Archives par mot-clé : deratisation

Où y-a-t-il le plus de rats dans le monde ?

 

deratiseur-Paris

Une étude récente a été publiée dans un média indépendant qui publie des articles d’intérêt dans le domaine de la santé publique) où un classement des principales villes occidentales ayant connu de graves invasions de rongeurs est détaillé.

Les rats ont coexisté avec les humains pendant des siècles et, du fait de cette coexistence, ils ont été responsables de la propagation de maladies telles que la peste noire, qui a tué un tiers de la population européenne au cours du XIVe siècle. Aujourd’hui encore, ils sont responsables de la transmission de maladies (directement ou par leurs ectoparasites) aussi importantes que la leptospirose, l’hantavirus, la trichinose et la salmonelle, entre autres.
Les rats sont présents dans les zones urbaines et grâce à la façon dont les hommes ont établi les villes, aux mesures d’hygiène publique et au type de climat, ils se sont parfaitement adaptés aux villes, s’avérant être le lieu idéal pour la prolifération des populations de rongeurs. En fait, certaines villes semblent même s’être résignées au fait qu’il était possible de vivre sans rats. Sur la base de la littérature disponible, des paramètres directs et indirects ont été établis pour déterminer les niveaux de population des rats. En conséquence, les dix villes du monde occidental où la présence de rats est la plus forte ont été identifiées :

10 DETROIT, MICHIGAN – USA En 2012, les médias locaux ont publié des rapports sur l’augmentation du travail des rongeurs par les entreprises de lutte antiparasitaire dans les zones urbaines, la « négligence domestique » et la mauvaise gestion des déchets étant les facteurs prédisposants.

9 BOSTON, MASSACHUSETTS – États-Unis. Les hivers relativement doux caractéristiques et l’augmentation des déchets générés par la ville seraient responsables de l’augmentation de ces rongeurs.

8 PARIS – FRANCE. La situation est assez grave, car les rats ne sont pas seulement responsables de l’abandon des excréments et de l’endommagement des structures (bâtiments, meubles, etc.), mais ils génèrent également un grand nombre de cas de leptospirose dans la population.

7 CHICAGO, ILLINOIS – USA Le climat plus chaud aide les rats à vivre plus longtemps et augmente leur reproduction. L’hiver doux de 2012 a vu une augmentation de 28 % du nombre de rats détectés.

6 BALTIMORE, MARYLAND – Selon les études démographiques menées ces dernières années aux États-Unis, cette ville compte 60 rats pour 1 000 habitants.

5 LONDRES, ANGLETERRE – ROYAUME-UNI. En 2010, la National Pest Technicians Association (NPTA) a fait état d’une augmentation de 38 % de la population de rats à Londres, attribuant le problème aux travaux de construction, à la détérioration des égouts et aux déchets.

4 ATLANTA, GEORGIE – USA L’augmentation du nombre de quartiers pauvres est considérée comme l’un des principaux facteurs et, avec les fréquentes inondations, a forcé les animaux à entrer dans des endroits plus chauds et plus secs, ce qui pourrait signifier qu’ils entrent dans les maisons et autres bâtiments des gens pour s’y abriter.

3 NOUVELLE-Orléans, LOUISIANA – États-Unis De violentes tempêtes (emblématiques de l’ouragan Katrina en 2005) ont exacerbé le problème des rats à la Nouvelle-Orléans. Il y a de grandes zones inoccupées dans la ville, de sorte que les rongeurs sont moins susceptibles d’être attrapés et contrôlés.

La pluspart des villes comme paris regorgent de spécialiste en dératisation. Vous pouvez trouver un dératiseur à Paris .

2 HOUSTON, TEXAS – USA Les températures annuelles élevées du Texas en font un climat idéal pour les rats d’égout et les rats des toits.

1 NEW YORK CITY – États-Unis Les autorités ont récemment commencé à prendre des mesures préventives, notamment des actions de surveillance, en se concentrant sur l’intégrité structurelle des propriétés, l’élimination des déchets, la formation des employés municipaux et les conseils aux résidents pour qu’ils surveillent les traces d’animaux.

La plupart de ces villes ont réagi en éduquant la population (afin que les clôtures, le nettoyage et le traitement adéquat des déchets domestiques soient effectués), en appliquant des amendes sévères à ceux qui génèrent des déchets dans des endroits inappropriés, des actions de contrôle par l’utilisation de différents rodenticides, des systèmes de surveillance et des plans de gestion des rongeurs au niveau local. Il convient de noter l’absence des pays d’Amérique latine dans ce classement. Il y a probablement des villes qui comptent autant ou plus de rongeurs que celles mentionnées dans cette note. La principale différence est que les pays de ces villes présentent des statistiques solides sur les parasites domisanitaires (fournies par des organismes publics et privés) permettant ce type d’analyse. Actuellement, des travaux sont menés sur certains parasites et une base d’informations scientifiques est en cours de constitution au niveau régional, ce qui peut aider à établir ce type de classement de manière plus représentative à moyen terme.

Les rongeurs sont de formes, de tailles et de poids très variés. Il existe de petites souris qui pèsent moins de 10 g, comme la souris pygmée (Baiomys musculus) en Amérique du Nord, et même des animaux géants comme le capybara (Hidrochaeris hydrochaeris) en Amérique du Sud, qui peut peser jusqu’à 66 kg, Ils peuvent avoir une fourrure courte et soyeuse comme la souris à sac soyeux (Perognathus flavus) ou des poils longs et hérissés comme le porc-épic tropical à queue préhensile (Coendu mexicanus). Ils peuvent vivre en solitaire ou former de grandes colonies composées de centaines d’individus comme les chiens de prairie du genre Cynomys ou les rats communs (Rattus norvegicus) qui sévissent dans les villes.

En savoir plus aussi sur les rats et la dératisation :  https://fr.wikipedia.org/wiki/Désinfection_-_désinsectisation_-_dératisation_en_France

Après les insectes, les rongeurs causent de fortes pertes économiques dans le monde entier, car ils consomment et endommagent de grandes surfaces de cultures, nuisant également au bétail et aux activités industrielles et sont aussi des vecteurs importants de transmission de maladies émergentes ; Malgré tout, ce sont des organismes très importants au sein des écosystèmes car ils fournissent divers avantages, par exemple, de nombreux rongeurs grattent le sol pour construire leurs terriers, ils permettent l’aération du sol et l’infiltration de l’eau, ce qui favorise la croissance des plantes, et ils introduisent de la matière organique dans le sous-sol, ce qui les rend plus fertiles ; ce sont également de grands dispersants de graines qu’ils transportent et stockent pour leur consommation ultérieure, ce qui fait que ces graines sont souvent oubliées, ce qui favorise la germination de nombreuses graines et le développement de nouveaux arbres. Ils consomment également de grandes quantités d’insectes qui peuvent être considérés comme nuisibles à l’agriculture.

L’importance des rongeurs réside également dans le fait qu’ils sont consommés par un grand nombre de carnivores, d’oiseaux de proie et de serpents, et sont parfois fondamentaux pour la survie de plusieurs espèces qui les consomment. Pour ces raisons, de nombreuses espèces de rongeurs sont considérées comme des espèces clés, car elles favorisent une série de réactions bénéfiques pour les écosystèmes dans lesquels elles vivent. Outre leur importance économique et écologique, les rongeurs ont toujours joué un rôle important pour l’homme, puisque de nombreuses communautés indigènes du monde entier les utilisent comme nourriture, comme médicament, et sont également importants dans l’activité de chasse en tant que pièces de gibier et comme animaux de compagnie amusants et faciles à entretenir.