Diagnostic et traitement de la spondylarthrose

Rate this post

traitement de la spondylarthrose OMS

Le spondylarthrose est une maladie dégénérative de la colonne vertébrale qui affecte les petites articulations vertébrales. Elle est également connue sous le nom de syndrome des facettes articulaires. Les symptômes du spondylarthrose apparaissent généralement après avoir soulevé ou bougé le corps. Le traitement dépend du type d’arthrose. Les symptômes du spondylarthrose peuvent être frustrants, il est donc crucial de comprendre le bon diagnostic et les options de traitement.

Symptômes de la spondylarthrose

Si vous avez présenté des symptômes de spondylarthrose, vous devez consulter un médecin pour déterminer si vous êtes atteint de la maladie. Ce type d’arthrite dégénérative affecte les articulations vertébrales. Les articulations sont situées près des racines nerveuses de la moelle épinière, qui entrent et sortent à l’intérieur de la colonne vertébrale. La spondylarthrose affecte les petites articulations de la moelle épinière, provoquant des douleurs et une gêne dans le dos et les jambes. Le traitement de la spondylarthrose dépend du type de spondylarthrose dont vous souffrez et de la gravité de vos symptômes.

Outre les douleurs dans le bas du dos et les hanches, la spondylarthrose est également associée à une raideur des articulations, des douleurs articulaires et de la fatigue. Certains patients peuvent souffrir d’une inflammation des yeux, appelée uvéite, ou, dans certains cas, d’une enthésite, qui se produit à l’arrière ou à la base du talon. Parmi les autres symptômes, on peut citer une gêne au niveau de l’estomac et une éruption cutanée.

Traitement

Le spondylarthrose est un trouble dégénératif de la colonne vertébrale. Le traitement du spondylarthrose est basé sur les symptômes du patient et sur son état de santé général. Les médecins utilisent un score pour déterminer le niveau de douleur et de souffrance du patient. Différents facteurs sont combinés en un score global. Ce score est utilisé pour déterminer le traitement à appliquer au patient. En général, un traitement conservateur est utilisé pour gérer les symptômes.

Le traitement de la spondylarthrose peut inclure des exercices, une thérapie physique et un traitement ursachliche. En fonction de la gravité des symptômes, le patient peut subir plusieurs types de thérapie pour traiter cette affection. Les patients souffrant de douleurs au niveau de la colonne lombaire se voient souvent prescrire une physiothérapie et/ou des médicaments pour soulager la douleur. Souvent, des exercices sont recommandés pour augmenter la mobilité et prévenir les symptômes de la spondylarthrose.

Diagnostic

Le diagnostic de la spondylarthrose nécessite une anamnèse approfondie. Le médecin demandera au patient de décrire les symptômes de la maladie, ainsi que tout changement dans la structure physique des articulations. Dans certains cas, le médecin peut soupçonner l’apparition d’une spondylarthrose, tandis que dans d’autres cas, il peut s’agir d’une autre maladie, comme la Wirbelgelenkarthrose.

Les patients présentant des symptômes de spondylarthrose ressentent généralement une douleur et une tension musculaire dans la région du sac à dos. La douleur associée à l’hypertrophie du wirebelkanal peut irradier vers d’autres zones du corps. La compression nerveuse peut également provoquer un état connu sous le nom de « kribbel ou taubheitsgefuhl » ou verknotization de l’articulation.

Voir aussi : https://fr.wikipedia.org/wiki/Spondylarthrite_ankylosante

Les personnes ayant des antécédents familiaux de spondyloarthrite ont un risque plus élevé de développer la maladie que les personnes qui n’en sont pas atteintes. Il existe plusieurs types différents de spondylarthrite. Le type le plus courant, appelé spondylarthrite ankylosante, affecte les articulations de la colonne vertébrale et peut même s’étendre à la partie supérieure du corps. Elle peut également entraîner une posture voûtée.

Complications

Les complications du traitement de la spondylarthrose peuvent inclure une diminution de la mobilité, une augmentation de la douleur ou une faiblesse débilitante des genoux, des hanches et d’autres articulations. Outre la douleur, la spondylarthrite peut également affecter le cœur, les poumons, la peau et l’intestin. En outre, le psoriasis, une maladie inflammatoire de la peau, peut se manifester en même temps que la spondyloarthrite. Ces affections peuvent altérer la qualité de vie d’une personne et augmenter le risque de décès.

Les patients atteints de spondylarthrose à long terme peuvent développer une uvéite, une inflammation de l’uvée. Les symptômes de l’uvéite sont les suivants : rougeur, douleur, vision trouble et gonflement de l’œil. L’uvéite peut également entraîner une baisse de la vision, qui peut finalement conduire à une perte de la vue. Bien que rare, le risque de complications est important et le traitement doit être entrepris le plus tôt possible.

La spondylarthrite peut également être causée par une maladie sous-jacente, comme une maladie inflammatoire de l’intestin. Dans ce cas, un médecin diagnostique généralement la maladie sur la base des antécédents médicaux et d’un examen physique. Cependant, les patients atteints de MII qui développent des symptômes sont généralement diagnostiqués comme souffrant de spondyloarthrite. Les patients atteints de spondyloarthrite axiale sont plus susceptibles de ressentir des symptômes dans les genoux et les hanches. En plus de la douleur, les patients peuvent également ressentir des symptômes rhumatismaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *