Refaire son nez ?

Pourquoi refaire son nez ?

Rate this post

Septorhinoplastie (chirurgie du nez)

Avec plus de 4 000 interventions par an dans toute la Suisse, la septorhinoplastie est l’une des formes de chirurgie plastique les plus pratiquées. Que ce soit pour des raisons esthétiques ou médicales : en raison de son anatomie complexe, une intervention sur le nez est l’une des plus exigeantes dans le domaine de la chirurgie plastique, esthétique et reconstructive et doit toujours être réalisée par un spécialiste.

Septorhinoplastie (chirurgie du nez)
Situé au centre du visage, le nez influence considérablement l’apparence. La forme et la fonction du nez sont étroitement liées. La septorhinoplastie se compose donc de la septoplastie, qui redresse la cloison nasale, et de la rhinoplastie, qui corrige la forme extérieure du nez. La cloison nasale joue un rôle important, tant dans la fonction de l’organe que dans son apparence. À l’inverse, une correction esthétique permet non seulement de modifier la forme du nez, mais aussi d’améliorer la fonction respiratoire. Par conséquent, la plupart des opérations du nez sont une combinaison de correction fonctionnelle et esthétique du nez.

L’assurance maladie prend en charge les coûts de la partie reconstructive de la septorhinoplastie pour les patients qui ont des difficultés à respirer par le nez. Une modification de la forme du nez causée par un accident peut également être couverte par l’assurance accident. Comme ces opérations sont généralement une combinaison de forme et de fonction, le coût de la partie esthétique de la chirurgie du nez doit être supporté par les patients eux-mêmes.

Quand la chirurgie du nez est-elle pratiquée ?
La septorhinoplastie peut généralement être pratiquée à tout moment. La condition préalable est que le nez soit complètement développé et que les attentes en matière de procédures esthétiques soient clarifiées à l’avance. Cela permet de s’assurer que l’opération de remodelage du nez se déroule de manière satisfaisante.

La septorhinoplastie devient médicalement nécessaire lorsque la respiration par le nez est limitée. Cela peut être dû à un désalignement congénital de structures anatomiques importantes telles que la cloison nasale, les conques nasales ou les valves nasales. Un accident ou un cancer peuvent également donner lieu à la nécessité d’une correction.

La correction est généralement inévitable, surtout après une fracture du nez. Pendant les 14 premiers jours suivant la fracture, l’os nasal peut être repositionné. Il faut toujours consulter un spécialiste, car il sait si le nez doit être corrigé par voie chirurgicale et dans quelle mesure cela est urgent.

Bien que le ronflement soit généralement causé par la bouche et la gorge, la cause se situe parfois dans le nez. La septorhinoplastie, qui améliore mécaniquement les voies respiratoires, peut également réduire le ronflement.

Que se passe-t-il pendant une septorhinoplastie ?
Tout d’abord, l’état de la structure interne et externe du nez est évalué lors d’examens préliminaires, qui constituent la base d’un plan chirurgical personnel. L’intervention est presque toujours réalisée sous anesthésie locale. Il s’agit d’infiltrer le nez avec une combinaison d’anesthésique local et de supplément d’adrénaline. Cela minimise le risque de saignement et simplifie l’opération.

L’opération du nez dure environ deux à trois heures et peut être réalisée en ambulatoire. Une hospitalisation n’est inévitable qu’en cas de chirurgie plus complexe ou de risque accru. Après l’intervention, le nez est équipé de bandes et d’une attelle thermoplastique. Si une opération a été pratiquée sur la cloison nasale, le chirurgien insère également des attelles en silicone dans le nez.

Quelles sont les techniques de correction du nez ?
En fonction de l’état du nez et de la raison de l’intervention, la correction du nez est effectuée de manière ouverte ou fermée. Dans le cas de la technique fermée, la chirurgie est réalisée par des incisions dans les entrées du nez. Pour la technique ouverte, une autre incision est pratiquée au niveau de l’arête du nez, c’est-à-dire la liaison entre la pointe du nez et la lèvre supérieure. De cette façon, la vue est plus détaillée et la septorhinoplastie peut être réalisée avec plus de précision. Avec le temps, la petite cicatrice sur l’arête du nez s’estompe presque complètement.

Outre ces deux méthodes, une autre est actuellement utilisée : la rhinoplastie de conservation a modernisé une ancienne procédure et l’a développée en une technique chirurgicale douce. Dans cette procédure, le nez est corrigé de l’intérieur, sans qu’il soit nécessaire d’intervenir chirurgicalement sur les structures de toute l’arête du nez.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *