissées là où le chirurgien a fait des incisions ; mais celles-ci s’éclaircissent généralement en plusieurs mois et, si elles sont placées correctement, ne seront pas facilement visibles.

Taux de morbidité et de mortalité

Si un excès de peau est enlevé de la paupière supérieure, la personne peut être incapable de fermer complètement les yeux. Une autre intervention chirurgicale peut être nécessaire pour corriger le défaut. De même, trop de peau peut être retirée de la paupière inférieure, laissant apparaître une trop grande partie du blanc de l’œil (la sclérotique). Dans les cas extrêmes, la paupière inférieure peut être tirée trop loin vers le bas, révélant ainsi le tissu sous-jacent. Ce phénomène s’appelle un ectropion et peut nécessiter une seconde intervention chirurgicale, corrective. La capacité de l’œil à produire des larmes peut également être compromise, ce qui entraîne le syndrome de l’œil sec. Le syndrome de l’œil sec est potentiellement dangereux ; dans de rares cas, il entraîne une lésion de la cornée de l’œil et une perte de vision.

Soins post-opératoires : gestion de douleurs

 

chirurgie esthetique

Confort général

Il est important que vous vous leviez, que vous vous déplaciez dans la maison et que vous preniez de grandes respirations 4 à 6 fois par jour.

Prévoyez de dormir sur le dos avec la tête surélevée, si possible. Dormir sur le côté provoquera un gonflement sur le côté sur lequel vous êtes allongé. Il peut être très utile de se faire un nid avec des oreillers.

Certaines personnes ont un léger mal de gorge ou une légère toux pendant les 2 ou 3 jours qui suivent l’opération. Il s’agit d’un effet secondaire de l’anesthésie qui devrait disparaître en 48-72 heures.

Gestion de la douleur

La première nuit et le premier jour après l’opération seront les plus inconfortables. La douleur se stabilisera ensuite au cours des 24 à 48 heures suivantes, puis diminuera de jour en jour. La plupart des personnes n’auront pas besoin d’analgésiques sur ordonnance à la fin de la première semaine. Certaines personnes ne prennent que quelques doses. Écoutez votre corps et prenez vos médicaments, au fur et à mesure que vous en avez besoin. Vous guérirez plus vite si vous n’êtes pas tendu et fatigué par la douleur. La douleur est aussi la façon dont votre corps vous demande de ralentir. Prévoyez de vous reposer la première semaine après l’opération.

On vous proposera un analgésique sur ordonnance à utiliser après l’opération. Il s’agit généralement d’une combinaison d’acétaminophène (Tylenol®) et d’un narcotique. Pour éviter les nausées, prenez les comprimés avec de la nourriture dans l’estomac. La constipation peut être un effet secondaire ; doublez votre consommation de fibres et de liquides pendant que vous prenez ces pilules. Un ramollissant de selles peut être utile pour certains patients. Vous pouvez passer à de l’acétaminophène de force normale à mesure que la douleur s’atténue. Vous pouvez prendre des analgésiques non stéroïdiens, tels que l’ibuprofène (Motrin®, Advil®) ou le naproxène (Aleve®, Naprosyn®), 5 à 7 jours après l’opération mais pas avant l’ablation de vos drains.

On vous proposera de vous reposer, surtout de laisser les compresses sur vos plaies. C’est ainsi qu’est gérée la douleur par un chirurgien esthétique. Paris a un vrai savoir faire et peut compter sur ces chirurgiens esthétique qui pratique différents techniques de chirurgie esthétique en gérant bien les soins post-opératoires.

Les narcotiques interagissent avec l’alcool ; ne buvez donc pas en même temps que vous les prenez. Le médicament vous rendra également somnolent, alors ne conduisez pas pendant que vous le prenez. Après les premiers jours, si vous avez cessé de prendre des médicaments antidouleur, vous pouvez boire.

Drainage

Les drains sont utilisés dans 80 à 90 % de nos interventions chirurgicales pour prévenir les gonflements et l’accumulation de liquide après l’opération. Vous recevrez des instructions sur les soins à apporter aux drains avant de quitter l’hôpital. Veuillez les vérifier périodiquement lorsque vous êtes éveillé. Vous devrez les vider lorsqu’ils seront remplis entre un tiers et la moitié. Il est important de ne pas mouiller les drains en raison du risque d’infection.

Le drainage initial sera sanglant et passera au rouge clair puis au jaune clair au cours des 3 à 5 jours suivants. Si le sang coagule dans le tube, il peut être éliminé en appliquant une pression et en « trayant » le tube vers le bulbe. Faites attention à ne pas mettre de tension sur le tube à l’endroit où il entre dans la plaie.

Vous devez vous laver les mains avant et après avoir manipulé les drains. Notez la quantité de drainage et videz l’ampoule dans les toilettes. L’ampoule devra être pressée lorsqu’elle est scellée afin de créer une aspiration. Si vous avez moins de 30 cm3 de drainage dans les 24 heures précédant votre premier rendez-vous post-opératoire, vous pouvez appeler le bureau pour prendre rendez-vous afin de les faire enlever. Le fait de garder le haut de votre corps calme dans les premiers jours suivant l’opération réduira votre drainage.

Soins des plaies

Il n’est pas nécessaire de changer un pansement propre et sec pendant les 2 ou 3 premiers jours suivant l’opération. Si vous avez des drains, votre premier changement de pansement aura lieu dans notre clinique. Si vous n’avez pas de drains, vous pouvez retirer vos pansements à la maison 2-3 jours après l’opération. Retirez l’adhésif extérieur et le rembourrage de gaze. Il est normal d’avoir un drainage brun foncé sur la gaze. Vous verrez probablement des bandes de papier (Steri-Strips®) directement sur la ligne de suture et une croûte le long du Steri-Strip®. Vous aurez également quelques bleus. Ne retirez pas les Steri-Strips®.

Vous pouvez vous doucher après avoir retiré les pansements et les drains d’origine. Faites mousser un savon doux sur votre poitrine au-dessus des incisions et des Steri-Strips®. Laissez le savon mousser sur les seins (ne frottez pas la zone ; soyez doux avec vous-même), rincez et séchez en tapotant. Placez un rembourrage de gaze ou des rectangles de coton propre et doux (comme les vieux tee-shirts) sur chaque sein et maintenez-le en place avec un soutien-gorge de sport à fermeture frontale.

Votre médecin vous donnera d’autres instructions pour le soin des plaies au moment de l’opération.

Complications

Si c’est le cas, veuillez téléphoner ou vous présenter à la clinique ou au service des urgences lorsque la clinique est fermée le plus tôt possible :

Un gonflement, une rougeur ou une douleur croissante dans les seins.
Drainage du pus des seins.
Saignements excessifs après l’opération (c’est-à-dire que les pansements sont imbibés de sang).
un essoufflement.
Fièvre supérieure à 100 degrés par voie orale.
Limitations d’activité après l’intervention chirurgicale
Il est interdit de se pencher au-dessus des épaules, de se tordre ou de soulever plus de cinq livres pendant trois semaines.
Pas d’activité ou d’exercice intense pendant trois semaines. Toute activité qui fait rougir votre visage ou vous fait transpirer peut vous faire enfler.

Pas de trempage de vos incisions (bain ou jacuzzi) tant que vos Steri-Strips® n’ont pas été retirés, que vos sutures n’ont pas été enlevées et que toutes les croûtes ne sont pas guéries.
Après trois semaines, vous pourrez reprendre vos activités normales.
Ne portez pas de soutien-gorge à armatures pendant les 4 à 6 semaines qui suivent l’opération, et c’est alors une question de choix personnel.

Soins des cicatrices

Le développement des cicatrices est un processus qui dure jusqu’à un an ou plus après l’opération. Les cicatrices peuvent être importantes, mais avec un peu de soin, leur aspect peut s’améliorer. Il est également fréquent d’avoir des zones d’engourdissement dans les seins. Cela peut être permanent, mais certaines patientes voient leur état s’améliorer avec le temps.

À mesure que la guérison progresse, les démangeaisons peuvent devenir importantes. N’oubliez pas que démangeaison = guérison. Parfois, les démangeaisons viennent du plus profond de l’organisme, où aucun grattage n’est utile, ou bien le mamelon peut démanger beaucoup. Faites très attention à ne pas endommager la peau tendre et neuve. Le refroidissement des seins peut les apaiser. Cela peut se faire avec de l’air frais, une douche froide ou des poches de glace (celles en gel bleu sont très bonnes car elles épousent bien la forme du sein, sont légères et peuvent être réutilisées). Lorsque vous utilisez les packs de glace, vous pouvez étendre une fine serviette sur les seins, puis les packs, replier la serviette sur les packs et les serrer doucement contre votre corps. En général, il est conseillé de ne pas utiliser les poches de glace plus de 15 minutes à la fois.

TOUT CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR L’AUGMENTATION MAMMAIRE

augmentation mammaire chirurgie esthetique

Dans le monde de la chirurgie plastique, l’augmentation mammaire – autrement appelée opération des seins est toujours la procédure la plus courante, année après année. Selon un rapport annuel de l’ASPS , sur les 1 811 740 chirurgies esthétiques pratiquées en 2018, plus de 17 % (soit 313 735) étaient des augmentations mammaires. Ce chiffre a augmenté de 4 % entre 2017 et 2018, et de 48 % depuis 2000.

Il est clair que l’intérêt pour l’augmentation, le raffinement et le perfectionnement de la forme des seins ne manque pas (nous avons été surpris par le niveau d’intérêt rien que dans notre bureau), mais il est important de rappeler que cette chirurgie, comme toutes les autres, n’est pas à prendre à la légère. Il est essentiel d’être un patient informé pour obtenir en toute sécurité le résultat souhaité, quelle que soit la forme qu’il prend. Pour vous guider tout au long du processus, de la phase préopératoire à la phase postopératoire et tout ce qui se trouve entre les deux, nous avons parlé avec l’un des meilleurs chirurgiens plasticiens. Continuez à lire tout ce qu’il a dit sur l’augmentation mammaire.

LES BASES DE L’AUGMENTATION MAMMAIRE

Quel que soit le nom qu’on lui donne – augmentation mammaire, plastie mammaire, etc. – la procédure implique la mise en place minutieuse d’implants dans les seins de la patiente. Et si l’on peut supposer que la plupart des augmentations mammaires impliquent un implant beaucoup plus grand que la taille naturelle de la patiente, le Docteur nous assure que c’est tout à fait le contraire de son esthétique. La plupart des gens que je vois veulent de petites augmentations.

La taille des implants mammaires est mesurée en centimètres cubes, ou CC. Il explique que la majorité des tailles qu’il utilise se situent entre 140 CC et 250 CC (pour le contexte, une différence de 5 CC correspond à peu près à une cuillère à café en volume). La taille correcte, qui est tout à fait objective, est déterminée lors de votre première consultation.

Tout est une question de choix et de taille de l’implant, dit-il. Je suis sûr que vous avez déjà vu des implants où les gens avaient une sorte de poitrine circulaire. Ce qui se passe, c’est que l’implant prend le pas sur le tissu mammaire réel et vous donne cette forme circulaire. Si je pose un implant plus petit que la largeur de base du sein de la personne, cela signifie qu’elle conserve en grande partie la forme naturelle de sa poitrine, et tout ce que nous faisons, c’est faire avancer les choses. Lorsqu’ils sont bien faits, vos seins conserveront leur forme naturelle de larme après l’augmentation, quelle que soit leur taille.

CE QU’IL FAUT DEMANDER LORS DE LA PREMIÈRE CONSULTATION

L’objectif principal est de discuter de la façon dont vous souhaitez que vos seins soient soignés après l’intervention, ainsi que des raisons pour lesquelles vous n’êtes pas satisfaite de votre taille ou de votre forme naturelle. Et si vous pouvez trouver utile d’apporter une photo de votre célébrité préférée pour une coupe de cheveux, le Docteur ne recommande pas de le faire pour une augmentation. Souvent, ce qu’ils voient sur les photos est soit photoshopé, soit quelqu’un porte un soutien-gorge, donc ce n’est pas particulièrement utile.

Mais la plupart des femmes qui viennent ici ont fantasmé, au moins un peu, sur ce à quoi elles vont ressembler après l’opération. Qu’il s’agisse de votre apparence à la sortie de la douche ou de votre apparence dans un certain type de robe ou de maillot de bain, ce sont les choses qu’il est vraiment utile de transmettre.

Pour aider à informer un patient qui envisage différentes tailles d’implants, de nombreux médecins, utilisent l’imagerie 3D pour fournir un échantillon d’image après. Il s’agit d’un scan 3D rapide – cela prend environ une minute, et vous pouvez montrer à quelqu’un un catalogue d’implants. C’est vraiment utile de pouvoir montrer à quelqu’un à quoi il va ressembler sans vêtements.

3 DÉCISIONS À PRENDRE AVANT L’OPÉRATION

Outre la taille de l’implant, trois autres décisions importantes doivent être prises avant d’augmenter votre poitrine : un implant en silicone ou en solution saline, l’emplacement de l’incision et le placement de l’implant au-dessus ou au-dessous du muscle. La patiente peut peser sur le type d’implant, mais ces deux dernières décisions seront principalement déterminées par votre médecin.

1. SILICONE VS. SALINE

Vous voulez un implant rempli de silicone ou de solution saline ? Les deux contiennent une enveloppe extérieure en silicone, mais le sérum physiologique est rempli d’eau salée stérile. Les implants salins sont insérés dans le sein vide et remplis une fois qu’ils sont en place. Les implants en silicone sont préremplis de gel de silicone, qui ressemble beaucoup à la sensation du tissu et de la graisse des seins humains.

Je dis à toutes mes patientes que le silicone est tout simplement un meilleur produit, c’est un meilleur appareil et il est plus naturel, explique le Docteur. Ils sont mieux construits qu’avant, donc en général je mets des implants en silicone dans presque tout le monde. Ils existent également en trois formes et textures différentes : rond lisse, rond texturé et goutte anatomique texturée. Les implants texturés ont récemment été associés à un très rare lymphome non à petites cellules, l’ALCL, ce qui explique que de nombreux chirurgiens, ne travaillent plus avec eux. Les implants en silicone ne sont pas non plus approuvés par la FDA pour les patients âgés de moins de 22 ans.

En termes de risques supplémentaires pour chaque type, si un implant salin se rompt, vous le saurez tout de suite car l’implant se dégonflera presque immédiatement. Avec le silicone, vous ne saurez probablement pas s’ils se rompent, à moins de passer une mammographie ou une IRM. Il ne se dégonflera pas aussi rapidement, voire pas du tout.

2. EMPLACEMENT DE L’INCISION

Il y a quatre endroits possibles pour l’incision. Les deux plus courants sont le sillon inframammaire (le pli sous le sein) ou la péri-aréolaire, qui se trouve à peu près à la hauteur de l’aréole. La troisième, qui, selon le Docteur, est la moins courante des techniques modernes acceptées, est l’incision transaxillaire, c’est-à-dire une incision dans l’aisselle. La quatrième est l’incision du nombril – une procédure appelée tuba – qui ne peut être réalisée qu’avec un implant salin (parce qu’il est vide et rempli une fois en place).

Quatre-vingt-quinze pour cent de mes augmentations sont faites avec une petite incision de 3 cm dans le pli inframammaire. Cela me donne la meilleure visibilité pour placer l’implant sous le tissu mammaire, et rien n’est plus important que la visibilité de votre chirurgien. Vous créez un espace qui n’existait pas, donc plus j’ai une bonne visibilité, meilleurs sont les résultats. La cicatrisation est incroyablement bonne, quel que soit le type de peau. Elle se fond dans la ligne naturelle de la peau.

3. AU-DESSUS OU EN DESSOUS DU MUSCLE

La majorité des patientes du Docteur ont leurs implants placés sous le muscle, surtout si elles n’ont pas beaucoup de tissu mammaire au départ. Si vous choisissez la position au-dessus du muscle, ce qui est une chose parfaitement acceptable, vos chances de voir et de sentir cet implant sont très élevées. Votre pourcentage de graisse corporelle et de tissu mammaire vous aidera à informer votre médecin du bon emplacement de vos implants.

RISQUES LIÉS AUX IMPLANTS MAMMAIRES

Aussi fou que cela puisse paraître, il y a une chance que votre implant puisse migrer dans le corps en raison d’une erreur technique lors de l’opération. Si c’est le cas, c’est souvent vers le bas (grâce à la gravité). La décision de l’endroit où l’on dissèque le tissu et où l’on crée une poche soit au-dessus soit en dessous du muscle est le meilleur indicateur de l’apparition ou non de cette complication.

UNE FOIS LES IMPLANTS EN PLACE

Chaque fois que vous introduisez un corps étranger dans quelqu’un – c’est vrai pour une prothèse de la hanche, du genou, etc. le corps forme du tissu cicatriciel autour de lui. Ce tissu cicatriciel est appelé une capsule. Il explique que, pour beaucoup de gens, capsule est un mot redouté et quelque chose à éviter, mais ce dont il faut en fait se méfier, c’est d’une contracture capsulaire. C’est à ce moment-là que la capsule devient épaisse et peut déplacer ou déformer l’implant, provoquant ainsi des douleurs et une perturbation de la forme normale de l’implant.

Heureusement, compte tenu des progrès réalisés au 21e siècle, ces cas sont aujourd’hui assez rares, bien que chaque patient continue inévitablement à créer une fine capsule autour de son implant (comme une coquille). Si vous êtes encore méfiant, considérez ceci : Si votre implant se rompt, il sera très probablement contenu par la capsule, empêchant ainsi le silicone ou le sérum physiologique de migrer ailleurs dans le corps.

Vous pouvez en savoir plus en consultant ces sites web pour l’augmentation mammaire :

Questions fréquemment posées sur la chirurgie esthétique

 

chirurgien esthetique à Paris

Si vous progressez dans votre opération, une deuxième consultation est généralement nécessaire pour la personnalisation et la planification, ainsi que pour examiner les détails de l’opération, les horaires, les risques, les formulaires de consentement et les photographies. Cette deuxième consultation est incluse dans le prix de votre forfait de chirurgie (mais il peut y avoir une limite de temps si vous êtes opéré bien avant votre première consultation).

OÙ PUIS-JE AVOIR UNE CONSULTATION POUR UNE OPÉRATION DE CHIRURGIE PLASTIQUE OU UNE INTERVENTION ESTHÉTIQUE ?

Si vous choisissez un chirurgien esthétique Paris en particulier, vous devrez vous rendre à la clinique de ce chirurgien pour une consultation.

PUIS-JE AMENER UN AMI, UN PARTENAIRE OU UN MEMBRE DE MA FAMILLE AVEC MOI À LA CONSULTATION ?

Oui – ce n’est pas obligatoire, mais c’est fortement recommandé.
Nous vous recommandons d’amener un ami, un partenaire ou un membre de votre famille qui vous soutiendra lors de votre consultation pour vous aider à réfléchir à toutes les informations fournies et à discuter ensuite avec lui des options chirurgicales qui s’offrent à vous.

Les consultations initiales peuvent également avoir lieu en dehors des heures de bureau et le samedi matin – veuillez vous adresser à notre coordinateur des soins aux patients.

QUE FAIRE SI JE N’AIME PAS LE CHIRURGIEN QUE J’AI RENCONTRÉ EN PREMIER LIEU ?

Nos chirurgiens sont connus pour leur expertise, leur nature attentionnée, leur style empathique et leurs styles de communication positifs.

Ils s’efforcent de vous apporter respect et dignité à toutes les étapes de votre parcours chirurgical.

Si, toutefois, pour une raison quelconque, VOUS ne souhaitez pas poursuivre avec le premier chirurgien que vous avez rencontré à notre clinique, nous vous offrons la possibilité de rencontrer un autre de nos meilleurs chirurgiens plasticiens spécialisés pour discuter de l’intervention que vous avez choisie.

Cela vous donne une certaine flexibilité, car si tous nos chirurgiens esthétiques, reconstructeurs et plastiques sont des chirurgiens de haut niveau dans leurs domaines de compétence, chacun a une personnalité et un style de communication différents.

IL EST PRÉFÉRABLE QUE VOUS VOUS SENTIEZ À 100% À L’AISE AVEC VOTRE CHOIX DE CHIRURGIEN PLASTIQUE.

C’est pourquoi nous sommes heureux de vous proposer une deuxième consultation avec un autre chirurgien si vous n’êtes pas sûr d’être à l’aise avec sa personnalité ou son style de communication.

Cela dit, tous nos chirurgiens sont fiers d’éduquer leurs patients et de communiquer de manière honnête et attentionnée tout en respectant la dignité des patients.

À QUOI PUIS-JE M’ATTENDRE LORS DE MA PREMIÈRE CONSULTATION AVEC MON CHIRURGIEN PLASTICIEN SPÉCIALISÉ ?

Lors de votre premier rendez-vous avec votre chirurgien, vous aurez généralement

A passer du temps avec votre chirurgien et votre infirmière/coordinateur de patients
Faites-vous prendre en photo
Faire procéder à un examen physique par le chirurgien
Voir les photos des résultats des patients précédents
En savoir plus sur les options chirurgicales recommandées
Recevoir des informations détaillées sur votre opération
Examiner les complications et les risques éventuels d’une opération chirurgicale
Commencer la modélisation 3D et les options de dimensionnement (pour certaines procédures)
Pour en savoir plus sur les prix et les dates des opérations chirurgicales
Posez toutes les autres questions que vous pourriez avoir
Veuillez prévoir jusqu’à 1,5 heure pour votre premier rendez-vous

Nos chirurgiens estiment qu’il est très important d’établir une relation solide avec vous avant toute opération. Vous passerez du temps avec votre chirurgien et votre coordinateur de soins aux patients/infirmier lors de votre premier rendez-vous de consultation.

Nous vous recommandons vivement d’amener un ami ou un parent qui vous soutiendra lors de votre consultation pour vous aider à réfléchir à toutes les informations et à discuter de vos options chirurgicales.

COMBIEN DE TEMPS DOIS-JE PRÉVOIR ? QUE FAIRE SI MON CHIRURGIEN EST EN RETARD ?

Il est préférable de prévoir plus de temps pour votre rendez-vous car les milieux médicaux peuvent avoir une certaine imprévisibilité quant au moment de la consultation. Prévoyez 120 minutes (idéalement) ou au moins 90 minutes de temps.
Nous nous excusons à l’avance si notre chirurgien accuse un léger retard le jour de votre rendez-vous. Il est généralement à l’heure, mais il arrive parfois – dans le secteur des soins de santé – qu’il y ait un décalage ou un léger retard. Nous disposons d’un magnifique espace de réception relaxant et de café et chocolats GRATUITS, alors prévoyez simplement un peu plus de temps au cas où.
N’oubliez pas, cependant, que le stationnement dans la rue est de 2 heures (GRATUIT) avant que vous ne vouliez déplacer votre voiture.
Le stationnement sur place dans notre parking est illimité tant que vous vous rendez à notre clinique à ce moment-là.

AI-JE BESOIN D’UNE RÉFÉRENCE GP (OU SPÉCIALISTE) POUR PRENDRE UN RENDEZ-VOUS ?

Vous n’avez pas besoin d’une recommandation médicale (d’un médecin généraliste ou d’un spécialiste) pour prendre rendez-vous  avec l’un de nos chirurgiens, mais nous vous le recommandons car le fait d’avoir une recommandation peut vous permettre de demander un petit remboursement sur le coût de votre première consultation de retour de l’assurance maladie.

Veuillez noter qu’une recommandation de médecin généraliste a une validité de 12 mois avant d’expirer et qu’une recommandation de spécialiste n’a qu’une validité de 3 mois.

COMBIEN DE TEMPS DEVRAI-JE M’ABSENTER DU TRAVAIL APRÈS L’OPÉRATION ?

Chaque patient étant différent, la durée de votre arrêt de travail variera en fonction de la rapidité de votre rétablissement, du niveau de vos ecchymoses et de votre douleur, mais aussi du type de travail que vous effectuez.

Les fumeurs et les patients obèses mettent généralement plus de temps à se rétablir et le résultat final est moins bon.

Pour les patientes ayant subi une augmentation mammaire, nous recommandons un arrêt de travail d’une à deux semaines
Pour la réduction mammaire, nous suggérons une à deux semaines d’arrêt de travail.

Pour une abdominoplastie ou une chirurgie corporelle importante, il faut compter environ 3 à 4 semaines d’arrêt de travail. (plus longtemps si les muscles de votre ventre se sont fendus en raison d’une grossesse ou de l’obésité).

Pour les chirurgies du nez et du visage, en fonction de votre gonflement et de vos ecchymoses, votre « temps d’arrêt social » peut être d’environ 2 à 3 semaines.

Votre congé dépend réellement du niveau d’activité dans le type de travail que vous effectuez – pour les chirurgies mammaires, il peut être de 2 semaines pour un emploi de bureau, de 3 semaines pour un emploi dans un atelier de réparation ou de 4 semaines ou plus pour un emploi actif. C’est souvent à vous qu’il revient de décider quand vous êtes prête à reprendre le travail.

QUELQUES INDICATIONS GÉNÉRALES POUR ESTIMER VOTRE TEMPS D’ARRÊT DE TRAVAIL

Nous vous conseillons de ne pas conduire ou utiliser d’équipement lourd pendant au moins une semaine après avoir subi une opération sous anesthésie générale ; demandez à votre chirurgien de vous donner des précisions sur votre intervention. Il y a toujours un petit risque de complication chirurgicale et de retard dans votre retour au travail. Nous pouvons vous fournir un certificat médical confidentiel pour l’arrêt de travail.

QUAND PUIS-JE COMMENCER À FAIRE DE L’EXERCICE APRÈS MON INTERVENTION ?

Cela varie d’un patient à l’autre et d’une intervention chirurgicale à l’autre. N’essayez pas d’en faire trop, trop tôt.

Nous vous encourageons à marcher tranquillement et à effectuer des tâches légères après votre intervention. Au moment de votre consultation, nous discuterons du type d’exercice que vous souhaitez faire et de la date à laquelle vous pourrez reprendre cette activité.

Pour les amateurs de fitness, cela peut signifier 10 à 12 semaines avant un exercice de gymnastique lourde comme des poids, des sauts ou de la course, parfois plus longtemps.

Voici une liste de quelques sites web de spécialistes en chirurgie esthétique qui pourrait vous intéressé :

 

Questions à poser à votre chirurgien plasticien

chirurgie esthetique

Lorsque vous commencerez vos recherches pour déterminer qui vous choisirez comme chirurgien plastique, vous aurez probablement déjà de nombreuses questions. Ou peut-être n’avez-vous aucune idée par où commencer, ni de ce que vous devriez exactement demander. De nombreuses personnes sont intimidées par la perspective de remettre en question l’autorité, et qui est plus une figure d’autorité qu’un chirurgien plastique ? Après tout, votre chirurgien est la personne qui pourrait potentiellement tenir votre vie (sans parler de votre apparence) entre ses mains.

Il y a beaucoup de choses à prendre en compte pour prendre une décision aussi importante. Vous voulez en savoir le plus possible sur les compétences, l’expérience et les qualifications de votre futur chirurgien. Voici donc, sans plus attendre, notre liste des dix questions les plus importantes que vous devez poser à un futur chirurgien esthétique avant de décider s’il est le bon médecin pour pratiquer votre intervention :

1. Êtes-vous certifié par le conseil d’administration ?

Vous pouvez vous demander ce que signifie exactement le fait d’être un chirurgien plastique certifié par un conseil d’administration. La vérité est qu’il existe plusieurs conseils de certification pour les chirurgiens plastiques, ainsi que des sociétés chirurgicales dont tout chirurgien peut être membre.

L’ABFPRS a été créé en 1986 pour améliorer la qualité des traitements médicaux et chirurgicaux offerts au public en examinant l’expertise professionnelle en matière de chirurgie plastique et reconstructive du visage. Il a été reconnu comme équivalent aux conseils de l’ABMS par toutes les autorités réglementaires qui ont examiné ses exigences, y compris, qui a approuvé l’ABFPRS en tant que conseil spécialisé avec des exigences équivalentes à celles de l’ABMS en février 1995.

Pour être éligible à la certification ABFPRS, le candidat doit d’abord devenir un conseil certifié.

L’AAFPR et l’ASPS ont travaillé conjointement avec l’AMA pour développer des normes pour la certification légitime des conseils d’administration qui pourraient être incluses dans les divulgations des médecins au public. Cet effort conjoint a permis de décrire les critères de l’ABFPRS comme étant tout à fait légitimes. Les dirigeants de l’ASPS ont également soutenu la légitimité de l’ABFPRS en tant que conseil de certification.

Ceux qui ont choisi la voie de l’ABOHNS passent quatre à cinq ans en résidence, uniquement dans le domaine de la tête et du cou, suivis d’un à deux ans dans le cadre d’une bourse de chirurgie plastique et reconstructive du visage.

2. Combien de fois avez-vous pratiqué cette procédure ?

Il peut sembler évident que personne ne voudrait être le premier chirurgien à se faire refaire le nez. Au-delà de cela, la plupart des gens ne voudraient probablement même pas faire partie des cinquante premiers patients que le Dr X utilise pour perfectionner sa technique. L’idéal serait d’avoir un chirurgien qui a travaillé sur tous les défauts de son nez au cours de ses 200 dernières interventions (bien que cela ne soit pas toujours possible avec les opérations moins courantes). Pourtant, tant de personnes ne pensent pas à poser cette question, soit parce qu’elles sont gênées, soit parce qu’elles ne veulent pas être impolies, soit parce qu’elles sont simplement mal à l’aise à l’idée même d’interroger un médecin sur son expérience. Il vaut mieux être impoli, gêné et mal à l’aise que défiguré… ou pire. Et, si vous vous sentez toujours hésitant, n’oubliez pas que votre chirurgien poserait probablement aussi cette question à un chirurgien potentiel s’il envisageait lui-même une intervention chirurgicale.

Voir aussi pour en savoir plus : https://netgo.fr/site-152-docteur-riccardo-marsili

3. Quel autre personnel médical vous assistera dans la procédure ?

Il est important de savoir qui fait partie de l’équipe d’assistance chirurgicale du chirurgien, et quelles sont ses qualifications. Qui l’assistera ? Qui administrera et surveillera l’anesthésie ? Y a-t-il du personnel d’urgence disponible en cas de problème ? Si l’intervention est pratiquée dans un hôpital universitaire, des étudiants en médecine ou des internes seront-ils impliqués dans vos soins ? Gardez à l’esprit que la présence d’étudiants en médecine ou de résidents ne signifie pas que vous recevrez des soins de qualité inférieure. Au contraire, comme il est plus difficile d’enseigner quelque chose que de le faire, vous pourriez en fait recevoir de meilleurs soins. Deux cerveaux valent généralement mieux qu’un, et les étudiants et résidents en médecine doivent être au top de leur forme ou subir des humiliations lors des visites.

4. Où la procédure sera-t-elle effectuée ?

Les hôpitaux sont accrédités par la Commission conjointe sur l’accréditation des organismes de soins de santé. Les centres de chirurgie privés et les salles d’opération des bureaux/cliniques doivent également être accrédités par l’AAAASF), l’AAAHC ou la JAHCO.

Certaines procédures sont effectuées dans un hôpital, d’autres dans un centre ambulatoire, et d’autres encore sont couramment pratiquées en cabinet. La complexité de votre intervention, ainsi que les problèmes de santé spécifiques à votre cas (votre âge, votre état de santé général, etc.), doivent toujours être pris en compte pour déterminer le lieu le plus approprié pour votre opération. Les hôpitaux sont généralement des lieux plus coûteux pour toute opération chirurgicale, mais pouvez-vous vraiment mettre un prix sur votre sécurité ? Cela dit, votre risque d’infection est souvent plus faible dans un centre de chirurgie ambulatoire. Quel que soit l’endroit où vous vous faites opérer, il est important que vous soyez conscient du risque d’infection.

5. Avez-vous des privilèges hospitaliers pour effectuer cette procédure ?

Même si votre intervention est généralement pratiquée en dehors d’un hôpital, il est utile de demander à votre chirurgien s’il a des privilèges hospitaliers pour pratiquer l’intervention. Les hôpitaux ont généralement des exigences strictes concernant la formation des chirurgiens et les dossiers de sécurité avant d’accorder des privilèges d’opération. De plus, cela pourrait devenir très important si un événement inattendu survenait pendant votre intervention et que vous deviez être transporté à l’hôpital.

6. Quel type d’anesthésie sera utilisé pendant l’intervention ?

Il est très important de discuter des risques de l’anesthésie avec votre chirurgien, en plus de la procédure particulière que vous aurez effectuée.

Le plus grand risque est celui de l’anesthésie générale, et ce type d’anesthésie nécessite des spécialistes hautement qualifiés pour administrer et surveiller ses effets sur le patient, bien que pour certaines opérations, ce soit de loin la meilleure option.

La sédation intraveineuse (parfois appelée « sommeil crépusculaire ») est une option un peu plus sûre et généralement moins coûteuse, qui peut être utilisée pour de nombreuses interventions chirurgicales uniques.

L’anesthésie régionale est utilisée pour engourdir une région du corps. Les péridurales utilisées pour le travail sont un exemple d’anesthésie régionale.

L’option la plus sûre est généralement l’anesthésie locale, qui peut être recommandée si le chirurgien a une raison quelconque de devoir communiquer avec vous pendant l’opération. Toutefois, de nombreuses procédures ne sont pas possibles ou conseillées avec une anesthésie locale uniquement.

La meilleure réponse à la question de savoir quel type d’anesthésie est conseillé est celle d’un médecin qui connaît bien vos antécédents médicaux. C’est la raison pour laquelle un examen physique préopératoire est important avant la plupart des interventions.

7. Quels sont les risques associés à cette procédure ?

Tout ce qui se passe en médecine et en chirurgie peut entraîner des effets secondaires et des complications. Il est fréquent que des gonflements, des ecchymoses et des malaises plus ou moins importants se produisent après l’opération, et les patients ne doivent pas en être informés. Des complications peuvent survenir, quoique assez rarement. Les complications les plus fréquentes de toutes les procédures chirurgicales sont les saignements et les infections. En outre, chaque opération entraîne sa propre liste de complications, tout comme l’anesthésie. Tous les médecins compétents et respectueux de l’éthique informent leurs patients de ces risques. Certaines sont faciles à traiter, tandis que d’autres peuvent nécessiter une intervention chirurgicale supplémentaire.

8. Puis-je voir des exemples de photos de patients avant et après l’opération ?

Tous les chirurgiens plasticiens faciaux et plasticiens généraux compétents montreront des photos avant et après de leurs propres patients qui leur ont fourni une autorisation écrite à cet effet. Des photos d’archives peuvent être utilisées, mais il faut préciser que les patients montrés ne sont pas les leurs. Tous les patients veulent voir des photos du travail de leur chirurgien.

Les procédures de chirurgie plastique les plus courantes

 

chirurgie esthétique à Paris

La chirurgie plastique gagne chaque année en popularité, avec près de 18 millions d’interventions chirurgicales pratiquées chaque année.

Les femmes ne sont plus les seules à subir des opérations de chirurgie esthétique. Les hommes contribuent à l’essor des procédures.

Liposuccion

Il existe deux types de liposuccion, une procédure chirurgicale qui consiste à aspirer la graisse de zones spécifiques du corps pour obtenir une silhouette plus mince et plus galbée.

Dans la liposuccion tumescente, le type le plus populaire, une solution saline, un médicament pour resserrer les vaisseaux sanguins et un agent engourdissant sont infusés dans la zone à traiter. Ce liquide, ainsi que la graisse, sont aspirés hors du corps à l’aide de petits instruments métalliques creux appelés canules. L’infusion de liquide peut provoquer une rétention de liquide à court terme qui diminue au cours des jours suivants.

Dans la liposuccion assistée par ultrasons (LIA), la canule libère de l’énergie ultrasonore pour faire fondre la graisse afin qu’elle puisse être aspirée hors du corps.3 La LIA comporte plus de risques que la liposuccion tumescente, notamment le risque de brûlures internes et externes et une intervention chirurgicale plus longue.

Le patient moyen est capable de retourner au travail en quelques jours, selon la ou les zones choisies pour le traitement.4

Augmentation mammaire

L’augmentation chirurgicale des seins des femmes est devenue très populaire avec plus de 300 000 interventions réalisées chaque année.

La chirurgie est pratiquée pour de nombreuses raisons, pour agrandir les deux seins, pour remplacer un sein absent ou pour rendre des seins asymétriques de taille égale. D’autres femmes optent pour la chirurgie lorsque leurs seins ne se développent pas pendant la puberté, une condition appelée micromastie congénitale.

Les implants en silicone, autrefois interdits en raison des risques qu’ils présentaient pour la santé, sont de plus en plus populaires. Selon une organisation de la chirurgie esthétique, 12 % des femmes ont opté pour les implants en silicone en 2018.1

La plupart des patients ont une ou deux semaines de convalescence avant de pouvoir reprendre leurs activités normales. La plupart des patients ont une ou deux semaines de récupération avant de pouvoir reprendre leurs activités normales. Les activités à fort impact, comme la course à pied, peuvent nécessiter un temps de guérison supplémentaire.

Blépharoplastie

La chirurgie de remodelage des paupières peut être pratiquée pour des raisons esthétiques ou pour améliorer la vision chez les patients dont les paupières obstruent la vision. Un excès de peau ou un relâchement de la peau peut entraîner une altération de la vision et contribuer à l’apparition du vieillissement.

Les paupières inférieures présentant une bouffissure ou des rides chroniques sont souvent réduites pendant l’intervention pour une apparence plus jeune. Les coussinets adipeux sous les yeux qui provoquent l’apparition de poches sont retirés si nécessaire lors de la procédure des paupières inférieures.

La plupart des personnes peuvent sortir en public en 10 à 14 jours, le gonflement devenant moins visible pendant des semaines ou des mois.

Abdominoplastie

Communément appelée plastie abdominale ou lifting du bas du corps, l’abdominoplastie consiste à retirer l’excès de peau de la région abdominale et à resserrer la peau qui reste.

Cette chirurgie est souvent pratiquée sur les femmes qui ont un excès de peau après avoir été enceintes ou après avoir perdu beaucoup de poids à la suite d’une chirurgie bariatrique. Le candidat idéal n’a pas de dépôts de graisse excédentaires dans l’abdomen à enlever mais trop de peau qui pend de l’abdomen.8

La plupart des patients sont capables de reprendre leurs activités normales en deux ou trois semaines, mais peuvent être limités dans leur activité physique pendant une période plus longue.

Réduction des seins

L’opération de réduction mammaire d’une femme est l’une des rares opérations de chirurgie plastique que les assurances paient régulièrement, car les avantages vont bien au-delà d’une amélioration de l’apparence.

Les femmes ayant des seins très lourds ou trop gros ont souvent du mal à trouver des vêtements qui leur conviennent, souffrent de douleurs dorsales chroniques et ont une mauvaise posture. Idéalement, la chirurgie visant à réduire à la fois la taille et le poids des seins soulagera les douleurs dorsales et améliorera la posture.

La chirurgie est une solution permanente au problème des seins disproportionnés et la plupart des patientes retournent au travail dans les deux semaines.

Un article proposé par : http://paris-charmes.com/entreprise/docteur-riccardo-marsili-2/